Café débat à Hénin Beaumont, le jeudi 15 janvier

Hénin-Beaumont_Hotel-de-VilleLe contexte émotionnel, mais aussi politique, lié aux récents évènements offre une opportunité rare de discussion sur les sujets de fond, telle la dimension européenne des préoccupations courantes, laquelle est seulement évoquée, non sans intérêt partisan, lors des élections quinquennales. Nous voulons discuter, sans fard, les interrogations de citoyens pour que vive enfin le débat, et nous invitons les médias à s’y associer.

L’Atelier Europe, think-tank indépendant créé en 2005 et visant à promouvoir un débat public sur l’action de l’UE, organise à cet effet un café débat à Hénin Beaumont.

L’objet de cet évènement est un échange entre des experts et des citoyens dans un cadre chaleureux et dans un territoire où la dimension européenne suscite au mieux l’indifférence, au pire le rejet comme en atteste le succès de formations anti UE aux dernières élections.

Les thématiques principales seront l’emploi (la ville connaissant un taux de chômage de 25% de chômage et 43% de la population ayant moins de 30 ans) et la sécurité (notamment après le drame de Charlie Hebdo), les deux étant considérés aussi sous l’angle migratoire.

Le débat se tiendra jeudi 15 janvier 2015 à 20h à Label Anglaise, 171 Place Wagon à Hénin-Beaumont.

 

Jérôme Cloarec

Source: Wikicommons

Froideur européenne et bouillonnement balkanique

Une revue sur la sexualité, au Kosovo. À l’intérieur, des articles sur la séduction, sur l’homosexualité, sur les discriminations subies par des jeunes femmes dans une société où le non-dit fait beaucoup souffrir. La parution de ce numéro a provoqué une grande discussion publique et une agression en pleine rue, dans un stand où ce magazine se vendait. Les coupables ont aussitôt été condamnés par les tribunaux et par une large partie de la population.

Ce micro-évènement témoigne d’un mouvement plus large dans les Balkans: une société civile se réveille après des décennies de système communiste, de guerres ethniques et d’intervention occidentale. En Bosnie, des regroupements de citoyens baptisés « plenum » se sont organisés depuis les manifestations anti-gouvernementales de février 201. Un an auparavant, le gouvernement bulgare était tombé lors de mouvements de protestation qui dénonçaient la hausse des factures d’électricité et la corruption rampante.

L’Union européenne (UE) peut se féliciter d’une dynamique qui va dans le sens de son esprit de liberté et de justice. Mais la nouvelle Commission Juncker a bien fait entendre qu’elle n’appuierait pas l’entrée de nouveaux pays dans l’UE au cours de ces cinq prochaines années. Une déclaration qui vise principalement les Balkans de l’ouest, et notamment la Serbie. Jean Claude Juncker justifie cette décision par un besoin de stabiliser l’Europe à 28, la Croatie ayant récemment intégré l’Union en 2013, et par la nécessité d’accélérer le rythme des réformes dans la zone. L’opinion publique européenne joue un rôle dans ce tableau: le soutien à l’intégration de nouveaux membres est tombé aux alentours de 20-25%, et les élargissements récents nourissent les arguments de nombreux partis populistes. Continuer la lecture de « Froideur européenne et bouillonnement balkanique »

Sortie de l’euro: comment interpréter l’action de la BCE ?

IMG_6927

La déclaration du président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi, ce jeudi, suivant laquelle "la BCE est prête à faire tout ce qu'il faudra pour préserver l'euro" a eu comme effet d'apporter une accalmie sur les marchés, observable notamment via une détente sur les taux souverains espagnols et italiens. En affirmant que les niveaux de rémunération exigés par les investisseurs pour prêter à ces pays n'étaient pas acceptables, et donc en sous-entendant que la BCE pourrait agir pour les faire baisser, ce qu'elle peut faire (par exemple en rachetant des titres sur le marché secondaire, avec un effet immédiat sur le marché primaire de la dette, bien que la BCE ne puisse agir directement sur ce marché), la BCE s'est une fois de plus positionnée comme l'institution européenne la plus proactive et finalement la principale force motrice de l'intégration comme pouvait l'être la Cour de justice au début de la Communauté.

Qu'en conclure? Selon toute évidence que les institutions et les gouvernements européens disposent de marges de manœuvre réelles pour influencer les marchés. En d'autres termes, tout n'a pas été essayé pour lutter contre la crise financière et ses effets sur les dettes souveraines. Cette dimension a été abondamment commentée par la presse et il ne semble pas nécessaire d'y revenir. Une deuxième conclusion qui s'impose néanmoins, et qui est étrangement passée sous silence depuis le début de la crise, a trait à la signification d'une telle capacité à influencer les marchés, sans commmune mesure avec les sommets à répétition et dont les conclusions n'apportent qu'un optimisme éphémère, de quelques heures tout au plus. En effet, quand la BCE parle, les marchés écoutent, car la BCE décide, de manière indépendante et cohérente, et met en oeuvre ses décisions, tandis que l'on a vu à quel point les conclusions des sommets européens, ambitieuses prima facie, mais tellement floues et difficiles à mettre en oeuvre qu'elles ne trompent guère.

Pourquoi cela est-il possible? Parce que la BCE est la seule institution réellement fédérale de l'UE (la Commission dispose également de certaines compétences de nature fédérale: concurrence, commerce, etc., mais n'est pas une institution fédérale en tant que telle). Les sommets illustrent en revanche le retour en force de la méthode intergouvernementale, avec son cortège de complexité liée à la recherche laborieuse du consensus (mou), à la constitution d'équilibres précaires, aux combats de coqs entre chefs d'Etats, etc. Efficacité et crédibilité du fédéral d'une part, atermoiements de l'intergouvernemental d'autre part: la conclusion semble limpide. Reste à l'énoncer clairement et à en tirer les conséquences qui s'imposent.

UE – Ukraine: Je t’aime, moi non plus (2/2)

(Première partie)

Faute d’une intégration pleine et entière à l’Occident, l’Ukraine reste tributaire de la politique russe. La Russie est le premier partenaire économique du pays, de nombreux Ukrainiens (dont le Président) ont le russe pour première langue, et le chef de l’État souhaite conserver d’étroites relations avec Moscou. Mais les objectifs de la Russie vis-à-vis de l’Ukraine posent problème. Le gouvernement russe souhaite intégrer l’Ukraine dans une Union douanière dont font déjà partie la Biélorussie et le Kazakhstan: un projet qui fermerait toute perspective d’intégration européenne. Et la menace d’un nouveau conflit énergétique reste plus que jamais d’actualité. Ici, le motif spontané du conflit (la querelle sur le prix, qui ne peut qu’opposer le fournisseur russe à son client ukrainien) se trouve exacerbé par plusieurs facteurs: la personnalisation des intérêts en jeu (certains oligarques ainsi que les électeurs de Viktor Ianoukovitch étant les plus intéressés à obtenir un rabais gazier, indispensable à la viabilité de l’industrie ukrainienne) ; la détermination du président ukrainien à renégocier l’accord de fourniture conclu en 2009 par son adversaire Yulia Timochenko (incarcérée aujourd’hui, à la suite d’un procès que beaucoup, en Ukraine et en Europe, considèrent comme politique), demande catégoriquement rejetée par les dirigeants russes; et l’enjeu capital du transit vers l’Europe. Héritage là encore de l’Union soviétique, 80% des importations européennes de gaz russe transitent par l’Ukraine. Ce fait constitue tout à la fois une garantie de survie pour les Ukrainiens et une hypothèque permanente pour les Européens et les Russes. Depuis plusieurs années, et plus encore depuis la crise gazière de janvier 2009, ces derniers sont décidés à lever cette hypothèque. D’où les projets de gazoducs Nordstream et South Stream, destinés à alimenter directement les grands marchés européens en contournant les pays de transit. À défaut, la Russie est déterminée à prendre le contrôle des gazoducs ukrainiens, via une joint venture entre Gazprom et l’entreprise ukrainienne Naftogaz – un projet catégoriquement rejeté par Kiev.

Continuer la lecture de « UE – Ukraine: Je t’aime, moi non plus (2/2) »

Que veut la France?

Voilà plusieurs mois, nous nous interrogions sur les incertitudes allemandes, s’agissant de la politique étrangère comme de la zone Euro. Force est de constater que l’indécision est aujourd’hui dans le camp de la France. En effet, en réponse à la crise européenne, l’Allemagne, en l’espèce le parti de la Chancelière Map-by-Peter-ArkleAngela Merkel, la CDU, a avancé des positions très offensives en matière d’intégration communautaire. Au cours de son congrès annuel, avec pour très clair intitulé « pour l’Europe, pour l’Allemagne », tenu à Leipzig, la CDU a proposé un programme de réforme institutionnelle assumant un véritable choix fédéraliste pour l’Union. L’Allemagne propose, entre autres, l’élection du président de la Commission européenne au suffrage universel, l’instauration d’un véritable bicaméralisme au niveau européen (le Parlement étant la chambre basse et le Conseil la chambre haute) et en matière économique un système qui consisterait à instaurer la solidarité financière contre une plus grande discipline, et partant un contrôle, budgétaire avec une automaticité des sanctions en cas de déficits excessifs.

Ces propositions allemandes auraient dû faire l’effet d’une bombe à Paris. Et qu’a-t-on constaté? Rien, un silence assourdissant comme le souligne à raison Eric le Boucher. On peut discuter le fondement des propositions allemandes mais on ne saurait les ignorer ainsi. De fait, l’histoire européenne révèle une certaine duplicité, quelle que soit la couleur des gouvernements concernés, s’agissant des positions françaises. Les discours sur notre engagement européen, les envolées lyriques sur la signification de la construction communautaire masquent dans les faits un comportement de boutiquier lorsqu’il s’agit de faire avancer politiquement l’Union. La position de l’élite française consiste inlassablement à tirer profit de la puissance économique allemande, et ce à structures politiques (quasi) constantes. Le beurre et l’argent du beurre.

Continuer la lecture de « Que veut la France? »

UE – Ukraine: Je t’aime, moi non plus (1/2)

Depuis l’élection à la présidence de Viktor Ianoukovitch, la position internationale de l’Ukraine semble se heurter à une double impossibilité: impossibilité d’un rapprochement durable avec l’Union européenne, compte-tenu du poids des intérêts et oligarchies qui entourent le nouveau Président et son parti et interdisent toute réforme en profondeur de l’État et de l’économie; et impossibilité d’une réconciliation pérenne avec la Russie, du fait de la persistance du conflit énergétique et de l’incapacité des dirigeants des deux pays à s’accorder sur une solution mutuellement satisfaisante.

Jusqu’à présent, Viktor Ianoukovitch a su recourir à des expédients (le plus fameux étant l’accord d’avril 2010 dit « flotte contre gaz », prolongeant la présence à Sébastopol de la flotte russe en échange d’une diminution conséquente mais temporaire du prix du gaz importé) qui lui ont permis de repousser les choix décisifs. Pour combien de temps encore l’Ukraine est-elle en mesure de poursuivre durablement sa politique du « muddle through », grâce à une suite continue d’arrangements ponctuels avec ses voisins? Ou les contradictions de sa situation l’obligeront-elles au contraire finalement à accepter les conditions de l’un ou de l’autre, à adopter franchement le « modèle européen » ou à entrer dans une communauté économique et énergétique dominée par la Russie. Inutile de préciser que les conséquences de tel ou tel choix pour la géopolitique régionale et la sécurité intérieure et extérieure du pays, sont très différentes.

Continuer la lecture de « UE – Ukraine: Je t’aime, moi non plus (1/2) »

Arnaud Montebourg ou l’ineptie du protectionnisme européen

Bataille-navale2Dans sa lettre à Martine Aubry et François Hollande, Arnaud Montebourg prêche pour un "protectionnisme européen, social et écologique". Il faut reconnaître aux deux destinataires le courage d’avoir su botter en touche dans leurs réponses et de ne pas avoir repris à leur compte la revendication de "démondialisation".

"Démondialiser", comme le suggère Arnaud Montebourg, entraînerait des conséquences dramatiques tant pour l’industrie française, laquelle dépend largement des exportations, et a besoin de produits importés que la France ne sait pas ou ne peux pas produire, et de ce fait pour les salariés français également, que pour les ménages, lesquels seraient confrontés à une flambée du prix des produits importés (carburant, textiles, électronique…).

L’Atelier Europe a déjà démontré la vanité d’une telle politique, et souhaiterait simplement montrer ici à quelle point les propositions d’Arnaud Montebourg participent d’un mensonge électoraliste qui entretient le déni de réalité d’une partie des Socialistes à l’égard de l’Europe. Arnaud Montebourg invoque un protectionnisme "européen" (sans doute en partie pour éviter de voir sa thèse trop rapidement rapprochée de celle du Front National): il affirme ainsi qu’ "éclairés" par la position française, les autres pays européens suivront et se rallieront à cette thèse.

Arnaud Montebourg se place ici dans la droite ligne de Laurent Fabius, lorsque ce dernier réclamait en 2005 un traité "plus social". Il savait pertinemment que personne n’en voulait en Europe, ni évidemment les Anglais (opposés à un droit du travail trop contraignants), mais également ni les Scandinaves (attachés à un modèle protecteur dont ils ne souhaitaient pas débattre à Bruxelles), ni les nouveaux entrants (qui attirent des investissements et croissent grâce à la flexibilité de leur modèle). Pourtant, Monsieur Fabius a affirmé qu’il était possible d’harmoniser les politiques sociales européennes, d’avoir un SMIC européen, des législations communes, etc., comme si la France allait réussir à imposer aux autres la rigidité de son modèle plutôt que de se réformer. Monsieur Fabius connaissait la réalité, mais il l’a masquée à ses électeurs.

Monsieur Montebourg se pose en digne héritier de cette méthode (est-ce là une énième résurgence du dogme mitterrandien du PS pris sur sa gauche?). Car il faut le dire et le répéter: jamais les autres pays de l’UE ne voudront adopter de barrières protectionnistes telles qu’il les propose: l’Allemagne croît grâce à ses exportations, comme les pays scandinaves, tandis que les Anglais ou les Néerlandais sont viscéralement attachés au libre-échange, qui assure leur fortune depuis des siècles. Les pays latins sont peut-être moins enthousiastes à l’égard de la mondialisation, mais ils savent pertinemment qu’il s’agit d’une évolution irréversible: il suffit de constater que les dirigeants socialistes de ces pays (Zapatero, Prodi il y a quelques années) ont toujours été plus proches du modèle "blairiste" que des socialistes français (ces derniers se gaussent en général quand on évoque Tony Blair, mais ils gagneraient sans doute à tirer les leçons de leur isolement sur la scène socialiste européenne). Bref, là où les Britanniques se placent à un extrême du spectre libre échangiste, la France se trouve elle aussi isolée mais à un autre extrême, protectionniste. Malheureusement, les Français ne semblent pas en avoir conscience ce qui laisse libre cours aux spéculations électoralistes.

Dès lors, et Monsieur Montebourg le sait bien, même s’il refuse de l’avouer, la démondialisation devra se faire à l’échelle nationale, puisqu’elle ne se fera pas à l’échelle européenne. Est-ce faisable, alors que la France est dans le marché unique? La réponse est non, puisque la libre circulation des biens impose qu’une fois rentré dans l’UE (que ce soit à la frontière portugaise ou finlandaise), un produit y circule librement. Pour imposer de nouvelles taxes aux produits chinois, il faudra donc les imposer à la frontière française, et donc sortir du marché commun. Or ce dernier est le socle de l’UE: il faudra donc en sortir également (avec un effet dramatique sur nos exportations et nos importations, réseaux de transports, politique de concurrence, d’innovation, agricole, de développement…), abandonner l’euro (et donc faire le choix de l’inflation et de l’instabilité), et in fine se résoudre à devenir un petit pays en déclin et en repli.

Arnaud Montebourg n’a pas eu le courage d’aller au bout de son raisonnement, et en cela, s’est rendu coupable d’entretenir l’idée d’un socialisme français phare de l’Europe, illusion dans laquelle s’enferme une partie des socialistes français. La France, comme toute démocratie, a besoin d’une opposition crédible et mérite donc mieux que cela. Souhaitons donc que le lauréat de la primaire du PS, Monsieur Hollande, se garde d'emprunter les chemins obscurs proposés par Monsieur Montebourg en matière économique.

 

Photo