Le budget européen pour aider à la sortie de crise

AL Le Budget de l'UE pour 2010 contribuera-t-il à soutenir la sortie de crise ?
C'est à Alain Lamassoure, nouveau Président de la Commission des Budgets, et intervenant régulier des Lundis de l'Europe, que nous avons posé cette question.

      Oui, dans la mesure d'un budget hélas limité à 1% du PIB européen : sur un plan global de relance économique de 200 milliards d'euro pour l'ensemble des 27 pays de l'Union, le budget communautaire contribuera à hauteur de 5 milliards.


      Mais il faut se réjouir du fait de l'accord que nous avons trouvé le 18 novembre entre le Parlement européen et les 27 Ministres du budget permettra un petit tour de force.
      – Ces 5 milliards supplémentaires seront entièrement consacrés à des projets, déjà mûrs, de développement des énergies nouvelles et de diffusion de l'internet à large bande en zone rurale. Par exemple, on accélèrera la mise au point de l'installation pilote de captage du CO2 sur le site de Florange. On prendra également en compte, sur des fonds supplémentaires, la mise en sécurité totale du site nucléaire bulgare de Kozloduy, le dernier qui n'était pas aux normes européennes.
      – A cela s'ajouteront 25 milliards de prêts de la Banque européenne d'investissement pour compléter le financement de projets du même type. Sans oublier que plus de la moitié du budget "normal" de 123 milliards de l'Union aide déjà des investissements publics ou privés: fonds régionaux, programme-cadre recherche, réseaux de transport tels que TGV, réseau de satellites de communication et d'observation de la terre.
      – Malgré l'opposition initiale de la Commission, le Parlement a obtenu la création d'un Fonds laitier de 300 millions pour faire face à la crise sans précédent que connaît ce secteur cette année.
      – Enfin, tout ceci sera possible tout en reversant aux Etats membres 5 milliards d'euros d'économies réalisées sur le budget 2009 grâce à la rigueur de la gestion, ce qui facilitera aux budgets nationaux le financement de leurs propres plans de relance.
      Cela étant acquis, j'ai demandé personnellement au Président Barroso de nous présenter au printemps prochain des propositions sur l'évolution à moyen terme des finances communautaires et leur mise à niveau pour faire face aux nouveaux besoins et pour exercer les compétences nouvelles que le traité de Lisbonne confère à l'Union. Ce sera probablement le plus grand débat politique de la législature qui s'ouvre.

Nous remercions chaleureusement
Monsieur le Député européen pour sa participation aux Lundis de
l'Europe et nous vous invitons à le retrouver sur son site.

Rédigé par :

Partager cet article

Poster un commentaire