Invitation – 11 mai 2012 – Conférence avec le Master Affaires européennes de Science Po

Dans le cadre de leur projet collectif, des étudiants du Master Affaires européennes de Sciences Po, en partenariat avec l’Atelier Europe, ont le plaisir de vous convier à une conférence exceptionnelle au cours de laquelle ils délivreront le fruit de leur travail et de leur réflexion. Celle-ci débutera le vendredi 11 mai 2012 à 19h dans les locaux de Sciences Po du 13 rue de l’Université (75007 – Paris), au sein de l’amphithéâtre Jean Moulin. Dans un premier temps, vous assisterez à la projection d’un documentaire audiovisuel d’une quarantaine de minutes sur « les Européens face à la crise de l’euro et de la dette publique ». Celui-ci repose sur l’analyse de sept États membres de l’Union européenne dans leur réponse à la crise, en exposant certaines spécificités nationales et leur vision pour en sortir à l’échelle européenne. Dans cette optique, les étudiants ont interviewé de nombreux experts et ont reçu l’aide d’une étudiante en école de cinéma pour le montage. Dans un second temps, un deuxième groupe d’étudiants vous présentera ses réflexions sur le thème de « l’Union européenne dans les campagnes électorales nationales en Europe ». Tout au long de l’année, ils ont suivi avec attention et intérêt la tenue des campagnes électorales dans quatre pays de l’Union et ils se réjouissent de pouvoir vous dresser leurs conclusions. À la suite de la conférence vous pourrez échanger avec les étudiants ainsi qu’avec Thomas Mimra et Quentin Perret, les membres d’Atelier Europe ayant supervisé ces projets collectifs. Vous pouvez télécharger l’invitation ici. Pour vous inscrire, merci d’utiliser le formulaire ci-dessous: Chargement en...

Lire la suite

La montée des populismes en Europe menace-t-elle le projet d’une union politique?

L’Atelier Europe poursuit son partenariat avec le Master Affaires européennes de l’Institut d’études politiques, en commanditaire de projets collectifs, réalisés par les étudiants de ScPo. Cette année, le thème « La montée des populismes en Europe menace-t-elle le projet d’une union politique? » a donné lieu à un documentaire constitué d’interviews de chercheurs et d’universitaires, à une note d’analyse, ainsi qu’une projection à Sciences Po suivie d’un débat avec Jacques Barrot. Nous laissons la parole à Laura Fakra, Athéna Fooladpour, Christoph Schmiedel et Giovanni Scoazec, les quatre étudiants qui ont réalisé ce projet: La vague populiste touche l’ensemble de l’Europe: en Belgique, aux Pays-Bas, au Danemark, en Suède, en Autriche, en République Tchèque ou encore en Suisse, les partis dits populistes ont le vent en poupe. Au-delà de la vision d’un mouvement raciste et xénophobe qui gangrène une Union européenne encore si fragile, ce cours documentaire cherche, à travers les réflexions de Jacques Sapir, Yves Mény, Dominique Reynié et Yves Surel, à comprendre les raisons du phénomène populiste. Pour cela, les experts se penchent dans un premier temps sur la définition du terme et sur son instrumentalisation par des partis politiques qui ne doivent pas être cantonnés à l’extrême-droite, puis ils s’intéressent aux raisons d’une montée populiste en Europe, aux risques qu’elle comprend et aux remèdes qui peuvent éventuellement émerger dans les circonstances actuelles. Parole aux spécialistes pour un aperçu juste et sans concession d’un débat essentiel dans l’avenir de l’UE.   La montée des populismes en Europe menace-t-elle le projet d’une union politique? from Atelier Europe on Vimeo. Télcharger la note d’analyse. Télécharger le compte rendu en anglais....

Lire la suite
Présidence hongroise – Rencontre avec András Lánczi, président de la Fondation Századvég
18 Mai

Présidence hongroise – Rencontre avec András Lánczi, président de la Fondation Századvég

La Fondation Századvég (‘fin de siècle’) est l’un des acteurs historiques de la sortie du communisme en Hongrie. Elle a rassemblé au tournant des années 90 plusieurs des jeunes acteurs de la transition, avec pour ambition de réacclimater les valeurs européennes et occidentales en Hongrie après 40 années de communisme. Proche du parti FIDESZ au pouvoir et du Premier ministre Viktor Orbán, elle demeure un défenseur attitré de l’éthique libérale, de l’économie de marché, du droit de l’Etat et de l’intégration européenne. Elle est à la fois un centre de recherches et de publications, et un institut de formation pour chercheurs en sciences sociales et futurs dirigeants du pays. Quelles fins morales pour l’Europe? Le Président de la Fondation, András Lánczi, est un philosophe politique de formation. Son analyse de la crise de l’intégration européenne relève l’absence de finalités morales supérieures dans le projet européen. L’Union européenne peut-elle se contenter de ses succès passés et présents (la paix, une réelle prospérité, l’état de droit et la réunification en douceur du Continent européen), ou doit-elle répondre au besoin d’identification collective des Européens – et de quelle manière? La nation, cadre traditionnel de l’identité politique, pouvait se passer d’idéaux supérieurs; l’Europe ne le peut pas, et tel est son problème. L’Europe doit définir ses idéaux, ce qu’elle seule peut défendre au nom des citoyens européens, ainsi que ses limites géographiques. Faute de quoi, elle perdra sa légitimité avec sa raison d’être. En Hongrie, les controverses du présent … En Hongrie même, la Fondation, intimement liée au gouvernement en place et à son chef, a joué un rôle essentiel dans la rédaction de la nouvelle Constitution, qui remplace la Constitution communiste de 1949 amendée lors de la transition démocratique de 1989. Le processus d’émergence de cette nouvelle Constitution a été, et demeure, extrêmement controversé. Selon M. Lánczi, la population a été largement associée, sous la forme d’une consultation numérique. Environ un million de réponses aurait été transmis aux rédacteurs du texte, dont le travail reflète ainsi les aspirations des citoyens, avec parfois des modifications (contrairement à un souhait largement exprimé par la population, la nouvelle Constitution ne rétablit pas la peine de mort mais prévoit des peines de prison incompressibles). Pour ses opposants en revanche, le gouvernement a délibérément manipulé le processus consultatif pour finalement imposer sa vision, sans tenir compte des opinions contraires mais en rendant quasiment impossible tout retour en arrière (en raison des seuils élevés imposés pour tout amendement constitutionnel ultérieur). La nouvelle Consultation n’en respecte pas moins les obligations fondamentales de l’état de droit, auxquelles la Hongrie est astreinte en tant que membre de l’Union européenne. … reflet d’un passé pas dépassé La mise en place de la nouvelle Constitution a malgré tout remis en lumière – certains diront ravivé – les profondes divisions internes de la Hongrie post-communiste. De 2002 à 2010, la Hongrie a été gouvernée par le parti socialiste, successeur direct du parti communiste de l’époque soviétique; les principaux dirigeants politiques de cette période ont tous débuté leur carrière sous, et au service de, l’ancien régime. Viktor Orbán, l’actuel premier ministre, est pour sa part un dissident de la première heure. Ayant triomphé de ses adversaires aux élections de 2010 (son parti détient plus des deux tiers des sièges au Parlement), il s’est donné pour mission d’effacer les dernières traces de la période soviétique de la Hongrie et de réconcilier le peuple avec les bouleversements économiques et institutionnels intervenus depuis 1989. M. Lánczi, qui partage cet objectif, défend par conséquent les ‘dérives populistes’ imputées au chef du gouvernement hongrois: compte tenu de l’Histoire récente du pays, il n’y a pas d’alternative en Hongrie à un discours basé sur la ‘communauté nationale’ pour réconcilier le peuple avec ses élites et, par extension, avec le nouvel ordre libéral et européen. Il reste que V. Orbán polarise et exacerbe les passions opposées, en Hongrie, et désormais en Europe. M. Lánczi conclut en soulignant l’attachement de la Hongrie à l’intégration européenne, même si cet attachement n’est pas aveugle: l’Union européenne n’a pas encore entièrement justifié sa propre existence et demeure à la merci de l’adversité. Pour les Européens, il n’existe toutefois pas d’alternative compatible avec une existence civilisée.   Quentin PERRET Pôle Energie / Europe élargie À lire également: Hongrie: l’Europe, malgré tout. Présidence hongroise – Rencontre avec György Nádasi, Directeur adjoint pour la Stratégie pour la région du Danube Présidence hongroise – Rencontre avec Zoltán Cséfalvay, Secrétaire d’État à la stratégie...

Lire la suite

Identité française et européenne: L’UE, un simple outil d’influence pour la France?

En collaboration avec les étudiants de Master Affaires Européennes de Sciences Po, l’Atelier Europe donne la parole aux générations futures. Identité française et européenne: L’UE dans l’espace médiatique français: L’UE, un simple outil d’influence pour la France? from Atelier Europe on Vimeo. Sont interviewés: Paul Clairet, Conseiller politique à la Commission européenne Sylvie Goulard, Députée européenne ADLE Alain Lamassoure, Député européen PPE-DE Christian Lequesne, Directeur du CERI à Sciences Po Michel Clamen, Directeur du Master Lobbying européen à l’ICP Voir également: Et demain, une Europe? Identité française, identité européenne: L’exception culturelle française, mythe ou réalité? Identité française et européenne: Sentiment national ou identité européenne? Identité française et européenne: L’UE dans l’espace médiatique français: Désintérêt populaire ou opacité...

Lire la suite

Identité française et européenne: L’UE dans l’espace médiatique français: Désintérêt populaire ou opacité politique?

En collaboration avec les étudiants de Master Affaires Européennes de Sciences Po, l’Atelier Europe donne la parole aux générations futures. Identité française et européenne: L’UE dans l’espace médiatique français: Désintérêt populaire ou opacité politique? from Atelier Europe on Vimeo. Sont interviewés: Paul Clairet, Conseiller politique à la Commission européenne Michel Clamen, Directeur du Master Lobbying européen à l’ICP Alain Lamassoure, Député européen PPE-DE Jean Quatremer, Journaliste à « Libération » – Correspondantà Bruxelles Christian Lequesne, Directeur du CERI à Sciences Po Voir également: Et demain, une Europe? Identité française, identité européenne: L’exception culturelle française, mythe ou réalité? Identité française et européenne: Sentiment national ou identité européenne? Identité française et européenne: L’UE, un simple outil d’influence pour la France?...

Lire la suite
Page 3 sur 41234