L’Europe, de l’Atlantique à l’Oural…vraiment ?
18 Juin

L’Europe, de l’Atlantique à l’Oural…vraiment ?

En France, le totem gaulliste ne perd rien de son sacré. Les formules du Général font toujours mouche, notamment chez ceux qui s’appuient sur elles pour justifier une certaine fascination de la Russie poutinienne. « L’Europe : de l’Atlantique à l’Oural »… c’est de Gaulle qui l’a dit ! Acceptons les écarts de conduite de notre frère turbulent, l’essentiel est ailleurs. Le conflit séparatiste en Ukraine et l’aveu de faiblesse incarné par la trêve obtenue par les accords de Minsk révèlent cette approche. Et pourtant, en relisant les Mémoires de guerre du Général de Gaulle, on y sent une philosophie bien différente des simplifications coutumières. Voici un passage éclairant, critique, de sa vision des intentions de Staline pour l’après seconde Guerre Mondiale : « J’estimais que son intention d’instituer à Varsovie la dictature de ses dévots devait être contrecarrée. Je pensais que l’Amérique, l’Angleterre et la France, en affirmant conjointement ceci et cela à la face du monde, en agissant de concert auprès des gouvernements soviétiques et polonais, en réservant aux flottes combinées de l’Occident l’accès futur des ports de la Baltique, quitte à ouvrir aux navires russes celui des ports de la mer du Nord, auraient pu faire en sorte que la liberté fut, finalement, rendue à la noble et vaillante Pologne » (Edition de la Pléiade, p.470). Le Général est prêt au compromis mais il ne veut rien sacrifier aux principes élémentaires de liberté et de dignité des peuples face aux exigences russes. Difficile de transposer ces réflexions avec la déstabilisation de l’Ukraine aujourd’hui mais il est clair que de Gaulle n’aurait pas accepté le fait accompli de l’annexion de la Crimée comme étant dans l’ordre naturel des choses. Parions qu’il n’aurait pas non plus cautionné les murmures de conciliation fraternelle avec « l’éternelle Russie » de certains conservateurs européens. Un autre passage des Mémoires éclaire sur ce qui constitue l’essence de l’identité européenne. Au milieu des décombres de la ville de Naples, il est applaudi lors d’une visite après les durs combats de 1943 : « Comme chrétien, latin, européen, je ressentis cruellement le malheur de ce grand peuple, qu’une erreur avait dévoyé mais à qui le monde devait tant. Peut-être la foule italienne eut elle instinctivement la notion de mes sentiments. Peut-être, dans son épreuve, la pensée de la France lui était-elle plus familière, comme il arrive aux pays malheureux. » La France n’est jamais bien loin chez de Gaulle mais l’Europe non plus. L’Europe de la compassion et de la fermeté, non pas celle qui a peur de l’ennemi et de l’idée même d’avoir un ennemi.   Michaël Benhamou Photo:...

Lire la suite
Defending Europe in Hénin Beaumont
10 Fév

Defending Europe in Hénin Beaumont

A significant town in the north of France – Hénin Beaumont, 26.000 inhabitant-strong – has recently decided to shift from seventy years of socialism to Front National (FN), France’s extreme right anti-EU party. The 2014 Municipal elections gathered 64% of voters and 50,3% of their ballots went to the new FN Mayor, Steeve Briois. No second round was needed.What caused that conversion? Where is Europe’s responsibility? Think tanks Atelier Europe and the Martens Centre went on the spot to listen, hear Henin’s complaints and exchange views. The first source of discontent turned out to be the former Mayor’s fraud scandal and budget mismanagement, yet the debate revealed a deeper feeling of abandonment: « after World War II, French governments took a lot of taxes from our coal, textile and steel outputs and when all that closed down, nobody invested in our region to transform it ». Workers, engineers were left with the choice of unemployment or migration to other regions in France’s East-central areas. When asked about Charlie Hebdo and the recent terrorist attacks, the answer is quite blunt: « all of this is very Parisian here, far from our concerns. We want jobs ». The European Union is perceived as being unsupportive of those violent social changes: « Europe forgets the young and the old, […], Europe only brings more austerity to our problems, […] Europe is breaking up social achievements and serves the interests of free marketeers ». Others complained about the difficulty of filling FEDER’s paperwork, the European Regional Development Fund (ERDF), in small towns where none are trained for it.For many citizens of Hénin, despite their proximity to Belgium, Brussels is perceived as a cold place where few of them are at ease. Bringing a case or a project to the EU is « simply distressing ». Panelists answered back that Europe actually brings more opportunity and solidarity. The example of a participant’s close friend was mentioned: Italian born, she studied in France thanks to Erasmus and later on found a job in Sweden, learning two new languages in the process. One listener interjected that « she also sent her kids abroad, to Germany, and Europe requires a lot of efforts, a lot of contortions to reach employment. Eventually what you see scares you; the lack of activity is everywhere in the south, in Spain, in Italy ». And Europe’s institutions are « just confusing ».Hénin residents believe they have accepted a lot of compromise and adapted to the best of their abilities. Many left their families and region to find work elsewhere with very limited support from Paris and Brussels, in their view. They wonder where all those economic and political disruptions are leading them to, for what Europe ? This is where Front National plays its best cards: you are making sacrifices for a Europe that accelerates that instability and favors immigration […] bring back your energy to a project you can control and understand: your nation and your community.Combating that fatigue, and the egoistic temptations conveyed by far-right parties, reminds us of the challenges that awaits political representatives and all of us: Engage citizens in towns where participation at EU’s elections is low or negative; Persevere in explaining Europe and the direction of its policies; In a nutshell: make Europe a frontier that can be reached again. Michael Benhamou This paper was originally published on the Martens Centre for European Studies website. Please read our article on that debate...

Lire la suite
Merkel, Tsipras, Adam and Eve
05 Fév

Merkel, Tsipras, Adam and Eve

Chancellor Merkel faces a solitude Germans have known in the past. One that is quite familiar to the ongoing Greek problem. In the XVIIe century, Europe argued notably over « the Paradox of the Fortunate Fall« , i.e. Adam and Eve’s eating-the-apple-sin strikingly followed by the promise of redemption. Milton gave a powerful interpretation of that sequence in Paradise Lost (Chapter XII, 1667). Adam speaks here: Full of doubt I stand, Whether I should repent me now of sin, By me done or occasioned, or rejoice Much more that much more good thereof shall spring — To God more glory, more good will to men From God — and over wrath Grace shall abound. Catholic priests in France or in Italy gave explanations for the contradiction of Adam « rejoicing » for a sin paired with such a positive outcome: death for mankind but greater redemption through eternal Paradise. German priests saw this rewarding mechanism as irresponsible and dangerous. Many refused to mention it in their sermons. Should Greece and Prime Minister Tsipras be rewarded today, in spite of their budgetary sins? A part of Europe seems to believe so. France, Italy, Spain, do not feel legitimate in sermonizing Greece as they also share the burden of a significant debt. French President François Hollande hailed the victory of Syriza while his Minister of Finance confessed a 4,4% deficit for 2014 a few days before. Where is this bankrupted self-congratulation taking us? The Adam and Eve lesson that evil necessarily turns into good has a certain mystical charm, yet today’s economy plays by different rules: interest rates, growing deflation, loss of influence. We need Germany’s moral resilience to remind us of Europe’s need for fiscal responsability and at the same time we should recognize that Greek families have paid a price for their mistakes those past two years: families lost between 25% and 40% of their monthly revenue, inflation spiked, unemployment rose to 30%. That social shock is harsh. If debt could be alleviated over time, how far should we go in restructuring current austerity measures? Greeks may deserve some redemption but not Paradise.  Michael Benhamou Source: Wiki...

Lire la suite
Froideur européenne et bouillonnement balkanique
05 Jan

Froideur européenne et bouillonnement balkanique

Une revue sur la sexualité, au Kosovo. À l’intérieur, des articles sur la séduction, sur l’homosexualité, sur les discriminations subies par des jeunes femmes dans une société où le non-dit fait beaucoup souffrir. La parution de ce numéro a provoqué une grande discussion publique et une agression en pleine rue, dans un stand où ce magazine se vendait. Les coupables ont aussitôt été condamnés par les tribunaux et par une large partie de la population. Ce micro-évènement témoigne d’un mouvement plus large dans les Balkans: une société civile se réveille après des décennies de système communiste, de guerres ethniques et d’intervention occidentale. En Bosnie, des regroupements de citoyens baptisés « plenum » se sont organisés depuis les manifestations anti-gouvernementales de février 201. Un an auparavant, le gouvernement bulgare était tombé lors de mouvements de protestation qui dénonçaient la hausse des factures d’électricité et la corruption rampante. L’Union européenne (UE) peut se féliciter d’une dynamique qui va dans le sens de son esprit de liberté et de justice. Mais la nouvelle Commission Juncker a bien fait entendre qu’elle n’appuierait pas l’entrée de nouveaux pays dans l’UE au cours de ces cinq prochaines années. Une déclaration qui vise principalement les Balkans de l’ouest, et notamment la Serbie. Jean Claude Juncker justifie cette décision par un besoin de stabiliser l’Europe à 28, la Croatie ayant récemment intégré l’Union en 2013, et par la nécessité d’accélérer le rythme des réformes dans la zone. L’opinion publique européenne joue un rôle dans ce tableau: le soutien à l’intégration de nouveaux membres est tombé aux alentours de 20-25%, et les élargissements récents nourissent les arguments de nombreux partis populistes. Cette temporisation est compréhensible mais elle s’accompagne d’un signal de désintérêt pour les Balkans particulièrement dommageable. Seul l’activisme allemand permet aujourd’hui d’éviter que l’effort de stabilisation de ces vingt dernières années ne soit déstructuré par l’entrisme russe ou turc. Vladimir Poutine a reçu des mains du Président serbe la plus haute distinction du pays en octobre 2014, une cérémonie qui doit beaucoup au contrôle russe des compagnies serbes de gaz et de pétrole. Moscou soutient par ailleurs une sécession de la République serbe de Bosnie (Republica Srpska), finalement découragée par Belgrade en 2014 afin de conserver ses chances d’intégration européenne. La compétition régionale grandit mais l’Europe reste l’acteur majeur grâce aux ressources de l’Instrument de Pre-Accession notamment et aux missions déployées, que l’accord Kosovo-Serbie de 2013 incarne avec succès. La dynamique de l’intégration européenne fonctionne toujours et certains pays balkaniques, comme l’Albanie, progressent dans les négociations de pré-accession. L’envie d’Europe l’emporte encore sur les pressions externes et les divisions ethniques. Aussi, c’est surtout la froideur des dirigeants européens qu’il faut redouter. Le dernier grand communiqué de la Commission Européenne (octobre 2014) est éclairant de ce point de vue: les trois bénéfices stratégiques identifiés de l’élargissement sont la sécurité, le bien-être et la prospérité. On aimerait que le réalisme de ce document fasse aussi place à un rappel identitaire plus clair et certainement plus entrainant: les pays des Balkans partagent nos valeurs et font partie de notre famille. Le gel de l’intégration ces cinq prochaines années n’est pas inutile: il pourrait inciter à plus de réformes budgétaires et à plus de progrès en matière d’Etat de droit. Encore faudrait-il que l’on continue de manifester de l’intérêt pour ces progrès et que l’on suive de près ces mouvements populaires qui sont l’avenir de leurs pays. Michael Benhamou Image:...

Lire la suite
La société grecque face à la récession
20 Mar

La société grecque face à la récession

La Grèce, entre 2008 et 2014, c’est l’explosion d’une bulle, la réalisation brutale de toute une nation qui vit largement au-dessus de ses moyens réels. Et puis derrière c’est une réalité sociale: une baisse de pouvoir d’achat de 20% à 45% selon les foyers, une inflation mal maitrisée qui accroit la pauvreté, un taux de chômage de 28% après des plans de licenciement dans la fonction publique et une récession alimentée par des impôts enfin collectés. C’est un choc « qu’aucune démocratie moderne n’avait jamais subi » selon plusieurs interlocuteurs encore incrédules. Théories de complot et rumeurs jouent alors leur rôle pour expliquer et simplifier. L’occasion n’est pas manquée par des partis extrémistes comme Aube Dorée d’égrener la liste des fautifs habituels: Américains, banquiers, Juifs, Turcs. Des histoires circulent dans la rue ou dans les taxis comme celle des lingots d’or volés par les Allemands en 1941 et qui ne furent jamais rendus! Le créancier n’est pas celui que vous croyez! Plus sérieusement maintenant, la société grecque souffre mais, fait notable, elle s’adapte rapidement au contexte ambiant. Les familles se regroupent, parents et enfants taisent leurs conflits pour faire front, certains jeunes s’expatrient ou de manière plus surprenante reviennent à la campagne pour cultiver la terre, leurs cursus universitaires s’orientant de plus en plus vers des filières techniques et moins vers les sciences humaines. Certains Grecs semblent même éprouver de la fierté face à une créativité et un dynamisme que la population se découvre, ou redécouvre, après des décennies de laisser aller et de dénigrement de soi-même. Curieux de ces évolutions mentales, le think tank ELIAMEP propose une table ronde en mars 2014 sur « les effets sociaux de la crise et le rôle de la société civile », en partenariat avec les Universités allemandes de Duisbourg et de Bonn. Tout un symbole. Quatre années après le début de la crise des dettes, et les conditions imposées par l’Union Européenne (UE) et le FMI, les Grecs pensent le chemin parcouru et expriment presque une surprise face à leur propre sang froid: « au pic de la crise, nous n’avions que 200.000 manifestants », peut-on entendre. Athènes se réveille cette année avec des comptes publics en léger excédent, de nouveaux gisements gaziers en mer Egée, une belle saison touristique en 2013 et des investissements étrangers en hausse. Pour les Athéniens, voilà de quoi satisfaire « une Europe sévère et qui n’a pas fait les mêmes efforts dans toute l’Union ». Les élections locales et européennes de mai 2014 voient l’émergence de partis qui appellent à une renégociation des accords de sauvetage financier. SYRISA, un nouveau parti hors système déjà très présent lors de la campagne législative de 2012, arrive en tête de ce mouvement avec 30% dans les sondages tandis que les partis historiques portant la responsabilité des négociations avec l’UE chutent à 5% (PASOK) et 24% (Nouvelle Démocratie). Les électeurs grecs diront si le moment est venu de baisser la garde ou non. Les capitales européennes, elles, devront réagir à ce vote en conséquence et se poser des questions tout autant macroéconomiques que sociétales: le rapport des grecs face à l’impôt s’est-il régularisé? La tolérance face à la corruption est-elle réellement circonscrite? La société grecque accepte t’elle sa part de responsabilité ou se contente t’elle d’accuser une classe politique défaillante? Un panneau blanc sans signature, sur le chemin de l’aéroport, résume bien l’état d’esprit général: « only in one place? ». En d’autres termes: serons-nous les seuls à payer? Il y a un aveu de culpabilité dans ce questionnement mais aussi une blessure encore vive exposée aux Européens de passage: ne soyez point trop moqueur ou trop hargneux contre nous, car comment réagirez-vous bientôt lorsque vos familles devront vivre sans les 3 ou 4% de déficit annuel que vos gouvernements empruntent aux marchés financiers depuis plusieurs décennies ?   Michael...

Lire la suite