Projets 2016 d’étudiants du Master Affaires Européennes de Sciences Po Paris
04 Juil

Projets 2016 d’étudiants du Master Affaires Européennes de Sciences Po Paris

Dans le cadre de notre partenariat avec le master Affaires européennes de Sciences Po, nous avons proposé cette année deux sujets : – l’UE et l’immigration: des règles communes pour une vision commune ? – Quelle influence russe en Europe, pour quels objectifs ? Les étudiants ont réalisé deux études de qualité, que nous sommes heureux de publier. Quentin Perret & Thomas Mimra   Image:...

Lire la suite
Projets 2015 d’étudiants en Master à Sciences Po Paris
12 Mai

Projets 2015 d’étudiants en Master à Sciences Po Paris

Depuis 2009, l’Atelier Europe accompagne les étudiants en Master à Sciences Po Paris dans la réalisation de leurs projets collectifs. Les sujets proposés chaque année s’inscrivent dans le débat politique européen, et permettent aux étudiants de mener une réflexion de fond en équipe, de la confronter avec des experts institutionnels, académiques et du secteur privé. Les productions ont été présentées lors d’une soirée à Sciences Po organisée le 7 mai dernier, puis publiées sur les sites web de l’IEP de Paris & de l’Atelier Europe, afin de valoriser le travail accompli et apporter la contribution des étudiants au débat européen. Nous les félicitons pour le travail accompli, et remercions l’équipe de Sciences Po pour ce partenariat fécond. Pour cette année universitaire marquée par référendum sur l’indépendance de l’Ecosse, les élections générales britanniques & le conflit dans l’est de l’Ukraine, deux sujets ont été retenus. « Le Royaume (dés)-Uni et l’Union européenne » Marie Agard, Pierre-Yves Angles, Manon Bouché, Irini Hajiroussou, Charles Hart et Christiane Van Ophem ont produit une note analytique, à partir du constat suivant. Depuis les origines de la construction européenne, le Royaume-Uni s’interroge sur sa place en Europe. Ce questionnement prend aujourd’hui un tour décisif : la victoire, aux dernières élections européennes, du parti Ukip, prônant la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne, et la promesse du Premier ministre britannique, David Cameron, d’organiser en 2017 un référendum sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l’UE, font désormais entrevoir la perspective d’une sortie. L’Angleterre est-elle définitivement décidée à sortir de l’Union européenne ? Ou reste-t-il une possibilité de voir les nations britanniques, unifiées ou séparément, demeurer dans l’UE ? Télécharger le projet en anglais peut être lue ici. Télécharger le résumé en français du projet ici. Le deuxième sujet d’études a porté sur la thématique suivante : « L’Ukraine, révélateur de l’efficacité européenne ? » Tayana Augrand, Melody Defforge, Vera Lamprecht, Nino Pruidze et Augustin Roncin ont réalisé leur étude à partir de cette problématique. Depuis la chute de l’URSS, l’Ukraine est un pays clé de la politique européenne de voisinage. Par le Partenariat oriental, l’UE et certains pays de l’ancien bloc soviétique ont cherché à renforcer l’ancrage occidental de l’Ukraine. Cette volonté s’est traduite par un projet d’accord de libre-échange, que l’Ukraine a finalement renoncé à signer en novembre 2013, en faveur de son voisin russe. Ce revirement a déclenché d’importantes manifestations pro-européennes en Ukraine ainsi qu’un jeu d’influence entre Etats-Unis, UE et Russie sur l’échiquier ukrainien. Première grande crise à la frontière de l’Europe depuis la création du SEAE, l’Ukraine est un révélateur des capacités et des limites de l’action de l’UE. Les étudiants ont analysé le rôle de l’UE dans cette crise d’un point de vue diplomatique, et étudié plus largement la capacité de l’UE à mener une politique d’alliance stratégique (économique, industrielle, militaire, influence…) au travers du cas ukrainien. Télécharger le projet en anglais ici. À la suite de la conférence les étudiants, les participants à la conférence ainsi que les membres de l’Atelier Europe se sont retrouvés autour d’un cocktail, afin de prolonger le débat.   Image: Wiki...

Lire la suite
Présentation des projets collectifs 2015 d’étudiants en Master à Sciences Po
30 Avr

Présentation des projets collectifs 2015 d’étudiants en Master à Sciences Po

Le jour des élections générales britanniques & un an après l’annexion de la Crimée, venez parler d’Europe ! Dans le cadre de leur projet collectif, deux groupes d’étudiants en Master à Sciences Po, en partenariat avec l’Atelier Europe, ont le plaisir de vous convier à une conférence au cours de laquelle ils délivreront les fruits de leurs travaux et de leurs réflexions. Celle-ci se tiendra le jeudi 7 mai 2015 à 17h dans les locaux de Sciences Po au 56 rue des Saints Pères salle B404. Dans un premier temps, un groupe d’étudiants présentera son étude intitulée « Le Royaume (dés) -Uni et l’Union européenne » puis le deuxième groupe d’étudiants vous partagera le fruit de ses travaux sur « L’Ukraine, révélateur de l’efficacité européenne? ». À la suite de la conférence vous pourrez échanger avec les étudiants ainsi qu’avec Thomas Mimra et Quentin Perret, les membres d’Atelier Europe ayant supervisé ces projets collectifs. Pour vous inscrire, merci d’envoyer un mail à l’adresse suivante: [email protected] Image:...

Lire la suite
Les projets collectifs du Master Affaires européennes, cuvée 2014
27 Juin

Les projets collectifs du Master Affaires européennes, cuvée 2014

Depuis 2009, l’Atelier Europe accompagne les étudiants du Master Affaires européennes de Sciences Po Paris dans la réalisation de leurs projets collectifs. Les sujets proposés chaque année s’inscrivent dans le débat politique européen, et permettent aux étudiants de mener une réflexion de fond en équipe, de la confronter avec des experts institutionnels, académiques et du secteur privé. Les productions, documentaire audiovisuel ou note d’analyse, ont été présentés lors d’une soirée à Sciences Po organisée le 16 mai dernier et sont ensuite publiées sur les sites web de Sciences Po et de l’Atelier Europe, afin de valoriser le travail accompli et apporter la contribution des étudiants au débat européen. Nous les félicitons pour le travail accompli. Pour cette année marquée par les élections européennes, trois sujets ont été retenus : 1) La mutualisation des capacités de défense conduira-t-elle à une armée européenne ? La crise économique et financière a contraint les États européens à réduire leurs budgets consacrés à la défense, et à mutualiser certaines activités. L’industrie de la défense, fédéralisée dans certains cas, concurrentielle dans d’autres, représente un enjeu de bassin d’emploi pour les États, la standardisation du matériel a été effectuée sur les critères de l’OTAN, mais nombre d’États considèrent encore ce secteur comme un domaine de souveraineté. Romane Audras, Charles Goislard de Monsabert, Carole Moyne, Jihye Kang et Friederike Richter ont étudié les avancées en matière de mutualisation des capacités de défense, d’un point de vue politique et non technique, en analysant les freins à lever pour permettre à une armée européenne effective de voir le jour, sans occulter le lien avec les diplomaties nationales & européennes. La réunion du Conseil Européen de décembre 2013 portait notamment sur la Politique de sécurité et de défense commune, et la crise en Ukraine révèle une fois de plus la pertinence d’une réflexion sur une défense européenne. L’Europe de la Défense from Atelier Europe on Vimeo. 2) Les régions et l’Europe, contre les États ? Concernant les régions et l’Europe, depuis les débuts de la construction européenne, les fonds européens participent au développement économique et social des régions, le statut des langues régionales a fait l’objet d’un avenant aux traités fondateurs de l’Union européenne… De nombreux États sont réticents à un approfondissement de l’intégration, alors que les régions y sont favorables et y voient un moyen d’émancipation. Le morcellement régional (Ecosse, Catalogne, etc.) favorisera l’intégration politique de l’UE ou, a contrario, son atomisation ? Par une étude comparative de différentes régions européennes, aspirant au statut d’État ou de gouvernement autonome, Alice Colombo, Laurie Croze, Maxime Delattre, Julian Gopffarth et Niccolo Ruben Pagani ont analysé le lien de ces régions à leur gouvernement national et à l’Europe, sous le prisme de l’intégration et la perspective des referenda en Écosse et en Catalogne (respectivement en septembre et novembre 2014), la campagne des élections européennes étant déjà un premier round pour les indépendantistes. View this document on Scribd Le résumé en anglais: View this document on Scribd 3) Les élections européennes : vers une politique paneuropéenne ? Enfin, Alessandra Cardaci, Scott Magalich, Paula Rettl Ferreira Santos et Marlène Schüsseler du projet « les élections européennes : vers une politique paneuropéenne ? » ont rendu une étude écrite. Après une première partie descriptive sur le Parlement européen, son rôle et ses compétences, la partie centrale de l’étude a examiné la campagne pour les prochaines élections européennes dans plusieurs pays européens, à partir d’interviews avec des hommes politiques, journalistes, experts et personnalités impliquées dans la campagne. Cette étude visait notamment à élucider les principaux thèmes mis en avant à l’occasion de la campagne, la mobilisation engendrée par celle-ci et son rôle dans le débat politique national. En comparant les différents pays considérés, les étudiants se sont efforcés de tirer des conclusions générales quant à l’émergence d’un débat et de thématiques politiques proprement européennes. View this document on Scribd Le résumé en français: View this document on Scribd   Thomas Mimra & Quentin Perret Photo:...

Lire la suite
Les projets collectifs au cœur des élections européennes!
13 Mai

Les projets collectifs au cœur des élections européennes!

Depuis 2009, l’Atelier Europe accompagne les étudiants du Master Affaires européennes de Sciences Po dans la réalisation de leurs projets collectifs. Les sujets proposés chaque année s’inscrivent dans le débat politique européen, et permettent aux étudiants de mener une réflexion de fond en équipe, de la confronter avec des experts institutionnels, académiques et du secteur privé. Les productions, documentaire audiovisuel ou note d’analyse, sont publiées sur le site web de Sciences Po et du think tank Atelier Europe, afin de valoriser le travail accompli et apporter la contribution des étudiants au débat. Pour cette année marquée par les élections européennes, trois sujets ont été proposés: la mutualisation des capacités de défense conduira-t-elle à une armée européenne? les régions et l’Europe, contre les États? les élections européennes: vers une politique paneuropéenne? La crise économique et financière a contraint les États européens à réduire leurs budgets consacrés à la défense, et à mutualiser certaines activités. L’industrie de la défense, fédéralisée dans certains cas, concurrentielle dans d’autres, représente un enjeu de bassin d’emploi pour les États, la standardisation du matériel a été effectuée sur les critères de l’OTAN, mais nombre d’États considèrent encore ce secteur comme un domaine de souveraineté. Les étudiants ont étudié les avancées en matière de mutualisation des capacités de défense, d’un point de vue politique et non technique, en analysant les freins à lever pour permettre à une armée européenne effective de voir le jour, sans occulter le lien avec les diplomaties nationales et européennes. La réunion du Conseil Européen de décembre 2013 portait notamment sur la Politique de sécurité et de défense commune, et la crise en Ukraine révèle une fois de plus la pertinence d’une réflexion sur une défense européenne. Concernant les régions et l’Europe, depuis les débuts de la construction européenne, les fonds européens participent au développement économique et social des régions, le statut des langues régionales a fait l’objet d’un avenant aux traités fondateurs de l’Union européenne… De nombreux États sont réticents à un approfondissement de l’intégration, alors que les régions y sont favorables et y voient un moyen d’émancipation. Le morcellement régional (Écosse, Catalogne, etc.) favorisera l’intégration politique de l’UE ou, a contrario, son atomisation? Par une étude comparative de différentes régions européennes, aspirant au statut d’État ou de gouvernement autonome, les étudiants ont analysé le lien de ces régions à leur gouvernement national et à l’Europe, sous le prisme de l’intégration et la perspective des referendums en Ecosse et en Catalogne (respectivement en septembre et novembre 2014), la campagne des élections européennes étant déjà un premier round pour les indépendantistes. Enfin, les étudiants du projet « les élections européennes: vers une politique paneuropéenne? » rendront une étude écrite. Après une première partie descriptive sur le Parlement européen, son rôle et ses compétences, la partie centrale de l’étude a examiné la campagne pour les prochaines élections européennes dans plusieurs pays européens, à partir d’interviews avec des hommes politiques, journalistes, experts et personnalités impliquées dans la campagne. Cette étude vise notamment à élucider les principaux thèmes mis en avant à l’occasion de la campagne, la mobilisation engendrée par celle-ci et son rôle dans le débat politique national. En comparant les différents pays considérés, les étudiants se sont efforcés de tirer des conclusions générales quant à l’émergence d’un débat et de thématiques politiques proprement européennes. Les étudiants de ces trois projets collectifs présenteront leurs travaux le vendredi 16 mai, de 17h à 20h dans l’amphi Jean Moulin, 13 rue de l’Université, venez débattre d’Europe avec eux! Thomas Mimra & Quentin Perret Atelier Europe Sur Facebook Photo: Parlement...

Lire la suite
Page 1 sur 41234