Le Portugal, en charge de la présidence du conseil de l’UE jusqu’au 1er juillet

par Aymeric Bourdin, Alexis de Chaisemartin, Ophélie Derlon , Rolland Mougenot, Pierre-Emmanuel Saint Esprit, Isa Schulz et Victor de Vilmorin

Le Portugal, une géographie qui oriente son développement vers l’Atlantique

Situé à l’extrême Sud-Ouest de l’Europe, le Portugal est l’un des pays les plus isolés géographiquement d’Europe ayant comme voisin unique l’Espagne avec qui ils partagent la péninsule Ibérique. Avec moins de 100 000 km², le Portugal est doté de ressources naturelles limitées

Un double orientation géopolitique façonnée par l’histoire

Historiquement, le Portugal a toujours refusé de se rapprocher de l’Espagne et donc indirectement de l’Europe. La géopolitique du Portugal s’est donc faite par la mer. Le Portugal rejoint l’OTAN en 1949 et possède des relations très fortes avec ses anciennes colonies notamment l’Angola, le Brésil et le Mozambique. Cependant, depuis la fin de la dictature en 1974 et de la décolonisation, le pays a complétement changé de perspectives géopolitiques et s’est rapproché naturellement de l’Europe.

Le développement Européen au service du développement économique

En 1986, le Portugal qui intègre la CEE est un pays pauvre, dévasté par la dictature. Moderniser le pays est alors une nécessité. L’intégration Européenne est un levier de croissance formidable et le pays s’enrichit rapidement.

Le Portugal est une république fondée sur une démocratie parlementaire

La Constitution établie un régime dit “semi-présidentiel”.Le président est le chef de l’État et le commandant en chef de l’armée. Il est élu au suffrage universel pour un mandat de cinq ans. Après une élection générale, le chef du parti ou de la coalition majoritaire est généralement nommé Premier ministre par le président, pour un mandat de quatre ans. Le pouvoir législatif au Portugal est monocaméral. Le parlement, appelé Assemblée de la République, compte 230 sièges. Ses membres sont élus au suffrage universel pour un mandat de quatre ans.

Contexte politique actuel

En octobre 2019, le peuple portugais a voté aux élections générales, qui ont vu la confirmation du Parti socialiste du Premier ministre en exercice Antonio Costa comme la principale entité politique du pays avec 36% des voix (obtenant un total de 108 sièges, 22 de plus que lors des élections précédentes), suivi du Parti social-démocrate (79 sièges) et du Bloc de gauche (19 sièges). 

Intégration du Portugal dans l’économie européenne

Le Portugal est devenu membre de la Communauté européenne en 1986. Le pays a rejoint l’Union Economique et Monétaire en 1999 et a commencé à faire circuler l’euro dès sa création le 1er janvier 2002. Aujourd’hui, la grande majorité du commerce international se fait au sein de l’Union Européenne (UE), en particulier avec l’Espagne (30% des importations de produits 2018, 23% des exportations de produits), l’Allemagne (13%, 12%) et la France (7%, 13%).

2008-2014 : La grande crise financière

À la suite de l’effondrement et de la nationalisation de la Banco Português de Negócios (BPN) en 2008, de la faillite et de la dissolution de la « Banco Privado Português » (BPP) en 2010 et du dérapage budgétaire avec les Partenariats Public-Privé de 2008 à 2010, le Portugal était au bord de la faillite. Pour l’éviter, le Portugal a reçu un renflouement de 78 milliards d’euros du FMI et de l’Union Européenne en avril 2011.

Au terme du paquet de soutien voté en mai 2014, le gouvernement portugais a réaffirmé son engagement à poursuivre sa réforme économique. Depuis lors, l’économie s’est redressée avec des taux de croissance annuels du PIB réel supérieurs à la moyenne de l’UE, alimentés par le tourisme et les exportations.

2020 : La crise du covid

La dépendance du Portugal au tourisme l’a rendu particulièrement vulnérable à l’impact économique du coronavirus. Comptant pour 15% du PIB et 9% de l’emploi, le secteur s’attend à perdre 60 000 emplois cette année.

Perspectives

Le Portugal devrait recevoir 13 milliards d’euros de subventions du fonds de relance de l’UE (6% du PIB 2019) d’ici 2026. Toutefois, il n’exploitera pas sa composante « prêt » pour éviter d’augmenter davantage la dette publique. La banque centrale portugaise prévoit un rebond en 2021 à 3,9% de croissance et s’attend à ce que l’économie retrouve progressivement son niveau d’avant la pandémie d’ici 2023.

Le système éducatif portugais

Contrairement à une partie de leurs aînés qui quittaient l’école jeune pour s’engager comme ouvrier agricole ou industriel, au Portugal ou en France par exemple, les enfants et adolescents portugais d’aujourd’hui doivent obligatoirement suivre un cursus scolaire de 6 à 18 ans (suite à une réforme de 2009). Les résultats du Portugal dans les classements PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) successifs sont encourageants et méritent d’être soulignés.

Un enseignement post-secondaire diversifié, proposant, outre les cursus universitaires, un parcours pour former les futurs cadres ainsi que des parcours distanciels. Une nouvelle offre de formation professionnalisante a été mise en place il y a quelques années, il s’agit des Cours de spécialisation technologique « Cursos de Especialização Tecnológica » (CET). C’est la réponse apportée aux besoins croissants du tissu socio-économique portugais en matière de cadres intermédiaires.

Le levier européen en recherche et innovation

Le Portugal investit 1,3% de son PIB en Recherche & Innovation (R&I), contre 2,1% en moyenne dans l’U.E, le plaçant en 14ème place dans l’Union. 31% de sa main d’œuvre travaille dans un emploi « intense en savoir », légèrement moins que la moyenne de l’UE (36%). Le Portugal est également 11ème sur 28 en nombre de chercheurs par habitant.

Dans ce contexte, les 3,4 milliards d’euros reçus via Horizon 2020 (1 milliard) et les fonds structurels (2,3 milliards) représentent à la fois un apport substantiel à l’effort en recherche et innovation et un vecteur d’accélération des coopérations scientifiques et privées avec des organisations d’autres pays membres à la pointe de leur domaine.

Aperçu global de l’Innovation au Portugal depuis 2015

Il y a une baisse régulière du nombre de startups créées entre 2015 et 2020, à cause des barrières d’entrée sur le marché, des tendances de recrutement en entreprise et du COVID-19. Lisbonne (67,02%), Porto (7,45%) et Braga (7,27%) sont les principaux pôles d’innovation, Lisbonne comptant plus de 20 établissements d’enseignement supérieur tandis que Porto en compte plus de 15. Les 3 principales industries ayant le plus grand nombre de startups sont le e-commerce et les achats (15,20%), les technologies de l’information et les logiciels (12,31%) ainsi que les applications et mobiles (9,12%). Le nombre de nouvelles entreprises dans les TIC ayant presque doublé au cours des 10 dernières années montre l’engouement du pays pour sa transformation digitale.

Financement de l’innovation au Portugal 

En 2018, 40.6% des financements en R&D provenaient du Gouvernement. Les startups ont levé plus de 2 milliards de dollars entre 2015 et 2020. La majorité de ce financement provenait de sources externes (92%). Même si la pandémie a eu un impact négatif sur plusieurs industries, les startups du secteur des logiciels d’entreprise, du marketing et de la publicité ont connu une augmentation de financement. Le gouvernement a produit un nouvel ensemble de mesures de secours économique d’un montant de 25 millions d’euros afin de soutenir l’Innovation face à la crise de Covid-19.