Présidence espagnole – Rencontre avec Luis Cuesta, secrétaire général de la politique de Défense et conseiller diplomatique du Ministre de la Défense espagnole

Espagne2010-Logo Dans le cadre du voyage d’étude semestriel de l’Atelier Europe dans la capitale tournante de l’Union, Thomas Mimra, Jérôme Cloarec et François Vaute ont rencontré Luis Cuesta, secrétaire général de la politique de Défense et conseiller diplomatique du Ministre de la Défense espagnol, dans son magnifique bureau notamment décoré, détail saisissant, d'une immense carte du monde américano centrée.

Depuis le bureau de son ministère, ce haut responsable européen nous a fait l’honneur de nous recevoir pour parler (dans un excellent français) de la situation actuelle et de l’avenir de la Défense européenne. Nous avons donc eu l’occasion d’échanger nos points de vue sur:

  • L’application du Traité de Lisbonne et ses implications pour nos Armées européennes;
  • L’évolution de l’intégration des armées européennes au sein de l’OTAN et/ou de l’UE;
  • Les problèmes des budgets nationaux générés par la crise financière;
  • L’avenir de l’industrie militaire en Europe avec l’exemple du projet symbolique de l’A400M;
  • La position de l’Espagne sur la dissuasion nucléaire;
  • Les partenariats stratégiques de l’Espagne en Amérique latine et en Méditerranée.

Continuer la lecture de « Présidence espagnole – Rencontre avec Luis Cuesta, secrétaire général de la politique de Défense et conseiller diplomatique du Ministre de la Défense espagnole »

Conférence 31 mai 2010 – L’Europe face au défi de la dette publique

L'Atelier Europe, en partenariat avec l'École de Guerre économique vous invite à sa Conférence sur l'Économie 2010:

" L'Europe face au défi de la dette publique "

Déflagration financière, constitution d'un groupe de « mauvais » élèves européens (PIGS), doit-on douter de la capacité de remboursement de l'endettement de certains pays membres?
Quels sont les moyens encore disponibles pour résorber cette dette?
Sortirons-nous de cette crise avec une Europe renforcée ou verra-t-on la fin de la zone euro?

En présence de:


Lamassoure

Alain LAMASSOURE
Député européen du Groupe PPE-DE – Président de la Commission des Budgets – Membre de la Commission spéciale sur la crise financière, économique et sociale

Betbeze

Jean-Paul BETBÈZE
Chef économiste et Directeur des Études Économiques, Membre du Comité Exécutif de Crédit Agricole S. A. – Membre du Conseil d'Analyse Économique auprès du Premier Ministre 

Le débat sera modéré par Baudouin BOLLAERT, ancien Rédacteur en chef au Figaro et Maitre de conférences à Sciences Po

Lundi 31 mai à 19h30

à l'École de Guerre Économique
171 rue de Grenelle 75007 PARIS
(Métro Ligne 8 La Tour-Maubourg ou École Militaire
Bus 28 Arrêt Invalides – La Tour Maubourg)

Inscription obligatoire par mail

Téléchargez :
– le communiqué de presse

l'invitation et le Plan
Retrouvez l'événement sur Facebook

Présidence espagnole – Rencontre avec Jacques Huchet – Chef adjoint de la Représentation de la Commission européenne à Madrid

Espagne2010-Logo

Nous avons conclu nos entretiens en rencontrant Monsieur Jacques Huchet, le Chef adjoint de la Représentation de la Commission européenne à Madrid.

La Commission dispose de représentations dans les capitales des 27 États membres, et, dans certains cas, d'une représentation supplémentaire dans une autre ville pour certains "grands" États. À l'origine de simples "bureaux d'information", ces représentations (à distinguer des "délégations" de la Commission, installées dans les pays tiers – les représentations ne seront d'ailleurs a priori pas intégrées dans le futur service d'action extérieur) sont devenues de quasi "ambassades" de la Commission dans les États membres, avec un rôle de "reporting" politique vers le siège, en parallèle à la gestion sur place des relations entre la Commission et les autorités locales, notamment dans le cas des visites de Commissaires (d'un peu moins d'une centaine par an en moyenne à près de trois cents depuis le début de la présidence espagnole).

Continuer la lecture de « Présidence espagnole – Rencontre avec Jacques Huchet – Chef adjoint de la Représentation de la Commission européenne à Madrid »

Présidence espagnole – Rencontre avec Augustin Santos, Directeur de cabinet du Ministre des Affaires étrangères espagnol

Espagne2010-Logo

Nous commençons l’entretien en interrogeant Monsieur Augustin Santos sur les conditions de préparation de la présidence Espagnole qui s’inscrit en début de cycle du Triptyque de la Présidence de l'Union Européenne Espagne, Belgique, Hongrie.
Cette présidence a la particularité de commencer dans un contexte doublement incertain. Tout d’abord les préparatifs de Présidence Espagnole de l'Union Européenne (PEUE) se sont effectués selon les critères du traité de Nice mais elle a démarré sous le traité de Lisbonne avec un changement institutionnel non négligeable avec la création d’une présidence permanente et du Service Européen pour l'Action Extérieure (SEAE). Il s’agissait alors de déterminer le partage de responsabilités entre la PEUE, Monsieur Van Rompuy et Madame Catherine Ashton.
Il y a eu donc des négociations sur le périmètre de la PEUE face aux difficultés d’interprétation du nouveau traité, les nouvelles institutions se mettant en place progressivement.
Monsieur Santos nous rappelle aussi que la nouvelle Commission a été installée en février 2010.
La PEUE a donc débuté sans Commission, avec une montée en puissance de la présidence permanente d’Hermann Van Rompuy, la construction du SEAE de Madame Ashton.
La crise d’Haïti a illustré ces difficultés avec un manque d’institutions pour coordonner l’action initiale des membres de l’UE au-delà des initiatives nationales unilatérales, mais selon Monsieur Santos cela a été au final réussi.

Monsieur Santos est ensuite revenu sur deux priorités de la PEUE, : les relations Amérique Latine/UE et le sommet sur l’UPM. La position géographique de l’Espagne et ses liens hidrotiques avec les pays Hispanophones ont rendu ces priorités naturelles.

Continuer la lecture de « Présidence espagnole – Rencontre avec Augustin Santos, Directeur de cabinet du Ministre des Affaires étrangères espagnol »

Présidence espagnole – Rencontre avec José María Aznar

Espagne2010-Logo

« Renforcer les valeurs de l’Occident »

L’Atelier Europe a eu le privilège d’être reçu par José María Aznar, ancien Premier Ministre espagnol (1996-2000 et 2000-2004) dans les bureaux de sa fondation, FAES (Fundación para el Análisis y los Estudios Sociales).
L’ancien Premier ministre espagnol était accompagné de son conseiller pour les relations internationales.

Après une présentation de l’Atelier Europe par Jérôme Cloarec, José María Aznar a décrit les objectifs de sa fondation, qui constitue l’une de ses activités actuelles.
La FAES est un think tank privé crée en 1989, et dès son origine, étroitement lié au Parti populaire espagnol.

Continuer la lecture de « Présidence espagnole – Rencontre avec José María Aznar »

L’Espagne, fille reconnaissante de l’Europe

Espagne2010-Logo

Venir à Madrid est toujours douloureux. Non pas par le fait d'y séjourner mais par le regret qui saisit le voyageur au moment du départ. Si l'Europe récompensait la capitale de la félicité, Madrid trouverait-elle son égal? Toutefois, si l'Atelier Europe s'est rendu dans la capitale de la Castille, du 22 au 25 avril 2010, ce n'est pas pour y jouir de ses nombreux charmes, quoique notre délégation y a cédé goulûment, mais en raison de la Présidence espagnole de l'Union européenne ("UE"), plus précisément du Conseil des Ministres puisque le Conseil européen a désormais son leader, soit Herman Van Rompuy.

La relation de l'Espagne à l'UE est, à l'image de ses habitants, passionnée. Pourtant, si l'on considère ses représentations mentales, l'UE ne s'impose pas de facto comme l'espace naturel de l'Espagne. Notre premier entretien, avec un haut responsable du Ministère des Affaires étrangères, n'a pas laissé place au doute; l'Espagne se projette avant tout dans son espace linguistique, né de l'histoire coloniale. La relation à l'Amérique latine est cruciale pour l'Espagne, non seulement au plan culturel, mais également économique alors que le rivage atlantique offre à ses entreprises des débouchés gigantesques. Telefonica, Banco Santander et bien d'autres sociétés de l'Ibex 35, y réalisent d'importants bénéfices, malgré la conjoncture défavorable. En retour, les flux migratoires, phénomène inédit pour l'Espagne contemporaine, sont constitués massivement de Latino américains.

La seconde carte mentale de l'Espagne, c'est son espace géographique naturel, soit la Méditerranée. Le Royaume y puise manifestement une bonne partie de son identité, que ce soit en termes de mode de vie, de ressource, soit le tourisme, d'histoire et de culture, dont le style arabo andalou. Madrid est très attentive aux relations Euro méditerranéennes comme l'atteste son soutien constant, et longtemps solitaire, au processus de Barcelone.

Toutefois, malgré ces centres d'intérêts naturels, nous avons trouvé en l'Espagne, enfin, un État membre enthousiaste. Pour l'Ibère, l'Europe c'est le Nord, géographique, évidemment, mais aussi culturel. On ne comprend pas l'Espagne si l'on ne mesure pas le poids, dans l'inconscient collectif, de la "reconquista", soit la lutte contre l'ennemi méridional. Sept siècles d'occupation par les Maures ont marqué durablement la mentalité espagnole et sa volonté d'ancrage dans cet espace de développement et de liberté que constitue l'ensemble européen.

Cette inclinaison vers l'horizon septentrional ne se comprend pas simplement par l'histoire ancienne. Les évènements contemporains concourent largement à cet européisme, et ce essentiellement par la conjonction de deux facteurs. L'entrée de l'Espagne, en 1986, intervient dans cette période d'euphorie, la "movida" dont les créations d'Almodovar en sont l'expression la plus connue au-deçà des Pyrénées, qui suit la fin de la dictature. Le décès du Caudillo, en 1975, avait laissé l'Espagne face à une destinée incertaine malgré la constitution de 1978 instaurant une monarchie parlementaire. Ainsi, en 1981, la tentative de coup d'État, en pleine séance des Cortes, d'un lieutenant colonel d'opérette, Antonio Tejero, démontre alors la fragilité du processus démocratique, si ce n'était la remarquable intransigeance du Roi, Juan Carlos. Après l'entrée dans l'UE, une restauration franquiste apparaît impossible et le nouvel État membre y gagne donc la consolidation de sa jeune démocratie.

Le second facteur principal expliquant l'européisme local est la croissance économique. A la mort de Franco, l'Espagne est toujours un pays pauvre. Excentrée en Europe, loin de la "banane bleue" de Londres à Milan, via Paris et Francfort, elle a connu avec retard, et de façon partielle, la révolution industrielle. Grâce aux fonds communautaires et à son dynamisme propre, l'Espagne va connaître à partir des années 1980 un rapide rattrapage économique. Les Espagnols associent donc étroitement leur enrichissement récent à l'entrée dans l'UE. Par ailleurs, contrairement à certains pays, ils ont l'élégance de la gratitude à l'endroit du projet européen. Ainsi, en 2005, plus des deux tiers des Espagnols ont approuvé le projet de traité constitutionnel! Comme on nous l'a exprimé, en Espagne, la situation est simple: l'Europe fait plus que le consensus, elle fait l'unanimité des expressions politiques.

Au terme de notre séjour d'études, nous avons donc apprécié de voir en l'Espagne un État membre enthousiaste de l'UE. Certes, la conjoncture s'est fortement dégradée, l'économie espagnole, centrée sur la construction immobilière, étant particulièrement frappée par la crise. Dès lors, l'euphorie initiale n'est plus de saison et sans doute que les Espagnols observent l'UE avec plus de distance, d'autant que le centre de celle-ci s'est déplacé vers l'Est. Néanmoins, qu'il est doux de constater que l'UE détient en l'Espagne un soutien farouche et prompt à s'inscrire dans une destinée commune quand bien d'autres cèdent aux forces centrifuges qui menacent le projet européen.

Cette note est la première d'une série qui va se poursuivre tout au long de la semaine sur le voyage d'études de l'Atelier Europe en Espagne.

L’Europe face au défi de la dette publique

L’Atelier Europe vous invite à sa Conférence sur l’Économie

« L’Europe face au défi de la dette publique »

Intervenants :
Alain LAMASSOURE

Député européen du groupe PPE-DE – Président de la Commission des budgets
Membre de la commission spéciale sur la crise financière, économique et sociale

Jean-Paul BETBEZE
Chef économiste et Directeur des Études Économiques, Membre du Comité Exécutif de
Crédit Agricole SA – Membre du Conseil d’Analyse Économique auprès du Premier ministre

Modérateur :
Baudouin BOLLAERT
Ancien Rédacteur en chef au Figaro et Maitre de conférences à Sciences Po

 

Lundi 31 mai 2010 à 19h30
à l’École de Guerre Économique,
171, rue de Grenelle, Paris 7ième

Inscription obligatoire
Pour vous inscrire, cliquez ici

Téléchargez :
– le communiqué de presse
– l’invitation
Retrouvez l’événement sur Facebook

Capture d’écran 2010-05-10 à 17.58.20

 

Pour l’Europe

La construction européenne est à un tournant de son Histoire. Soixante ans après l'appel à l'unité lancé par Robert Schuman, alors Ministre français des affaires étrangères, la crise économique semble dissoudre inexorablement l'édifice européen, et faire ressurgir les égoïsmes nationaux annonciateurs de haines assoupies depuis un siècle. L'Europe se trouve ainsi brutalement renvoyée à son passé: celui d'une collection d'Etats-nations rivaux, fondamentalement étrangers l'un à l'autre, et séparés de leurs voisins par tous les degrés de la richesse et de la puissance. Cette désagrégation représente une menace directe pour le bien-être et la sécurité de l'ensemble des Européens.

Le moment est donc venu de faire le bilan de six décennies de construction européenne et de tracer des perspectives d'avenir. L'enjeu n'est rien moins que la survie de l'Europe au XXIè siècle.

Continuer la lecture de « Pour l’Europe »

À la rencontre de la Présidence espagnole

 

Espagne2010-Logo
 Après Prague et Stockholm, l’Atelier Europe poursuit son tour des capitales européennes qui ont en charge la Présidence de l’Union. Cette semaine, l’équipe de l’Atelier est donc à Madrid.

Objectif : dialoguer avec des personnalités impliquées dans les affaires européennes, afin de prendre la température de cette Présidence. Face à un programme ambitieux, où en est-on en termes de réalisations concrètes à presque mi-parcours de cette Présidence ?

Programme des rencontres :

 

Augustin Santos, Directeur de cabinet du Ministre des Affaires étrangères

Ofer Bronchtein, Directeur de la Casa Sefarad, maison des cultures juives

Jose Maria Aznar, ancien Premier Ministre, Président du think tank espagnol Fundación
para el Análisis y los Estudios Sociales
(FAES)

Luis Cuesta, Secrétaire général & conseiller diplomatique du Ministère de la Défense

Son Excellence Bruno Delaye, Ambassadeur de France & son premier conseiller François Bonet 

Jacques Huchet, chef adjoint de la Représentation permanente de l’UE en Espagne