L’effet pédagogique de la crise

Lamassoure

La crise peut-elle déboucher sur davantage de coordination économique au sein de la zone euro d'une part, et de l'Europe des 27 d'autre part ?
Monsieur le Député européen Alain Lamassoure nous répond.


Oui. La crise a un formidable effet pédagogique, sur les opinions publiques, comme sur les dirigeants des Etats membres.

D’abord, il faut y insister parce que c’est presque passé inaperçu, dans la tourmente, la zone euro s’est révélée être le meilleur des remparts. Alors que les eurosceptiques et les esprits chagrins annonçaient qu’elle volerait en éclat à la première tempête, on mesure aujourd’hui combien elle a sauvé ses membres d’une spéculation monétaire qui a emporté, non seulement la minuscule Islande, mais aussi l’immense Russie comme le puissant Royaume-Uni lui-même. Le Danemark, la Suède, et tous les pays de l’Est, qui avaient cru habile de différer leur entrée dans l’euro se bousculent maintenant pour se mettre à l’abri.

Ensuite, grâce à l’énergie de Nicolas Sarkozy lorsqu’il a assuré la présidence de l’Union au début de la crise, l’Europe a fait la double preuve de sa capacité à s’unir dans l’adversité et de son efficacité lorsqu’elle était unie. En octobre 2008, c’est le plan de sauvetage financier adopté par les 27 – et non le plan américain – qui a évité le naufrage de tout le système financier mondial. Et c’est l’Europe qui a demandé et obtenu les réunions du G20 pour passer de la solidarité européenne à la coopération mondiale.

Depuis le début de l’année, la pédagogie se poursuit à la faveur… de la faiblesse de la malheureuse présidence tchèque. D’une part, on vérifie combien nos intérêts sont liés de manière inextricable : la prime à la casse allemande a bénéficié largement à Renault et à Peugeot, producteurs de petites voitures économes en CO² ; la baisse de la TVA en Angleterre profite aux fournisseurs étrangers du Royaume-Uni ; BNP-Paribas a pu racheter Fortis avec le concours des contribuables belges… D’autre part, il est évident que, si la coordination de nos politiques nationales n’est pas optimale tout au long du traitement de la crise économique et, au-delà, dans la difficile période de sortie de crise, nous courons le risque de retomber dans la tentation de l’égoïsme national, qui serait suicidaire.

C’est dire qu’aujourd’hui plus encore qu’hier le traité de Lisbonne apparaît absolument indispensable. Heureusement, ce sentiment semble désormais partagé même en République tchèque – le dernier vote de ratification, celui du Sénat, aura lieu le 7 mai – et en Irlande. Une fois de plus se vérifie l’adage selon lequel l’Europe ne se construit et ne se réforme qu’à la faveur des crises. Mais, après tout, en va-t-il différemment dans nos politiques nationales ?

L'Atelier Europe remercie
chaleureusement Monsieur le Député européen pour sa participation aux
Lundis de l'Europe, ainsi que pour sa disponibilité et l'aide qu'il lui
apporte.

Nous vous invitons à le retrouver sur son site.

Rédigé par :

Partager cet article

2 Comments

  1. François Asselineau, président de l’Union Populaire Républicaine avait déjà, bien avant le 4 mai 2009 annoncé et démontré tout le contraire de ce que vous dites Mr Lamassoure.
    4 ans plus tard, les résultats sont là, les pays dans l’euro sont les plus atteints par la crise, 1/3 de ceux qui n’ont pas l’euro s’en sortent à peu près et les pays qui ne sont ne sont pas de l’UE se portent comme un charme, Islande compris!
    conclusion:
    -Désolé mais vous n’êtes pas fiable.
    -François Asselineau est fiable.
    pour les curieux, je vous recommande de consulter les analyses de l’UPR.
    http://www.u-p-r.fr/
    bien à vous

  2. Chers adhérents de l’UPR,
    Vous êtes logiques en critiquant l’euro, puisque le programme de votre parti est la sortie française de l’UE.
    Mais attention à ne pas tout mélanger : certes, l’euro vit des soubresauts. En attendant, il nous a protégé jusque là, contrairement aux violents chahuts subis par le franc en 1993 et 94. Mais la crise française, elle, est avant tout une crise économique, industrielle (22% du PIB en Allemagne, 10% en France) d’innovation et de compétitivité-prix. L’Allemagne, avec le même euro, s’en sort très bien !
    Emmanuel

Poster un commentaire