Anguel Tcholakov: « l’objectif est de transformer les défis en possibilités »

3 questions à l’Ambassadeur de Bulgarie en France

1/Les Français connaissent peu la Bulgarie. Quels sont les liens et les domaines de coopération entre la France et la Bulgarie ? 

La Bulgarie et la France entretiennent des relations d’amitié et de partenariat, fondées sur la confiance et sur des valeurs démocratiques partagées, tant au niveau bilatéral que sur la scène européenne. Les Bulgares ont toujours apprécié la civilisation française, la langue et la culture, la science et la littérature françaises.

Les rapports entre la Bulgarie et la France ont des racines historiques profondes qui datent du 9-ème siècle. Les relations diplomatiques entre les deux pays sont établies officiellement le 8 juillet 1879. Au cours des années, indépendamment des changements en termes politiques et économiques, la Bulgarie et la France ont su sauvegarder les liens forts qui les unissaient.

L’évènement majeur qui a marqué les relations bilatérales et a donné un nouvel essor à la coopération entre les deux pays au début des réformes démocratiques en Bulgarie est sans doute la visite d’Etat du Président Mitterrand en 1989 et le petit-déjeuner qu’il avait pris à cette occasion avec plusieurs intellectuels dissidents, dont le philosophe Dr Jeliu Jelev, qui allait devenir le premier Président de la République démocratiquement élu. Cette rencontre symbolique a renforcé encore d’avantage l’appréciation des bulgares à l’égard de la France.

Aujourd’hui, nous constatons un renforcement significatif du dialogue politique entre les deux pays qui s’est traduit l’année dernière par des rencontres de haut et très haut niveau. La Bulgarie et la France travaillent côte à côte dans le cadre de l’Union européenne. Nos deux pays ont une grande convergence des positions sur les principaux sujets de l’agenda européen. Nous voulons une Union européenne forte et efficace, stable et solidaire, capable de répondre aux préoccupations de nos citoyens et aux nouveaux défis du monde d’aujourd’hui.

Dans le domaine économique et commercial la coopération entre la Bulgarie et la France connait un renouveau au cours des cinq dernières années. La valeur des échanges a augmenté de 50% en 10 ans et en 2017 a atteint près de 2 milliards d’euros. Les investissements français en Bulgarie pour la période 2008-2018 atteignent 1,6 milliard d’euros.

La Bulgarie possède des atouts qui sont de plus en plus appréciés par les touristes français dont le nombre augmente de plus de 20% par an et atteint 170 000 en 2017.

L’agriculture est un autre domaine de coopération qui constitue une priorité commune pour nos deux pays. La coopération s’est intensifiée ces dernières années avec une forte  croissance de la balance commerciale agricole (1.2 milliards d’euros en 2016), une  augmentation significative des investissements français dans ce secteur et un travail commun dans le cadre de la Politique agricole commune.

Les échanges sont intenses dans les domaines de la culture, de l’éducation et les échanges universitaires. Des instituts culturels existent à Sofia comme à Paris et de nombreux événements culturels sont régulièrement organisés. Un évènement phare dans ce cadre était sans doute l’exposition sur la culture thrace qui a eu lieu en 2015 au musée du Louvre et qui a connu un grand succès.

2/Quels sont les enjeux pour la Bulgarie à l’occasion de sa première présidence du conseil de l’UE en cours jusqu’en juillet ?

La Bulgarie a pris sa première Présidence du Conseil de l’UE à un moment clé pour l’Union. De nombreux nouveaux défis sont à l’ordre du jour et l’Europe est au seuil de réformes importantes visant à la rendre plus forte, plus unie et plus démocratique. C’est dans cet esprit que la Présidence bulgare s’est fixée pour ambition de préserver et faire évoluer cette Europe vers plus de stabilité, de sécurité et de solidarité. Notre objectif est de répondre aux besoins réels des citoyens européens, de transformer les défis en possibilités. Et nous ne pouvons le faire qu’à travers le consensus, la cohésion et la compétitivité.

La Bulgarie a choisi sa devise nationale comme devise de sa première présidence du Conseil de l’UE – l’Union fait la force. Nous travaillons pour l’union, tant des États membres que des institutions européennes. Notre ambition européenne doit nous inspirer et non pas nous diviser, elle doit être partagée, et non pas imposée.

La présidence bulgare travaille sur quatre domaines prioritaires:

–       la cohésion économique et sociale, centrée sur le cadre financier pluriannuel de l’UE, les futures politique de cohésion et politique agricole commune, ainsi que sur l’approfondissement de l’Union économique et monétaire ;

–       la stabilité et la sécurité en Europe avec une plus grande sécurité des frontières extérieures, une gestion plus efficace de la migration, le fondement de l’Union de défense, y compris en mettant en place la première coopération structurée permanente au sein de l’UE;

–       la Perspective européenne et les Balkans occidentaux: l’intention de la Bulgarie est de profiter de son expertise régionale, pour soutenir les réformes des pays des Balkans occidentaux liées à l’adhésion à l’UE et placer au premier plan de l’ordre du jour des Balkans la paix et la stabilité dans cette région. Un sommet UE- Balkans occidentaux se tiendra à Sofia le 17 mai 2018 visant à imprimer un nouvel élan aux relations de ces pays avec l’UE.

–       l’économie numérique et les compétences pour l’avenir: Il s’agit d’un focus sur l’achèvement du marché numérique unique de l’UE et le développement de l’économie et des capacités numériques.

3/ Comment décrieriez-vous le sentiment et les attentes à l’égard de l’UE en Bulgarie en 2018 ?

Malgré le fait que l‘euroscepticisme gagne du terrain en Europe ces derniers temps, les bulgares sont majoritairement très favorables à l’Union européenne.

L’UE est perçue comme garante de protection face aux défis globaux tels que la lutte contre le terrorisme ou le changement climatique, et à la fois comme un élément essentiel contribuant à améliorer la vie quotidienne des citoyens.

En 2018 les citoyens bulgares espèrent qu’un progrès sur le dossier de l’adhésion de la Bulgarie à l’espace Schengen sera fait et que le pays pourra rejoindre la salle d’attente de la zone euro. L’adoption de l’euro est très importante parce qu’elle permettra non seulement de renforcer la compétitivité des entreprises mais elle est aussi une étape importante dans l’approfondissement de l’intégration européenne en vue d’une meilleure coordination des politiques économiques nationales.

 

Pour une « Chambre du Futur » avec vue sur l’Europe

En cours de refondation, le Comité économique, social et environnemental pourrait être un des acteurs majeurs de l’organisation et de l’accueil en France des conventions démocratiques européennes.

par Aymeric Bourdin, publié le 28 septembre 2017 sur le cercle les Eschos

Alors que l’Assemblée nationale a été largement renouvelée en juin, alors que fin septembre, un tiers des sénateurs ont remis en jeu leur siège, la troisième chambre de la République s’apprête de son côté à vivre une refondation. L’occasion pour le Conseil économique, social et environnemental de prendre toute sa place de forum de la société civile. Et s’il avait un rôle majeur à jouer dans l’organisation des conventions démocratiques européennes ?

Le paysage de la société civile en France est morcelé. D’un côté, les corps intermédiaires représentés au CESE, de l’autre, hors les murs, d’innombrables associations et groupes de réflexion, plus ou moins structurés. Ces « forces vives », qui bien souvent ont pour identique objectif de représenter la société civile, ne se parlent pas assez et vont parfois jusqu’à se vivre comme antagonistes.

Or nous vivons un moment singulier qui semble clairement au « passage à l’Europe » (Van Middelhar), dans son acception la plus démocratique. Annoncées lors de la campagne présidentielle, confirmées le 3 juillet devant le Congrès et évoquées à nouveau à La Sorbonne par Emmanuel Macron, les conventions démocratiques s’annoncent ouvertes et décentralisées. Elles devraient avoir lieu en France et dans les pays européens qui le souhaitent pour produire des propositions citoyennes sur le projet européen.

Pour qu’elles soient légitimes et efficaces, il faut en effet qu’elles aient comme principe une approche bottom up qui parte du local, au plus près du citoyen. Ainsi débats, échanges et dialogues ouverts sur les questions liées au projet européen peuvent mobiliser un socle démocratique, nécessaire complément des initiatives politiques et diplomatiques en cours.

Alors que certains souhaitaient sa suppression pure et simple, le CESE de son côté a été confirmé dans son rôle de chambre consultative et s’apprête à vivre une refondation. Dès lors, pourquoi ne pas faire du CESE le point de convergence de ces conventions ? Cela aura le mérite d’y insuffler plus encore une approche transversale et européenne, qui ne manquera pas demain d’irriguer nombre des sujets déjà traités au Palais d’Iena.

Pour les conventions, cela aurait le mérite d’apporter un réseau institutionnel déjà structuré sur le territoire. Pour la société civile dite organisée, cela permettrait de reprendre un dialogue interrompu entre des organisations souvent proches.

Par ailleurs, les calendriers des conventions et de la réforme du CESE peuvent être cohérents : premier semestre 2018. Enfin, pour ce qui est du rôle de prospective et de dialogue vers lequel semble se diriger l’institution, l’Europe comme horizon est un échelon de travail pertinent. Celui du long terme.

Instaurer une mobilité de terrain pour les fonctionnaires de la Commission

par Emmanuel Vivet, mars 2017

Pour se réinventer et rester pertinente dans ce monde complexe, l’Europe a besoin de davantage de matérialité, d’expérience et de sens des réalités.

Observons la Commission européenne. Ses cadres sont de bon niveau, ayant réussi un concours difficile vers 25 ou 30 ans. Mais leur carrière se déroule presque exclusivement dans les institutions européennes. Ils travaillent ainsi jusqu’à leur retraite, évoluant d’une direction à l’autre, sans quitter Bruxelles. Cette situation n’est pas saine car elle ne permet pas un croisement suffisant avec la réalité et les ressentis du terrain. Il en allait différemment autrefois, dans les années 1960, quand les nouveaux venus européens étaient d’anciens fonctionnaires nationaux qui avaient connu une première carrière dans leur pays. Le lien avec le terrain est essentiel.

La Commission a tenté d’infléchir ce biais en rendant obligatoires les « études d’impact » en parallèle de toutes ses nouvelles propositions législatives. Mais l’exercice reste assez formel, et continue de se dérouler à Bruxelles.

De leur côté, les Etats-membres se sont approprié le mode de fonctionnement européen : leurs fonctionnaires « apprennent l’Europe ». Le système des « experts nationaux détachés » (END) fonctionne à plein et représente près d’un cadre sur dix au sein de la Commission. Ces cadres, payés à moitié par leur pays et à moitié par la Commission, aident sur des sujets pointus et apportent, pendant deux ou quatre ans, leur expérience. La France, avec environ 120 END, est le premier Etat sur la liste. Pourquoi ne pas imaginer l’inverse : que les cadres de la Commission soient invités à effectuer une partie de leur carrière européenne dans les Etats membres, « apprenant l’Europe de terrain » à leur tour ?

Proposition : Exiger de la Commission qu’elle modifie ses règles de promotion interne afin que nul ne puisse être promu au niveau de chef d’unité ou de directeur s’il n’a pris le temps d’une période significative (par exemple deux ans) de détachement dans l’administration d’une région européenne, dans l’administration d’un Etat membre ou dans une entreprise.

Bien sûr on pourrait ajouter que la mobilité doive s’effectuer préférentiellement vers un pays autre que le pays d’origine du fonctionnaire afin d’éviter les conflits de légitimité pendant la durée du détachement.

Notons au passage que le détachement est déjà possible, dans le sens où un fonctionnaire européen peut effectuer une mobilité dans un Etat membre. Cependant cette possibilité n’est pas utilisée, principalement en raison du niveau des salaires à la Commission et de la qualité de vie à Bruxelles, qui dissuadent un fonctionnaire de quitter volontairement les institutions. C’est pourquoi la mise en place d’une règle est seule à même de créer ce mouvement, nécessaire, des cadres européens vers le terrain.