L’Espagne, fille reconnaissante de l’Europe

Espagne2010-Logo

Venir à Madrid est toujours douloureux. Non pas par le fait d'y séjourner mais par le regret qui saisit le voyageur au moment du départ. Si l'Europe récompensait la capitale de la félicité, Madrid trouverait-elle son égal? Toutefois, si l'Atelier Europe s'est rendu dans la capitale de la Castille, du 22 au 25 avril 2010, ce n'est pas pour y jouir de ses nombreux charmes, quoique notre délégation y a cédé goulûment, mais en raison de la Présidence espagnole de l'Union européenne ("UE"), plus précisément du Conseil des Ministres puisque le Conseil européen a désormais son leader, soit Herman Van Rompuy.

La relation de l'Espagne à l'UE est, à l'image de ses habitants, passionnée. Pourtant, si l'on considère ses représentations mentales, l'UE ne s'impose pas de facto comme l'espace naturel de l'Espagne. Notre premier entretien, avec un haut responsable du Ministère des Affaires étrangères, n'a pas laissé place au doute; l'Espagne se projette avant tout dans son espace linguistique, né de l'histoire coloniale. La relation à l'Amérique latine est cruciale pour l'Espagne, non seulement au plan culturel, mais également économique alors que le rivage atlantique offre à ses entreprises des débouchés gigantesques. Telefonica, Banco Santander et bien d'autres sociétés de l'Ibex 35, y réalisent d'importants bénéfices, malgré la conjoncture défavorable. En retour, les flux migratoires, phénomène inédit pour l'Espagne contemporaine, sont constitués massivement de Latino américains.

La seconde carte mentale de l'Espagne, c'est son espace géographique naturel, soit la Méditerranée. Le Royaume y puise manifestement une bonne partie de son identité, que ce soit en termes de mode de vie, de ressource, soit le tourisme, d'histoire et de culture, dont le style arabo andalou. Madrid est très attentive aux relations Euro méditerranéennes comme l'atteste son soutien constant, et longtemps solitaire, au processus de Barcelone.

Toutefois, malgré ces centres d'intérêts naturels, nous avons trouvé en l'Espagne, enfin, un État membre enthousiaste. Pour l'Ibère, l'Europe c'est le Nord, géographique, évidemment, mais aussi culturel. On ne comprend pas l'Espagne si l'on ne mesure pas le poids, dans l'inconscient collectif, de la "reconquista", soit la lutte contre l'ennemi méridional. Sept siècles d'occupation par les Maures ont marqué durablement la mentalité espagnole et sa volonté d'ancrage dans cet espace de développement et de liberté que constitue l'ensemble européen.

Cette inclinaison vers l'horizon septentrional ne se comprend pas simplement par l'histoire ancienne. Les évènements contemporains concourent largement à cet européisme, et ce essentiellement par la conjonction de deux facteurs. L'entrée de l'Espagne, en 1986, intervient dans cette période d'euphorie, la "movida" dont les créations d'Almodovar en sont l'expression la plus connue au-deçà des Pyrénées, qui suit la fin de la dictature. Le décès du Caudillo, en 1975, avait laissé l'Espagne face à une destinée incertaine malgré la constitution de 1978 instaurant une monarchie parlementaire. Ainsi, en 1981, la tentative de coup d'État, en pleine séance des Cortes, d'un lieutenant colonel d'opérette, Antonio Tejero, démontre alors la fragilité du processus démocratique, si ce n'était la remarquable intransigeance du Roi, Juan Carlos. Après l'entrée dans l'UE, une restauration franquiste apparaît impossible et le nouvel État membre y gagne donc la consolidation de sa jeune démocratie.

Le second facteur principal expliquant l'européisme local est la croissance économique. A la mort de Franco, l'Espagne est toujours un pays pauvre. Excentrée en Europe, loin de la "banane bleue" de Londres à Milan, via Paris et Francfort, elle a connu avec retard, et de façon partielle, la révolution industrielle. Grâce aux fonds communautaires et à son dynamisme propre, l'Espagne va connaître à partir des années 1980 un rapide rattrapage économique. Les Espagnols associent donc étroitement leur enrichissement récent à l'entrée dans l'UE. Par ailleurs, contrairement à certains pays, ils ont l'élégance de la gratitude à l'endroit du projet européen. Ainsi, en 2005, plus des deux tiers des Espagnols ont approuvé le projet de traité constitutionnel! Comme on nous l'a exprimé, en Espagne, la situation est simple: l'Europe fait plus que le consensus, elle fait l'unanimité des expressions politiques.

Au terme de notre séjour d'études, nous avons donc apprécié de voir en l'Espagne un État membre enthousiaste de l'UE. Certes, la conjoncture s'est fortement dégradée, l'économie espagnole, centrée sur la construction immobilière, étant particulièrement frappée par la crise. Dès lors, l'euphorie initiale n'est plus de saison et sans doute que les Espagnols observent l'UE avec plus de distance, d'autant que le centre de celle-ci s'est déplacé vers l'Est. Néanmoins, qu'il est doux de constater que l'UE détient en l'Espagne un soutien farouche et prompt à s'inscrire dans une destinée commune quand bien d'autres cèdent aux forces centrifuges qui menacent le projet européen.

Cette note est la première d'une série qui va se poursuivre tout au long de la semaine sur le voyage d'études de l'Atelier Europe en Espagne.

Rédigé par :

Partager cet article

Poster un commentaire