Demandez le programme !

 

Quand l’envie d’Europe ne manque pas d’ambitions

par Michaël Malherbe, Secrétaire général

Les programmes des principaux partis politiques français aux élections européennes de juin 2024 dessinent des visions très variées certes, mais autour d’un point commun, une sorte d’ambition pour l’Europe. Ces visions, qui représentent la diversité des opinions relatives à la construction européenne sont malgré tout souvent positives : une « puissance » pour Renaissance, une « alliance des nations » pour le RN, une « civilisation » pour Reconquête, une Europe « à l’endroit » pour LR, une « puissance publique européenne » pour le PS, un « État providence écologique européen » pour les Écologistes ou encore une « Europe des peuples » pour le PCF.

Les différences majeures résident dans l’approche de la souveraineté, de l’économie et des transitions écologique et numérique, des frontières et même des innovations reflétant une diversité d’opinions sur le futur rôle de l’Europe, pour les Européens et dans le monde.

On peut identifier des « alliages » idéologiques qui se rassemblent au gré des programmes électoraux, autour de certaines convergences à l’échelle des grandes lignes, avant de rentrer davantage dans le détail des mesures :

  • Renaissance et Les Républicains partagent une vision d’une Europe forte et souveraine, avec un accent sur la défense et l’investissement technologique même s’ils diffèrent sur la méthode de gestion de l’économie et de la transition écologique et sur les sujets plus sociétaux.
  • Rassemblement national et Reconquête mettent l’accent sur la souveraineté nationale et la protection des frontières, avec une réticence à des intégrations européennes plus profondes, même s’ils ne franchissent pas la ligne du Frexit.
  • Place publique – PS et Les Écologistes visent une Europe écologique et sociale, avec un fort engagement en faveur des droits humains et de la justice sociale, mais les Écologistes sont plus radicaux dans leur approche environnementale et les Socialistes plus idéalistes dans les moyens budgétaires.
  • Parti communiste et LFI prônent des politiques anti-austérité et anti-libéralisation, mettant en avant la nécessité de protéger les services publics et de planifier l’économie pour assurer les transitions.Des points de divergence clés se cristallisent néanmoins rapidement à l’échelle de la vision de l’Europe : le clivage le plus « classique » oppose Renaissance, Place publique – PS, Les Écologistes qui favorisent une intégration accrue et même pour certains un fédéralisme européen, tandis que Rassemblement National, Reconquête, Les Républicains, Parti communiste et LFI prônent une Europe des nations avec divers degrés de coopération interétatique et respect de la souveraineté nationale.

Consensus de façade sur la défense

Si le sujet de la défense, afin d’assurer la sécurité des Européens, n’est oublié par aucun parti politique, derrière les convenances consensuelles autour du soutien à l’Ukraine et de la paix, ce qui se projette est bien plus que des nuances dans les mesures recommandées entre Renaissance et Les Républicains relatives au réarmement et au renforcement de la défense européenne, tandis que Rassemblement National et Reconquête sont minimalistes sur le sujet et que Parti communiste et LFI se placent sur la ligne d’une politique de paix, contre l’escalade militaire.Si l’on entre dans les détails, Renaissance veut une force armée de réaction rapide, le Rassemblement National une coopération industrielle sur des projets de défense, Reconquête vise le réarmement de l’économie européenne et la défense des intérêts français. Les Républicains visent à un renforcement militaire pour affronter les menaces extérieures. Place publique – PS veulent donner à l’Europe les moyens de se défendre, Les Écologistes bâtir une politique de diplomatie et de défense commune pour la paix, le Parti communiste promouvoir la paix et la sécurité collective et LFI fait la promotion d’un cessez-le-feu immédiat dans les zones de conflit.

Quelle transition ?

Sur l’énergie et le climat, l’une des principales préoccupations des citoyens, les lignes de fractures se recomposent différemment autour d’un seul axe, avec Renaissance et Les Écologistes, réunis autour d’objectifs ambitieux pour la transition énergétique et la protection de l’environnement, tandis que Reconquête est à l’autre extrémité sur une position de scepticisme climatique et d’opposition au pacte vert. Entre les deux, Les Républicains ou le Parti communiste se positionnement à mi-chemin en faveur d’une transition écologique avec soutien à l’industrie et souveraineté énergétique.

Là encore, plus dans le détail, les divergences se précisent davantage. Renaissance veut reprendre le destin énergétique en main avec une priorité au nucléaire et aux renouvelables tandis que le Rassemblement National cherche la souveraineté énergétique sans dépendance excessive aux énergies renouvelables. Reconquête s’oppose au pacte vert et promeut des énergies traditionnelles tout en intégrant des innovations écologiques. Les Républicains encouragent le progrès et la science pour affronter le changement climatique. Place publique – PS veulent créer une agence de planification écologique européenne, Les Écologistes sont sur l’objectif de 100% d’énergies renouvelables d’ici 2040, le Parti communiste se fait le chantre de la promotion d’une écologie populaire et de la souveraineté énergétique et LFI plaide pour la planification écologique européenne.

Autour de l’économie, les lignes de partage retrouvent des modes de différenciation propre à la vie politique parlementaire française contemporaine. Renaissance plaide pour l’Union de l’épargne et de l’investissement et 1 000 milliards d’euros pour faire face aux chocs écologique, technologique et sécuritaire, tandis que Rassemblement National et Reconquête sont favorables au protectionnisme et à la souveraineté économique. Place publique – PS et Les Écologistes se rejoignent autour de la réindustrialisation et de la transition écologique de même que Parti communiste et LFI, contre les règles d’austérité et pour la redistribution des richesses.

Pour trouver les lignes de fracture les plus sensibles, les migrations illustrent la diffraction de la société française où il peut être utile de distinguer chaque force politique: Renaissance propose un contrôle renforcé des frontières et une coopération entre les polices et services de justice. Le Rassemblement National veut réhabiliter les frontières nationales et mettre en place une « double frontière » ainsi que renvoyer les migrants illégaux avec l’aide de Frontex. Reconquête fait de la surenchère avec la mise en place d’une triple-frontière ainsi que l’expulsion et la remigration des clandestins. Les Républicains visent sobrement à maîtriser les frontières extérieures. A gauche, les positions évoluent entre Place publique – PS pour l’harmonisation des procédures d’asile et la création d’un espace européen de protection des demandeurs d’asile ; Les Écologistes sont en faveur d’une politique d’accueil juste et digne; le Parti communiste pour une politique migratoire plus humaniste et le respect des droits des migrants et LFI plaide pour l’organisation d’un accueil coordonné et digne et la garantie du droit d’asile sur le sol européen.

Sur l’innovation et les technologies, c’est l’opportunité de se différencier tant par les absences, comme l’intelligence artificielle peu mentionnée, que par les présences : Renaissance et Les Républicains plaident pour des investissements dans les secteurs numériques et technologiques, le RN pour un cloud souverain européen pour protéger les données et Place publique – PS et Les Écologistes pour la protection des créateurs et les technologies vertes.

Les questions institutionnelles

Les réformes institutionnelles de l’Union européenne sont également un sujet de divergence notable parmi les principaux partis politiques français. Renaissance vise à un renforcement des institutions européennes pour une Europe plus intégrée avec la création de nouveaux fonds et mécanismes pour la coopération entre États membres. Le Rassemblement National s’oppose à une Europe fédérale, veut renforcer le rôle des nations et des souverainetés nationales et même plaide pour une sorte de sortie de l’UE en réaffirmant « la supériorité de la Constitution française sur les normes et juridictions européennes », une position défendue différemment par Reconquête qui veut « modifier l’article 55 de notre Constitution pour sanctuariser la primauté du droit national sur le droit européen ». Les Républicains ne proposent pas de réforme institutionnelle, moins de normes et plus de résultats, tandis que Place publique – PS liste ses attentes : création d’une agence de planification écologique européenne, d’un « défenseur des droits » élu par le Parlement européen sans aller jusqu’à la position des Écologistes qui proposent une assemblée constituante européenne pour refonder l’Europe sur des bases plus démocratiques et écologiques. Sur la question du budget, Place publique- PS plaide pour augmenter le budget européen pour atteindre 5% du PIB, avec des ressources propres pour financer des initiatives paneuropéennes.

Les divergences sur la réforme institutionnelle de l’UE illustrent des visions fondamentalement différentes du futur de l’Europe. Les partis pro-européens comme Renaissance, Place publique – PS, et Les Écologistes cherchent à renforcer et à réformer les institutions européennes pour une intégration plus profonde et démocratique. En revanche, les partis souverainistes comme Rassemblement National, Reconquête, Les Républicains (avec mesure), Parti communiste, et LFI insistent sur la préservation de la souveraineté nationale et une limitation des compétences de l’UE, tout en favorisant des coopérations interétatiques sur des domaines spécifiques.

Le débat sur l’élargissement de l’UE reflète des visions opposées de l’avenir de l’Europe. Renaissance, Place publique – PS, et Les Écologistes voient l’élargissement comme une opportunité de renforcer l’UE, sous réserve de critères rigoureux en termes de démocratie, d’économie, et de droits de l’Homme (et environnementaux pour les Écologistes). En revanche, Rassemblement National, Reconquête, Les Républicains (avec prudence), Parti communiste, et LFI préfèrent consolider l’Union actuelle, en renforçant la souveraineté nationale et en évitant une dilution des institutions européennes et des politiques nationales, refusant toute nouvelle adhésion, souvent pour des raisons de protection de la souveraineté nationale et de prévention des politiques néolibérales.

ANNEXE : SYNTHESE DES PROGRAMMES ELECTORAUX AUX ELECTIONS EUROPEENNES DE JUIN 2024

Renaissance : nous avons besoin d’Europe

Le programme détaillé sur besoindeurope.fr vise à faire de l’Europe une puissance forte, sûre et indépendante et « en même temps » écologique, économique et sociale :

  • Réarmer, avec des budgets défense, une force de réaction rapide et un Fonds européen de soutien aux industries de défense ;
  • Mobiliser 1 000 milliards d’euros d’investissements pour faire face aux chocs écologique, technologique et sécuritaire, s’appuyant sur une « Union de l’épargne et de l’investissement » pour être champion du monde dans 5 secteurs clés : énergie, transports, numérique, santé et espace ;
  • Reprendre notre destin énergétique en main, le premier continent à l’électricité décarbonée, avec zéro énergie venue de Russie en 2025 et zéro énergie fossile en 2050, grâce au nucléaire et aux renouvelables ;
  • Protéger et contrôler nos frontières avec une force de garde-frontières renforcée et une coopération accrue entre les polices et services de justice ;
  • Inscrire le droit à l’IVG dans la Charte européenne des droits fondamentaux
  • Protéger nos enfants avec la majorité numérique à 15 ans ;
  • Bâtir un réseau européen des Instituts culturels nationaux pour la diffusion de la culture européenne

Rassemblement national : la France revient, l’Europe revit

Sur le site vivementle9juin.fr, le programme du RN vise à poser les jalons d’une Europe des nations qui défend à la fois les modes de vie et le niveau de vie des peuples, tout en portant l’ambition de coopérations entre États autour des grandes nécessités du XXIème siècle : la coopération industrielle et technique sur les grands projets d’avenir, notamment l’intelligence artificielle, le développement des échanges scientifiques sur les défis du XXIème siècle en vue de créer une Alliance européenne des nations pour rendre aux peuples leur souveraineté :

  • Réhabiliter la frontière comme outil de protection et de régulation ;
  • Un Pacte pour établir une concurrence extra-européenne loyale ;
  • « Double frontière » Contrôler les frontières nationales et mettre en place une frontière aux portes de l’Europe en permettant à Frontex de renvoyer les migrants illégaux ;
  • Reprendre en main notre souveraineté énergétique ;
  • Défendre la constitution d’un cloud souverain européen, et non d’un simple « cloud de confiance » perméable aux ingérences juridiques américaines et chinoises.

Reconquête : faire de la défense de la civilisation, la pierre angulaire de notre projet européen

  • Sur le site votezmarion.fr, 92 propositions pour libérer à l’intérieur et protéger à l’extérieur, avec leurs alliés groupe des Conservateurs et réformistes européens (ECR), au cœur de la véritable alternative à travers des minorités de blocage et des majorités de projet :
  • Combattre l’islamisation, stopper l’invasion, expulsion et remigration des clandestins, engager la triple-frontière avec une «frontière au-delà de nos frontières » ;
  • Affirmer les racines de notre civilisation européenne et chrétienne, protéger nos enfants de la propagande woke, de l’activisme lgbt, contre la drogue et pour la natalité ;
  • Reprendre notre destin en main, réaffirmer notre souveraineté et bâtir l’Europe des coopérations ;
  • Promouvoir une Europe des ingénieurs, de la recherche et de l’innovation, contre le pacte vert, en finir avec l’inflation des normes et des taxes ;
  • Réarmer l’économie européenne et défendre la puissance française.

Les Républicains : ensemble, redressons la France et remettons l’Europe à l’endroit pour maitriser notre destin

Avec un dispositif de communication minimal, sans site de campagne dédié, l’approche programmatique de « la droite pour faire entendre la voix des Français en Europe » : contre l’impasse inefficace et fédéraliste d’Emmanuel Macron et l’impasse socialiste et anti-européenne de Marine Le Pen : le RN est anti-européen et Renew est anti-nation. Redresser la France et remettre l’Europe à l’endroit pour pouvoir de nouveau maitriser notre destin : l’Europe doit se concentrer sur l’essentiel en mettant sa puissance d’intervention à affronter les défis qui ne peuvent être relevés qu’ensemble : la paix et la maitrise de nos frontières, l’adaptation au changement climatique et la préservation de la biodiversité, l’investissement dans les technologies du futur et la prospérité grâce au marché intérieur. L’action de l’Europe doit passer par moins de normes et atteindre plus de résultats :

  • Face à des puissances prédatrices et à l’aggravation des menaces, l’Europe doit se réarmer ;
  • Pour garantir notre souveraineté économique et augmenter le pouvoir d’achat des Français, l’Europe doit choisir l’investissement et le progrès technologique et soutenir nos agriculteurs, nos pêcheurs et notre ruralité ;
  • Contre le changement climatique et pour la biodiversité, l’Europe doit encourager le progrès et la science ;
  • Pour maintenir la cohésion du continent européen, l’Europe doit maîtriser ses frontières extérieures ;
  • Pour se rapprocher des citoyens, l’Europe doit privilégier les grands projets et mettre en œuvre la volonté exprimée par les institutions représentatives des peuples européens.

Place publique – PS : Réveiller l’Europe

  • Le site de campagne Glucksmann2024.eu capitalise sur l’image de sa tête de liste, avec un programme, l’agenda « Europe 2030 » pour :
  • Une Europe puissante: donner à l’Europe les moyens de se défendre, réindustrialiser nos nations et rompre avec le dogme du libre-échange et produire en Europe afin d’assurer notre souveraineté industrielle en élaborant une stratégie du « fabriqué en Europe »
  • Une Europe écologique afin de bâtir une puissance pour le climat : créer une agence de planification écologique européenne, fondée sur le modèle de dialogue social du commissariat au plan afin d’assurer un suivi efficace de nos objectifs environnementaux et sociaux
  • Une Europe sociale, du pouvoir de vivre avec un plan d’investissement dans la rénovation des bâtiments et la construction de logements et un plan européen d’investissement dans les énergies renouvelables, le réseau électrique et les technologies propres ; une Europe qui défend les travailleurs : justice salariale, un « bouclier emploi » en généralisant le principe du « former plutôt que licencier » ; une Europe de la solidarité, de l’inclusion sociale et de la cohésion territoriale : doubler le budget du fond social européen ;
  • Une Europe humaniste et juste – défendre l’état de droit en créant un « défenseur des droits » élu par le parlement européen, ayant un rôle de vigie ; garantir à chaque femme européenne les droits les plus protecteurs de l’UE en adoptant la « clause de l’Européenne la plus favorisée » ; une Europe de l’hospitalité en harmonisant les procédures d’asile, d’examen et d’attribution du statut de réfugié conformément aux critères de la convention de Genève, via la création d’un espace européen de protection des demandeurs d’asile ;
  • Une Europe puissance pour l’avenir : une réelle exception culturelle européenne pour protéger notre création en doublant le budget européen de la culture alloué au programme «Europe Créative» ; assurer la protection des créateurs et ayants droit dans le marché européen de l’intelligence artificielle générative; reconnaissance mutuelle des diplômes dans tous les domaines et doubler le budget du programme «Horizon Europe» ; adopter une « exception sportive », au même titre que « l’exception culturelle » ; l’Europe de la jeunesse avec une allocation d’autonomie pour tous les jeunes européens de 15 à 25 ans, ni en emploi, ni en études ; l’Europe puissance géopolitique qui construise un partenariat entre égaux avec l’Afrique et la Méditerranée pour créer ensemble un espace de co- développement ;
  • Une Europe démocratique et intègre : démocratiser l’Europe et défendre l’intégrité de la démocratie européenne en créant une haute autorité de l’intégrité de la vie publique européenne ; lutter contre la concentration de la propriété des médias en approfondissant le règlement sur la liberté des médias ;
  • Une puissance publique européenne: soutenir l’investissement et l’activité économique en instaurant des règles climatiques pour investir dans la transition écologique, mutualiser les dettes européennes et augmenter le budget européen pour atteindre 5% du PIB.

Les Écologistes : sauver le climat et faire face à l’urgence sociale avec un État providence écologique européen.

Plus l’Europe sera solidaire, plus l’Europe sera forte. Nous proposons un modèle de protection sociale et environnementale basé sur la solidarité : l’État-providence écologique, autour d’un programme de combats pour la justice et le vivant et d’un saut fédéral pour un sursaut européen :

  • Une Europe qui réencastre son économie dans les limites planétaires pour passer d’une économie qui détruit à une économie qui répare, un traité environnemental pour faire de la protection de l’environnement la norme des normes, sortir de l’austérité pour investir dans la bifurcation écologique, mettre la politique monétaire au service de l’écologie, un buy green and european act pour privilégier les produits vertueux et faits en Europe, baisser la tva sur les produits verts pour rendre les produits sains ou issus de l’économie circulaire accessibles à toutes et tous, un protectionnisme vert pour protéger nos entreprises et l’emploi de la concurrence déloyale et mieux protéger la planète ;
  • Une Europe qui agit pour sauver le climat : objectif 100% renouvelables en 2040, un fonds de souveraineté écologique pour sortir des énergies fossiles, un plan de report modal pour passer du camion et de l’avion au rail et au vélo, sortir la finance des activités climaticides et une politique d’adaptation au dérèglement climatique ;
  • Une Europe qui préserve enfin le vivant et les communs naturels : instaurer un droit à la nature, faire renaître une forêt primaire en Europe, mettre en place un pacte bleu pour préserver les fleuves, glaciers et océans, interdire les produits chimiques dangereux et sortir du plastique, conduire une stratégie ambitieuse pour le bien-être animal ;
  • Une Europe qui réussit la transition de l’agriculture et de la pêche : des revenus dignes et des pratiques plus écologiques: une PAC plus verte, plus juste, pourvoyeuse d’emplois, fonds de transition pour l’agriculture et pour la pêche, mettre fin aux pratiques agricoles et de pêche destructrices, assurer le renouvellement des générations, sortir du libre-échange et mettre en place une politique commerciale juste et une Europe qui protège face à l’explosion des inégalités et au nouveau régime climatique ;
  • Garantir la justice sociale en créant de nouveaux droits : un droit de veto social pour inverser la courbe des inégalités, un revenu minimum européen à commencer par un revenu de formation pour les jeunes, eau, alimentation, énergie : garantir les besoins essentiels, garantir le droit à un logement sain ;
  • Une Europe qui agit pour l’emploi : mettre en place un pacte pour l’emploi mobilisant et protégeant les travailleurs et les travailleuses dans la bifurcation de notre économie, impulser une politique industrielle de sortie des toxiques, protéger les droits des travailleurs et des travailleuses, renforcer les libertés syndicales et instaurer une garantie à l’emploi pour les personnes éloignées de l’emploi ;
  • Une Europe de la santé pour toutes et tous : un service public européen du médicament, le droit à la santé pour toutes et tous : une CMU européenne et un statut pour les aidants, investir dans la santé des femmes ;
  • Un saut fédéral pour refonder et démocratiser l’Europe : rendre le pouvoir au peuple : une assemblée constituante européenne, une union européenne qui se dote de ressources financières propres pour avoir enfin les moyens de sa politique, adopter une loi de séparation des lobbies et des institutions, protéger la liberté de l’information du pouvoir de l’argent et des ennemis de la démocratie, en finir avec les paradis fiscaux ;
  • Une Europe qui renforce les droits humains et défend des valeurs d’inclusion : inscrire l’ivg dans la charte des droits fondamentaux et déployer la clause de l’européenne la plus favorisée, combattre toutes les formes de discrimination, reconnaître toutes les unions et tous les enfants ;
  • Une Europe qui agit pour la paix et un ordre mondial plus juste : soutenir l’Ukraine face à Vladimir Poutine, bâtir une politique de diplomatie et de défense commune, entre Israël et la Palestine, l’Arménie et l’Azerbaïdjan… Partout : faire de l’Europe une force de paix, un Erasmus de la mémoire, pour construire une mémoire européenne commune, une politique d’accueil juste et digne, un traité de non- prolifération des énergies fossiles, garantir le droit au développement pour rééquilibrer les rapports nord sud.

Le Parti communiste : Gauche Unie pour le monde du travail : Reprenons la main en France et en Europe

Une autre construction européenne est possible, c’est un enjeu politique et social majeur pour une Europe des peuples et des nations libres, souverains et associés autour d’orientations nouvelles et d’engagements pour la mandature :

  • Garantir la souveraineté démocratique des peuples : lutter contre le retour de l’austérité européenne, refuser l’élargissement de l’UE, respecter les choix démocratiques souverains des peuples, de nouvelles coopérations économiques, contre les traités de libre-échange ;
  • Promouvoir la paix et la sécurité collective: imposer une réelle autonomie stratégique, impulser un espace méditerranéen de coopérations, bâtir un nouvel ordre du monde ;
  • Prendre le pouvoir sur le capital : favoriser une nouvelle industrialisation et lutter contre les délocalisations, promouvoir une écologie populaire et garantir notre souveraineté énergétique, construire une véritable politique commune de l’agriculture, de la pêche et de l’alimentation, dans l’objectif de garantir la souveraineté alimentaire des peuples, la régulation d’Internet et la construction d’une souveraineté numérique ;
  • Développer les services publics : en finir avec les libéralisations, sortir la santé des logiques marchandes, développer les services publics de transports, sortir l’enseignement et la recherche des politiques néolibérales, impulser une politique nouvelle en faveur de la jeunesse ;
  • Conquérir le progrès social et l’égalité : de nouvelles conquêtes sociales, l’égalité des droits, promouvoir la vie associative et l’économie sociale et solidaire, libérer l’art, la culture et les médias des dogmes du marché et défendre l’exception culturelle ;
  • Se donner les moyens de changer radicalement d’Europe en favorisant les luttes et les mouvements sociaux, en développant les coopérations politiques pour d’autres politiques en Europe, en agissant pour une autre utilisation de l’argent, en développant la lutte contre l’évasion fiscale et en réformant les fonds structurels européens.

LFI : la force de tout changer

La partie consacrée aux élections européennes sur le site de la France insoumise met en avant les fonds récoltés pour la campagne, dans les campagnes aux US et déroule un programme sans réforme institutionnelle de l’Europe :

  • Sortir de l’austérité et partager les richesses : abolir les règles d’austérité anti- services publics, taxer les riches et les superprofits, mettre en place une allocation d’autonomie contre la pauvreté de la jeunesse ;
  • En finir avec le dumping social : mettre en œuvre, au niveau européen, la victoire insoumise sur la directive de présomption de salariat effective empêchant les plateformes d’avoir recours aux faux indépendants ;
  • Sortir du libre-échange et relocaliser et mettre fin aux accords de libre-échange
  • Faire la planification écologique européenne : baisser les prix de l’alimentation en encadrant les marges des multinationales, sortir des pesticides et garantir une rémunération digne aux salariés de l’agriculture, passer au 100% énergie renouvelable d’ici 2050 ;
  • Faire respecter la souveraineté populaire en Europe : contre le retour de la Commission européenne soutenue par la coalition de la droite, des macronistes et des socialistes et chasser les lobbies des institutions européennes ;
  • Étendre les droits et libertés face aux réactionnaires : inclure le droit à l’IVG et à la contraception, et leur accès gratuit pour toutes les femmes, dans la Charte européenne des droits fondamentaux ;
  • Lutter contre l’exil forcé et organiser un accueil coordonné digne et garantir le droit d’asile sur le sol européen
  • Pour la paix : refuser la vassalisation de l’Europe, défendre un cessez-le-feu immédiat et permanent à Gaza et incarner la voix de la paix en Europe ;
  • Nouvelles frontières de l’humanité : construire de nouveaux horizons de progrès écologique pour protéger les biens communs de l’humanité et nous porter aux nouvelles frontières que sont les mers et le virtuel..

Présidence espagnole de l’UE : Rapport du voyage d’étude de Décembre 2023

UN SUCCES EN NEGOCIATION DE POLITIQUES EUROPEENNES MAIS UNE PRESIDENCE DECEVANTE EN POLITIQUE INTERIEURE

  1. L’Espagne dans l’Europe aujourd’hui

La situation économique

L’Espagne est un pays reconnu dans l’UE. Elle bénéficie de l’intérêt pour l’UE de ses élites économiques, en tant que cadre législatif, contrôle supranational et système de réassurance en cas de crise. En ce qui concerne la relation à l’UE du grand public, le soutien est confirmé dans les urnes. Aucune question sur la présence de l’UE dans l’Espagne ne se pose, même si quelques frustrations s’expriment sur des règlementations, en particulier autour du développement durable qui impliquent un très gros effort pour les entreprises, une problématique de formation, de reporting, de mise en œuvre des solutions face à des objectifs indiscutables.

Le plan Next Generation

Le financement européen via le plan de relance Next Generation vise à harmoniser les situations économiques dans les territoires, puisque cette fois, c’est le niveau national et non les régions, qui gère les fonds. Sur les 12 plans Next Generation du gouvernement, 9 concernent l’industrie.

  1. La présidence espagnole de l’UE

La présidence espagnole de l’Union européenne a abouti à de nombreux accords, Madrid réussissant à conclure 71 négociations législatives entre les trois principales institutions de l’UE. Parmi les thèmes concernés : la transition écologique, l’intelligence artificielle, les migrations et les réfugiés, les règles fiscales, l’autonomie ouverte et stratégique, etc. C’est indéniablement un succès politique. Même si de nombreux textes travaillés lors des précédentes présidences étaient déjà mûrs, le moment était venu d’en récolter les fruits.

Sur le plan intérieur, la présidence espagnole de l’UE était censée montrer un État fort pour faire oublier les tensions internes, mais dans une certaine mesure, cela n’a pas fonctionné. Après l’appel à des élections générales, le Parti populaire a remporté la victoire, mais Pedro Sanchez est resté chef de gouvernement par intérim pendant la présidence. Cette dernière s’est déroulée sur fond de paysage politique conflictuel et très politisé, avec un consensus important entre le PSOE et le PP sur les affaires européennes en termes de politiques, mais un désaccord total sur la politique intérieure. En conclusion, la présidence espagnole de l’UE a été un bon intermédiaire en termes de « politiques publiques » mais une présidence décevante sur le plan de la « politique politicienne ».

En Espagne, l’Europe revêt une importance particulière pour le grand public. Au sein du système monarchique, les élections peuvent être contestées, mais l’UE fait l’objet d’un consensus. La cinquième présidence espagnole aurait dû être l’occasion de progresser à la fois en profondeur et en élargissement. Elle aurait pu être exploitée et présentée comme celle d’un des rares États stables et capables de promouvoir un programme profondément européen. Dans une certaine mesure, l’Espagne a échoué dans son intention de se présenter comme le troisième pays le plus important de l’Europe et comme un « partenaire sûr » en raison de ses problèmes politiques internes. En effet, pendant quatre des six mois de la présidence, il y a eu un gouvernement d’affaires courantes. Le Parlement espagnol, le plus polarisé et fragmenté de l’histoire récente du pays, était prêt à exploser, et l’Espagne a dû en payer le prix fort.

La présidence espagnole semestrielle de l’UE s’est traduite par l’organisation par le gouvernement de temps de rencontres régionales sur des thématiques clés comme l’immigration, le travail et l’emploi, l’égalité hommes-femmes ainsi que la participation des syndicats au dialogue social. Une discussion tripartite sur la réforme du marché du travail, avec le patronat et les syndicats, un accord sur les retraites pour assurer la pérennité des pensions, un suivi des syndicats mais pas de contribution sur les financements du fonds européen Next Generation.

Les prochaines élections européennes

Les élections européennes de juin 2024 serviront de baromètre pour l’Europe et les résultats attendus ne sont guère un problème puisque 65 % des électeurs votent pour les deux partis les plus centraux de gauche et de droite. On s’attend à une victoire du Parti populaire, l’une des plus grandes délégations au sein du groupe PPE au Parlement européen. La crainte réside dans la tentation d’y voir une coalition droite-droite avec des conservateurs et des eurosceptiques, étant donné que Manfred Weber, le patron du PPE, semble pencher vers la droite.

III. La relation de l’Espagne avec la France

Relations entre les populations

L’ONG Dialogo, fondée lorsque l’Espagne est entrée dans l’Union européenne dans le but d’améliorer le dialogue entre la France et l’Espagne, confirme dans ses enquêtes d’opinion auprès des Espagnols et des Français, que la relation entre les deux pays évolue favorablement. L’Espagne se montre plus pro-européenne que la France, associant davantage l’Europe à la démocratie.

Relations culturelles

A Madrid, l’Alliance française fête ses quarante ans cette année. La place de la langue française en Espagne est la deuxième langue vivante, même si l’allemand a pu être la langue de référence pour les intellectuels. C’est un élément de compétitivité et une opportunité pour l’emploi.

Relations sur le plan énergétique

Dans la relation Espagne-France, la France est le premier client de l’Espagne et le deuxième ou troisième exportateur selon les années : le dossier des interconnections sur le marché des énergies devrait avancer pour mieux faire circuler les énergies renouvelables. L’Espagne est le hub européen du GNL, avec 8 usines de regazéification en marche, soit 35% de la capacité européenne.

  1. La priorité espagnole de la relation avec l’Amérique latine

Pour le think tank el Cano, dont 30 % des efforts de recherche se concentrent sur l’Amérique latine, le rapport récent « Pourquoi l’Amérique latine compte ? » remet en question quatre idées largement acceptées :

  1. L’Amérique latine est un désastre économique, ce qui n’est pas le cas comparé à l’Europe, avec une croissance annuelle de 5%.
  2. L’Amérique latine est un désastre politique, ce qui n’est pas vrai. L’État de droit et la démocratie sont encore majoritaires.
  3. La Chine a pris le contrôle. Les États-Unis et l’UE restent les plus grands partenaires. Les gens aspirent à migrer vers les États-Unis et l’UE, pas vers la Chine.
  4. Les entreprises espagnoles regrettent d’avoir été globales en Amérique latine. Le retour sur investissement est très bon, comme en témoignent les réinvestissements continus de sociétés telles que Santander ou Spanish Telecom.

Cependant, des doutes subsistent.

  1. L’Union européenne ignore l’Amérique latine, comme en témoigne le non-approbation récente de l’accord sur le Mercosur. Cela pourrait changer la donne en augmentant le commerce intra-américain de 30% dans les échanges en Amérique latine grâce à des règles communes, connues sous le nom de l’« effet Bruxelles».
  2. La position de l’Espagne en Amérique latine est en déclin. Le terme « Ibero-America » sonne comme une vision post-coloniale, ne reflétant pas la réalité actuelle où le commerce est plus diversifié et le reste du monde gagne également en intérêt pour l’Amérique latine.
  3. L’Amérique latine est principalement associée au lithium et à la plupart des matières premières. Il est nécessaire de démontrer que l’approche européenne dans la région est moins extractive que les autres puissances, comme la Chine, en prenant l’exemple du Chili, le pays le plus européen de la région, avec lequel la relation s’est améliorée.

A vrai dire, l’Espagne exprime une fatigue de « relancer la relation avec l’Amérique latine » à  chaque présidence espagnole de l’UE, mais en l’ignorant le reste du temps. Ce n’est pas un discours sérieux ni crédible. La réalité est qu’on ne peut pas ignorer ce sous-continent, la région la plus euro-comptable en termes de relations humaines et de valeurs. Le potentiel est énorme, si l’UE joue son rôle.  Cela faisait 7 ans qu’il n’y avait pas eu de réunion UE-Amlat avant la présidence semestrielle espagnole. La base du dialogue doit partir des secteurs prioritaires comme énergie/climat, transports, digital ou éducation.

Le programme européen Global Gateway vise justement à identifier les projets dans lesquels investir entre entreprises européennes et locales, capables de bâtir de nouvelles chaînes de valeur plus sûres. Le game changer, c’est le partenariat entre les entreprises privées au-delà de l’investissement public. Enfin, pour réussir, il faut également investir du capital politique européen.

  1. Les défis

La sécurité économique

Le concept de « sécurité économique », d’un autre temps, est de nouveau à l’ordre du jour. Les institutions européennes ont publié une communication en juin dernier sur la sécurité économique, comme fondement d’une future protection contre les risques, d’une promotion des relations économiques, de la compétitivité et des partenariats. Il ne s’agit pas seulement d’un concept défensif, mais proactif, posant la nécessité d’agir face à la triple Transition digitale, des modèles économiques et environnementaux, qui détermineront l’avenir.

Les principaux défis portent sur :

  1. Le digital : Plusieurs enjeux comme le fair share, compte-tenu du poids de la construction des réseaux par les télécoms, exploités ensuite par les grandes plateformes qui profitent de leur avantage sans payer ; le prix du réseau doit être payé par les acteurs économiques, comme le prix d’accès à Internet pour le grand public.
  2. Le climat : Les énergies renouvelables et l’hydrogène vert
  3. L’investissement : il faut être capable, dans le contexte mondial post-covid qui a montré nos vulnérabilités, de mobiliser nos capacités intellectuelles et en capital pour investir dans les nouvelles activités comme les batteries électriques, l’économie circulaire, les biotech, etc.
  4. L’industrie : la politique industrielle de l’UE a été absente du modèle libéral des années 1990-2000. Nous avons besoin de trouver une nouvelle politique industrielle européenne, dans la sécurité économique, la promotion de la compétitivité, des marchés plus diversifiés et la promotion de bases industrielles dans de nouvelles activités.

L’économie circulaire

Le Manifeste de BNP Paribas Personal Finance couvre différentes interventions en matière de philanthropie, de support digital et d’opportunités commerciales dans des segments comme :

  1. La location plutôt que l’achat d’équipements technologiques d’appareils électroniques grand public tels que les téléphones mobiles et les consoles de jeux, en collaboration avec Carrefour et Samsung.
  2. La mise en circulation de vélos recyclés : Circular Bike occupe la deuxième place dans le secteur des vélos en Espagne, avec une part de marché de 35% à 40% dans le financement de nouveaux vélos.
  3. Le développement de garanties étendues pour les voitures, les appareils électroménagers blancs et bruns (cuisine, mobilier, etc.).

A la place du Black Friday, une opération C-Friday pour Circulaire a été lancée, en partenariat avec une ONG, dans un mélange entre philanthropie et entreprenariat débouchant sur des outils de sensibilisation à la seconde main, des formations sur la collecte de biens de consommation pour le réemploi ainsi que le recyclage.

La principale problématique en matière de durabilité réside dans la sensibilisation visant à transmettre le message selon lequel tout ce que vous achetez a une seconde vie. Il est nécessaire de faire progresser la sensibilisation du grand public pour encourager un changement d’attitude.

En Espagne, l’intérêt pour l’économie circulaire gagne du terrain. Moins qu’en France, mais l’objectif est de la rendre plus mainstream. Pour le grand public, la première préoccupation est budgétaire, la « Seconde main » constitue une manière de récupérer un peu d’argent. Le changement climatique est aussi un argument puissant pour les consommateurs, impactant les gens chez eux rendant l’efficacité énergétique des maisons est un critère pertinent pour l’achat ou la location, tandis que les énergies renouvelables progressent rapidement.

La banque BNP Paribas, dans son ensemble, considère que la durabilité est l’un de ses critères fondamentaux, bien qu’aucun objectif officiel ne soit pour le moment déclaré tant que la nouvelle taxonomie nécessite des clarifications. Cependant, dans les rapports trimestriels, des indicateurs clés de performance (KPIs) sont produits et suivis, permettant ainsi la réalisation de projets futurs avec des résultats concrets.

L’association REMAR, partenaire de BNP Paribas Personal Finance, constitue un réseau regroupant 200 000 membres actifs en Espagne. Son objectif est de créer une économie circulaire. Elle s’engage dans la collecte, la réutilisation et la circulation de produits, ainsi que dans la récupération d’aliments auprès des supermarchés pour les redistribuer. En outre, l’association pilote la collecte auprès d’usines, gère des boutiques solidaires et des maisons d’accueil pour les familles en Espagne ; sans oublier ses actions solidaires en Afrique, avec des envois quasi quotidiens de conteneurs pour distribuer de la nourriture dans les prisons et auprès des orphelins.

La priorité de la réindustrialisation et de la formation

Les préoccupations économiques pour 2024 portent sur les déficits publics importants, sur la nécessité de faire évoluer les lignes budgétaires après 4 ans de renouvellement du budget voté par la précédente mandature. La réindustrialisation (gigafactory de batteries électriques) ne compense pas la désindustrialisation qui touche aussi l’outil industriel espagnol.

La priorité serait d’améliorer la formation pour les entreprises, en particulier pour la transformation digitale. Les besoins concrets des entreprises ne sont pas couverts par les formations universitaires, qui représentent une reconnaissance sociale par les diplômes, alors que la perception de la formation professionnelle pourrait être plus positive compte tenu des emplois qualifiés à la clé.

L’action syndicale pour les industries

L’action du syndicat UGT, 900 000 adhérents et plus de 100 000 représentants dans les entreprises pour les industries, coordonne trois activités, la formation, l’égalité et l’emploi, ce qui représente 2,8 millions d’emplois et un tissu de 194,000 entreprises, plus de 80% étant des PME. Il assure le suivi des mesures gouvernementales dans toutes les filières, en particulier l’encadrement des conventions collectives, l’État privilégiant une harmonisation par le haut avec de meilleures garanties tandis que le secteur privé privilégie des accords moins disant.

Le syndicat dispose d’une force de négociation grâce à ces conventions sectorielles. Trente-huit conventions sont en cours, avec le double défi d’accompagner des entreprises de taille différente et d’assurer la transition numérique et durable, tout en assurant un accompagnement juridique autour de la transposition en cas de conflit d’interprétation des mesures prévues dans les entreprises.

L’un des principaux défis correspond à la tertiarisation des industries, se traduisant par la baisse de la part industrielle dans l’économie, qui est passée de 28% en 1981 à 12% en 2023. De ce fait, la réindustrialisation est très importante, se traduisant par la transformation du modèle industriel avec la numérisation et la durabilité, alors qu’il n’y a pas de mesures concrètes au plan national puisqu’il n’y a pas de ministère de l’industrie ; les politiques industrielles sont régionales en Espagne, du fait de la structure territoriale fédérale.

Autres politiques syndicales :

  1. L’emploi des jeunes via tout type de formations : de requalification, duales académiques et professionnelles, en entreprise (stages et alternances) afin de créer davantage d’emplois, de réduire les inégalités territoriales et de combler les pénuries sur des métiers manuels ;
  2. Les travailleurs des plateformes : L’Espagne a été pionnière dans la régulation des chauffeurs et livreurs, alors que la startup Uber préférait les auto-entrepreneurs, la relation employeur-employé doit être encadrée par un contrat afin d’ouvrir à des droits syndicaux et d’indemnités de licenciement.
  3. Les algorithmes : Les syndicats en Espagne demandent accès aux algorithmes de toutes les entreprises lorsque le travail est impacté par la productivité exigée ou lorsque des biais impactent les recrutements. Ces demandes portent sur les « commandes », pas sur les développements techniques, un peu comme une notice pour les médicaments ainsi qu’un regard sur ce qui est contrôlé chez les salariés, sur les indicateurs qui pointent la productivité individuelle.

Les questions de sécurité

Il existe un lien fort en Espagne avec les États-Unis, notamment l’importation de gaz depuis l’agression Russe en Ukraine, ainsi qu’une base militaire américaine près de Gibraltar, officiellement pour l’OTAN depuis les années 1960, plus grande base en Europe occidentale, utilisée dans chaque conflit au Moyen-Orient.

0,7 % du PIB a été alloué à l’Ukraine. L’Espagne est le quatrième pays le plus important en dehors de l’Ukraine où les enfants ukrainiens sont éduqués, même si l’Ukraine se trouve à six heures de vol et qu’il n’y a pas de liens historiques entre les deux pays.

En Afrique, l’Espagne est le seul pays de l’Union européenne ayant une frontière terrestre avec le Maroc, qui collabore sur des questions telles que le terrorisme, les migrations irrégulières et le trafic de drogue illégal. L’Espagne joue le rôle d’intermédiaire entre les partisans et les opposants à la coopération avec la Chine au sein de l’Union européenne.

L’énergie

Sur les questions énergétiques, les États-Unis sont le plus grand investisseur étranger en Espagne, ce qui témoigne d’une relation très forte. L’Espagne est devenue importatrice de gaz naturel liquéfié (GNL) depuis la crise en Ukraine, exploitant des installations de GNL qui étaient auparavant inutilisées. Le pipeline en provenance d’Algérie, historiquement principale source de gaz,  s’est asséché pour des raisons politiques (le gouvernement espagnol a changé d’avis sur l’occupation du Sahara occidental par le Maroc) et militaires.

La Catalogne

Sur la Catalogne, l’opposition y était pro-européenne, tout comme dans le projet indépendantiste écossais. Ils espéraient que l’adhésion à l’UE pourrait être un progrès pour leur nationalisme. Les sécessionnistes dominent désormais, visant l’indépendance. L’autonomie régionale catalane joue désormais le jeu politique avec un parti plus radical et antisystème, qui a élevé la crise au niveau de l’UE. La crise est passée d’une Catalogne nationaliste à une Catalogne sécessionniste, avec un discours du type « L’Espagne nous vole ».

Le point de non-retour serait la réforme de la Constitution, une boîte de Pandore, nécessitant une majorité des 3-5e. Le PSOE et le PP ne traitent pas de cette question territoriale, même si cela entraîne le pays dans des tensions économiques et politiques. Le danger réside dans des accords de facto en dehors de l’État de droit.

La Catalogne est une préoccupation qui éloigne l’économie de ses priorités, qui consomme le capital politique des dirigeants et représente potentiellement un risque pour l’unité de l’État. Au niveau européen, l’enjeu est celui de la non-reconnaissance de la Catalogne indépendante qui pèse le même poids démographique et économique que l’Autriche et la problématique de la reconnaissance de la langue catalane comme langue officielle de l’UE.

Le sentiment d’indépendance s’est développé à partir de la crise économique de 2008.

Avec la crise économique en 2012 et la quasi-intervention de l’UE en Espagne dans la gestion économique du pays, les dirigeants ont été conduits à un effort de repositionnement pour ne plus être en risque de mise sous tutelle. Mais cet élan réformateur est brisé par la déstabilisation occasionnée par la question catalane ; la plupart des acteurs à Madrid exprime une relative fatigue de subir ce sujet sans y trouver de solution.

LANCEMENT DE LA CAMPAGNE DES ELECTIONS EUROPENNES: LE GRAND RETOUR DE L’AGRICULTURE

par Michaël Malherbe, Secrétaire Général

Nombreux sont ceux qui s’attendaient à une entrée en campagne sur la souveraineté technologique de l’Europe dans les données, l’intelligence artificielle, la 5G ou les services numériques. L’on s’attendait sans doute à tout ce qui nous permettrait de réussir le XXIe siècle de l’Europe. A tout sauf à l’agriculture.

Adieu veau, vache, cochon, couvée

Et patatras, comme dans la Fable de Jean de La Fontaine, « Quel esprit ne bat la campagne ? Qui ne fait châteaux en Espagne ? » Face au lait renversé, « Je suis gros Jean comme devant ». « Le lait tombe ; adieu veau, vache, cochon, couvée » ! C’est sans doute ce que nous pouvons constater avec ce coup d’envoi de la campagne des élections européennes de juin prochain, qui aura finalement bel et bien commencé : à côté des sujets technologiques, géopolitiques, sanitaires, un thème ancien a émergé dans la foulée d’une contestation.

Comment cette campagne qui n’a cessé de se dérober à ceux qui tentaient de s’en saisir, depuis plusieurs semaines déjà, est-elle parvenue à rompre le désintérêt des différents acteurs européens ? Mille et un scénarios pouvaient dorénavant s’échafauder à mesure que les nouvelles responsabilités de l’Europe accumulées pouvaient offrir un angle à la campagne électorale. Au cours de la mandature, l’UE s’est notamment vue confiée de nouvelles responsabilités sur des enjeux majeurs comme la lutte contre la pandémie de Covid ou le soutien contre l’agression russe en Ukraine, autant d’eau potentielle au moulin du débat électoral. Les états-majors des partis politiques européens ne cessaient de bâtir des plans de bataille, mais rien n’y faisait, la campagne ne prenait pas.

C’est par le plus vieux métier de l’Europe que la campagne électorale a déchiré le voile

De manière fracassante, tant le drame est malheureusement complet, la détresse des agriculteurs est enfin parvenue à capter l’attention des citoyens. On retiendra donc, à l’ère de la polémique virtuelle, quotidienne, stérile, que ce sera l’un des sujets les plus européens qui aura ouvert le bal de la campagne européenne. L’agriculture s’est manifestée aux premières loges de nos consciences médiatiques par la crise d’un secteur en plein chantier.

Pourtant, pour tous ceux qui suivent attentivement l’actualité des affaires européennes, il faut dire que le feu couvait depuis quelques temps. Les premiers pas de la nouvelle Commission von der Leyen se sont déroulés conformément au programme, autour d’une ambition majeure, le Pacte vert pour l’Europe, porté par Frans Timmermans, un Vice-Président entreprenant. Mais, celui-ci a quitté son poste avant la fin de son mandat, pour rejoindre la politique nationale néerlandaise, laissant le Green Deal orphelin de son principal avocat, alors que certains des textes les plus difficiles étaient encore en discussion.

Creusons le cœur du contentieux, qui s’est porté sur le projet de restauration de la nature, un texte prévoyant de fixer pour la première fois des objectifs contraignants pour restaurer les écosystèmes, les habitats et les espèces afin de mettre en place des mesures de restauration efficaces afin de couvrir au moins 20 % des superficies terrestre et maritime de l’UE d’ici à 2030, considérant en particulier que la productivité agricole dépend de la santé des écosystèmes et notamment des pollinisateurs.

Lors des discussions au Parlement européen pour l’adoption du texte sur la restauration de la nature, nous avons assisté sans doute au mélodrame le plus intense de la mandature, avec une sorte de victoire à la Pyrrhus qui a laissé beaucoup de traces. Comptons les forces en présence et regardons le résultat après la bataille.

Du côté des partisans du texte sur la restauration de la nature à compter dans les rangs des eurodéputés qui ont largement voté pour la confirmation d’Ursula von der Leyen en début de mandat, les grands principes du Green Deal sont sauvés, la victoire n’est que de façade, mais disons qu’on a sauvé les meubles, la vision d’un modèle, d’une société idéale zéro-carbone.

Du côté des opposants, qu’il a fallu chercher au cœur même de la famille politique de la présidente de la Commission européenne, le PPE, rassemblant la droite européenne, ce texte fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase, le calice à boire jusqu’à la lie qu’ils ne pouvaient justement plus assumer auprès de leur famille politique, au cœur des zones rurales et des territoires.

The Perfect Storm

C’est ce que l’on appelle #ThePerfectStorm, qui rassemble de nombreuses injonctions contradictoires, révèle des lignes de fracture profondes, suffisantes pour potentiellement redéfinir les contours entre des majorités et des oppositions non pas de circonstance, mais durables, irréversibles, comme ce fut le cas pour les fameuses deux gauches irréconciliables théorisées par Manuel Valls.

D’un côté, les partisans d’une vision généreuse de la société future, bas-carbone, sympathique et écologiste, respectueuse de la biodiversité animale et végétale. Un modèle de société promu dans une démonstration qui nous explique que nous n’avons pas le choix pour lutter efficacement contre les dérèglements climatiques. C’est à prendre ou sinon c’est la fin du monde.

De l’autre, les soutiens du monde réel, concret, matériel, des habitants des zones rurales, des acteurs qui ne s’occupent pas seulement d’entretenir les paysages pour la beauté du geste, mais qui vivent de leur activité dans les pays, le monde des paysans.

Comment une telle divergence existentielle, autour de la politique européenne la plus emblématique, la plus historique et dorénavant la plus contestée et critiquée aura-t-elle pu passer aussi longtemps sous silence ?

Les agriculteurs, en France, mais aussi dans la plupart des États-membres, ont une relation ancienne avec l’Union européenne, pourvoyeuse de fonds visant à transformer le secteur, à une certaine époque, vers des logiques de productivité et d’auto-suffisance, davantage aujourd’hui vers une forme de souveraineté alimentaire, dont l’ouvrage devra être remis sur le métier.

Le vade-mecum de campagne

En définitive, l’opération de préemption de ce début de campagne par les agriculteurs est une très bonne nouvelle, d’abord parce que leur drame est un sujet qui mérite vraiment qu’on s’y intéresse pour y apporter des réponses à long-terme. Ensuite, parce que cela nous rappelle à tous qu’en Europe, rien ne se fait sans cette capacité à construire des coalitions, qui fait que ce sont des agriculteurs aux quatre coins de l’hexagone français et de l’Europe tout entière qui se manifestent et expriment leur désespoir. Enfin, parce que ce sujet, comme nous venons de le voir, est sans doute le plus susceptible de permettre aux Européens de faire des choix de société engageants, structurants pour l’avenir, cohérents vis-à-vis de nos engagements, d’une grande lisibilité pour le grand public et d’une certaine logique aussi dans les relations futures avec nos différents partenaires.

Au détriment de leur propre existence, les agriculteurs nous montrent aussi le coût politique très élevé à payer pour parvenir à capter l’attention concomitante, à la fois des pouvoirs publics nationaux et européens, mais également des médias d’information, sans oublier évidemment les citoyens-électeurs.

Ce sera justement le rôle de la campagne des élections européennes de 2024, qui ne semblait pas encore s’être donné une éventuelle mission, de débattre de nos choix existentiels pour l’une des activités économiques les plus illustres et les plus nobles, qui avait été au cœur du projet de la construction européenne, compte-tenu de sa capacité à fédérer autour d’une vision commune. Et puis, il faudra formuler des propositions cohérentes, réalistes, respectueuses pour cette politique publique, la PAC, qui en a vu bien d’autres. Et il s’agira enfin de trancher entre les options des différentes familles politiques.

LE CHAOS DU MONDE OBLIGE L’EUROPE A SE DOTER D’UNE POLITIQUE ETRANGERE COMMUNE

par Patrick d’Humières

Les guerres du moment désignent à l’opinion quelles sont les puissances de premier rang et celles de second rang. L’Europe doit-elle se contenter d’être en deuxième catégorie et de régler les factures humanitaires sans peser sur les décisions globales et sans parvenir à infléchir l’ordre mondial dans le sens de ses valeurs ? Cette interrogation est existentielle car si nous ne trouvons pas rapidement une cohérence dans l’action extérieure, on ne pourra plus reprocher aux dirigeants des États membres de jouer leur partition et de se désolidariser de la communauté de destin qui est nôtre. Dans nos pays comme que dans le monde extérieur, au nord local comme au sud global, l’UE se doit de se présenter unie et cohérente devant les autres dirigeants de ce monde, qu’ils soient démocratiques ou autoritaires. Cette vérité simple nous interpelle d’autant plus qu’en matière commerciale, en matière environnementale, en matière humanitaire et dans plusieurs champs de la régulation, l’Union a fait le saut d’une représentation commune qui s’impose de mieux en mieux dans le jeu global.

Et l’intérêt d’une « PEC » est d’enclencher forcément la politique commune de défense, mais aussi les volets culturels, sanitaires et d’inclusion qui font cruellement défaut à l’édifice institutionnel européen et que les initiatives engagées jusqu’ici justifient d’aller beaucoup plus loin sans tarder.

Le monde stabilisé que nous quittons

L’Europe du « triple saut » peut-elle voir le jour en 2024, à l’occasion du débat électoral de juin, pour ajouter au saut économique puis institutionnel, indéniablement réussi, celui de l’action extérieure commune ? Certes, on sait bien qu’on touche là à la symbolique nationale la plus réflexe qui soit, dès lors qu’il s’agit d’incarner des vieux États-Nations et de permettre à leurs chefs d’État et de gouvernement d’exister au-delà des questions quotidiennes, en prenant en charge « l’essentiel », c’est à dire le destin de leur peuple aux yeux des autres !

Dans le monde stabilisé que nous quittons, les questions internationales étaient enfermées dans un cadre occidental hiérarchisé qui convenait bien à presque tous les acteurs et qu’ont facilement rejoint les nouveaux adhérents à l’Union en se démettant sur le tuteur impérial américain pour ce qui est touche à l’ordre mondial, son organisation, sa sécurité et ses enjeux nouveaux. Cet abandon évitait de se poser beaucoup de questions à long terme et, à part la France, l’UE ne s’imaginait pas devoir se positionner en propre sur des enjeux hypothétiques. L’irruption de la multipolarité tirée par la Chine, de la désoccidentalisation nourrie par les BRICS et de la révision nécessaire des relations économiques au nom des enjeux écologiques, force l’Europe à devoir affirmer une autre voie qui coïncide avec ses valeurs. Elle ne sait pas le faire en ordre à ce stade ; on se demande même si les principaux dirigeants de l’Union partagent cet objectif, certains s’accommodant volontiers d’une prudence hypocrite et d’autres poursuivant leur chemin solitaire faute de se retrouver dans la représentation commune bruxelloise. Malheureusement, cette béance diplomatique se voit ; elle nuit désormais à l’attractivité du projet européen, dont on oublie qu’il fut établi pour faire la paix et non pour s’en tenir à un mercantilisme sans âme et sans boussole. Or si la paix n’est plus là, que fait-on ?

Construire une architecture diplomatique collective est devenu un impératif vital pour l’UE

Construire une architecture diplomatique collective est devenu un impératif vital pour l’UE, dont on doit dire qu’il passera par un abandon négocié de certaines prérogatives de représentation associées aux États, même si on sait que l’aura que confère aux grandes nations la perpétuation d’une expression autonome et pompeuse sur la scène mondiale n’est ni efficace, ni indispensable pour faire bouger les lignes ; elle prolonge un sentiment d’existence ostentatoire, comme notre voisin d’Outre-Manche sait si bien le faire, avec son « marketing de la couronne » qui est une piètre compensation à l’échec de la stratégie « global UK ».

De fait, accepter de renoncer à cette démarche d’expression régalienne touche au symbolique quand il s’agit de représentation mais, croit-on, à la souveraineté lorsqu’il s’agit de choix structurants à partager, fut-ce avec un ami et partenaire sur toutes les autres politiques publiques, ce qu’on craint qu’il soit perçu par les opinions comme un abandon castrateur ; aucun dirigeant ne veut et ne peut transgresser simplement ce legs émotionnel sans s’assurer qu’il ne sera pas privé de deux composantes à part entière de son autorité légitime : la vision stratégique qui lui convient, d’une part, lors des phases de décision, et la possibilité de rester l’incarnation de son peuple face aux autres d’autre part, pour assumer ces choix , bref éviter le syndrome d’un Cyrano de Bergerac : « n’aller pas bien haut, peut-être, mais tout seul ».

Dépasser cette limite fondamentale tient de la dimension psychanalytique ou du réflexe archaïque nationaliste, parfaitement respectable, alors même que les Etats-membres ont appris de longue date à débattre et à convenir d’orientations extérieures communes ; paradoxalement, ce n’est pas tant le fond stratégique qui paralyse l’Union que la volonté de déléguer à une instance représentative le soin d’incarner et de faire vivre notre rapport au monde. Nous savons que nous pouvons dégager des options fondamentales communes à la majorité des 27 mais en ne voulant pas encore transférer leur incarnation et leur déploiement à l’Union, au moins en partie, nous en affaiblissons la portée et la perception, c’est-à-dire toute efficacité.

C’est bien la question de la capacité de l’Europe à compter sur la scène mondiale qui est le sujet

Or, c’est bien la question de la capacité de l’Europe à compter sur la scène mondiale qui est l’enjeu, pour favoriser des solutions négociées, atténuer des conflits et ouvrir de nouvelles voies de coopération et de régulation collective, terrain dont Amin Maalouf rappelle dans son dernier essai* que se joue là une capacité occidentale crédible à ne pas subir une remise en cause inéluctable », ainsi que « la réparation du monde » à laquelle il faut s’atteler enfin, pour favoriser un nouvel ordre coopératif.

La guerre en Ukraine nous a fait progresser de façon considérable sur le chemin d’une vision commune à l’égard de la Russie et dans nos rapports plus décomplexés avec les Etats-Unis et le reste du monde. Mais nous arrivons au pied de la muraille russe et la hauteur à franchir est beaucoup plus abrupte que la gestion réactive limitée assumée jusqu’ici ! La division escomptée par le Président russe n’a pas eu lieu et ce n’est pas là le moindre succès porté par un « occident » qui s’est retrouvé dans la défense militaire et politique de ses valeurs et de ses intérêts. Cet acquis défensif, à maintenir jusqu’au retour de l’Ukraine dans ses frontières, est le signe le plus encourageant que nous puissions afficher depuis la chute du Mur. Elle nous aide à oublier l’inconscience qui a marqué un lâche abandon au protecteur américain s’agissant des implications de l’architecture de sécurité collective post-89 que nous payons au prix fort aujourd’hui. A ne pas traiter nos enjeux réels, ils nous rattrapent un jour.

C’est aussi ce qui s’est passé avec l’éruption terroriste dont Israël a été victime le 7 octobre 2023, qui a pris de cours une Amérique et une Europe qui avaient largement jeté l’éponge dans le bourbier moyen-oriental, alors même que nous avons porté sur les fonds baptismaux onusiens un État juif doté d’une identité démocratique et campée sur le projet des deux États en Palestine, en vain malheureusement. L’Europe avait pris acte de son impuissance avec l’échec des accords d’Oslo et le refus du peuple juif de négocier la mise en place d’un État Palestinien. Rattrapée par la problématique insoluble et douloureuse de la coexistence de deux populations concurrentes sur la terre de leurs ancêtres, voulue par la communauté internationale mais refusée par les protagonistes, l’Union vient de faire une démonstration pathétique de son incapacité à penser et agir solidairement en termes de puissance qui compte. La France tient son rang, l’Allemagne gère sa culpabilité, l’Espagne et l’Italie affichent des choix trop simples… nous vivons là un rendez-vous manqué avec notre Histoire : si nous ne savons pas plus contribuer de façon déterminante à faire émerger rapidement un modus vivendi, via une double solution humanitaire et diplomatique, pour canaliser le conflit ouvert et déboucher sur des règles de coexistence viable, nous serons aussi les perdants d’un drame dans lequel nous avons une certaine paternité. Il est à craindre que nous y perdions la crédibilité d’acteur international pour longtemps.

Les Européens ont une responsabilité directe dans la réorganisation de l’espace moyen-oriental

De fait, les européens, pas mieux que les Américains, n’ont été capables de faire valoir un ordre juste et appliqué qui garantisse les intérêts de tous les peuples du Moyen-Orient, et parce qu’on sait que l’équation est quasi impossible, il faut la porter d’autant plus ! Il ne sert à rien de renvoyer à notre vacuité militaire l’explication de notre pusillanimité politique. L’analyse historique de cette tragédie nous oblige à réparer notre faiblesse actuelle à agir qui a atteint un paroxysme dans la division récente des votes européens à l’Assemblée générale des Nations-Unies. Nous nous devons de tirer les conséquences pour nous aussi Français de cette situation car nous sommes solidaires de la crédibilité de l’UE, au risque de donner raison à tous ceux qui ne veulent que des solutions militaires jusqu’au-boutistes et destructrices, misant sur la victoire définitive d’un camp sur l’autre et se refusant à faire une paix qui n’est pas la leur. C’est ce langage, distillé par le Président français, qui est attendu par le reste du monde.

La sécurité d’Israël dans des frontières à fixer en respectant celles de ses voisins, et la vie palestinienne possible dans un espace reconnu -probablement à démilitariser – sont les conditions d’un retour à la paix au Moyen-Orient qu’il faut rechercher plus que jamais en reprenant la méthode norvégienne qui avait réussi. L’UE a besoin en tout cas d’une stratégie commune immédiate qui exprime une unité de fond et de forme, dont elle doit faire le laboratoire d’une politique étrangère commune effective, sortie des débats doctrinaux infinis, en privilégiant une approche pragmatique dès lors qu’elle met fin aux conflits inacceptables. Plusieurs pistes, bien connues des dirigeants et des diplomates, sont sur la table. On se contentera ici d’ordonner certaines solutions pour rappeler qu’elles font partie des champs de progrès envisageables et que seules la volonté politique et la hauteur de vue collective les rendront possibles. Ce sont des voies pour bâtir cette politique étrangère européenne existentielle à l’occasion du conflit moyen-oriental que nous devons aider par-dessus tout à sortir de l’engrenage de la violence et de la lutte à mort qu’il a pris, pour installer la coexistence qui est la seule voie menant à la paix.

  • L’Union, associée aux États-Unis, peut offrir un cadre de discussion et des scénarios de travail, qui ne verront pas le jour aux Nations-Unies et qu’on ne peut laisser au seul Qatar le soin de formaliser. Il s’agit de se doter d’un outil de négociation spécialisé qui peut être mis au service des sorties de conflit. A la suite d’Oslo, la partie occidentale peut apporter son expertise et une organisation diplomatique à tous les acteurs concernés : il nous faut obtenir des États-Unis une acceptation à œuvrer en intelligence avec eux, en leur laissant le soin de tenir en respect l’équilibre militaire auquel l’UE ne prétend pas accéder, préférant nous attacher à la coordination humanitaire et au soutien au développement des Palestiniens, sachant que nous avons déjà un solde d’échanges très intense avec Israël qui doit continuer parallèlement.
  • L’arme humanitaire est en effet celle dont l’Union doit se servir par-dessus tout, en s’organisant mieux à cet effet, avec les acteurs en place (CICR, CR, ONG, agences spécialisées dont UNWRA etc…). Le contrôle de nos flux de dons ne doit pas laisser des détournements suspects. Nous pouvons nous doter d’un arsenal d’intervention alimentaire et médicale de premier plan qui offre aux populations civiles de vraies aides d’urgence sur les terrains les plus chauds avec une volonté de sortir enfin les réfugiés d’un provisoire qui dure beaucoup trop longtemps et favoriser une reconstruction sociale respectueuse des droits humains, dans un cadre contractuel qui appellera une trajectoire démocratique minimum, acceptable pour nous.
  • L’Union doit reprendre aussi le travail juridique sur le droit de la guerre, la liberté de l’information, l’application des sanctions et la condamnation pénale des crimes dans les situations de conflits, pour rendre la CPI plus effective et se saisir de la compétence universelle pour qu’une justice internationale s’affirme partout et là d’abord; le droit est l’arme indispensable de la diplomatie européenne, à construire de façon intraitable et inlassable. A cet effet, nous devons rejoindre la démarche allemande concernant le renforcement des législations sur le commerce des armes et en faire une doctrine européenne exemplaire.
  • Cette structuration d’un « soft power diplo-humanitaro-juridique et moral européen » n’a de chance de grandir que s’il est au service d’une politique étrangère européenne qu’il faudrait mettre à jour en s’inscrivant dans une vision du 21°siècle. Celle-ci doit résoudre à la fois les défis de protection de la biosphère, dont la question climatique en urgence, ceux des inégalités et des injustices qui marquent la réalité persistante des échanges internationaux et les comportements de mauvaise gouvernance des acteurs non étatiques, voire étatiques (cf. dictature comme au Myamar…); l’avancement du modèle d’entreprise durable à l’européenne devrait faire de nos grands groupes des alliés dans la maîtrise collective des biens communs à protéger, au travers d’une loyauté qui doit s’améliorer très substantiellement.

Il s’agit là, ni plus ni moins, de créer un nouveau modèle de gouvernance mondiale qui doit servir à refonder le cadre onusien, objectif en soi qui ne peut plus attendre ; il conditionne la stabilité générale et s’avère la seule réponse possible aux drames qui vont s’accumuler dans les zones en conflits chroniques et les États faillis. Cette réponse géopolitique de l’UE en vue de construire un monde d’interrelations positives rompt avec le post-colonialisme qu’on lui reproche souvent ; c’est ainsi que nous relancerons la relation à l’Afrique où la France s’est fait enfermée dans un rôle de bouc émissaire, à l’instigation de puissances concurrentes corruptrices ; le monde a grand besoin aussi de cette nouvelle architecture financière internationale remise sur la table par le Président français, mais également d’une réforme des agences des Nations-Unies que nous devons esquisser et rechercher à travers des coalitions de bonne volonté, en prenant la tête de ce chantier du siècle. Peut-on imaginer qu’un Conseil européen fondateur accouche d’une telle ambition, abondée par le Parlement et mise en musique par la Commission, lors d’un Sommet ad hoc qui devrait aller jusqu’à déboucher sur un avenant aux traités, à ratifier à la majorité simple des parlements des membres et des pays en cours d’adhésion ? Proposer cela aux électeurs européens en juin 2024 nous semble être notre devoir de citoyen français et européen à la fois.

La constitution d’un cercle volontaire pour bâtir l’outil diplomatique européen est une initiative à mettre en débat

Le curseur entre la responsabilité collective européenne et celle des États en la matière peut se déplacer progressivement et ménager les zones d’orgueil national persistantes. Une fois la doctrine et le cadre institutionnel légitimés par la plus complète et solide procédure démocratique réservée aux grands choix institutionnels, une façon de réussir ce « glissement communautaire » vers une Europe diplomatique serait de laisser au Conseil Européen le soin de définir dans chaque cas les positions circonstanciées et les lignes d’intervention appropriées, tout en s’enfermant dans une obligation de s’entendre à la majorité et de façon immédiate et organisée pour rester au cœur des crises. Il en résulterait un accord à convenir avec les chefs d’État et de gouvernement de soutenir l’expression collective adoptée à 27 et plus, sans la doubler ou la concurrencer, mais en y apportant de façon toujours concertée et associée le poids des États et l’expérience des pays membres. Le président en exercice de l’Union serait alors la personne naturellement vouée à incarner la démarche ainsi organisée. On peut imaginer aussi que l’Union confie systématiquement à un chef de gouvernement ou à une personnalité européenne expérimentée, le soin de conduire le chantier diplomatique en question, au cas par cas, et d’en rendre compte au Conseil européen, en le dotant de la force de l’outil diplomatique de l’Union, associant toujours l’action humanitaire et juridique.

Une vision renouvelée, une organisation volontariste et une capacité d’initiative opérationnelle sont les qualités attendues de la part d’une UE acteur mondial

Les leviers pour faire entrer l’UE dans le cercle des grandes puissances qui doivent s’atteler à remodeler l’ordre international, pour aider à sortir des conflits violents et prévenir les crises annoncées, sont identifiés. Le mandat européen qui s’ouvrira en 2024 devrait être l’occasion de traiter cette dimension vitale de notre projet collectif en l’inscrivant dans la vie commune.

Mais il y a deux conditions de crédibilité à cette évolution nécessaire. La première est de ne pas hésiter à prendre le relais des États-Unis dans le soutien à l’Ukraine, qui est aussi notre frontière et qui met à l’épreuve notre système de valeurs et notre cohérence institutionnelle. La deuxième condition indissociable est cette répartition des rôles à partager avec les États-Unis dans le conflit du Moyen-Orient, pour s’atteler à une solution palestinienne acceptable sur place.

Le défi est immense et on peut y inclure la construction d’un nouveau rapport avec l’Afrique et avec les BRICS. Il est le nôtre car s’il nous reste beaucoup à faire pour réguler le champ économique, en Europe et dans le monde, aucun électeur et aucun citoyen européen ne dira que c’est là la finalité du projet pour lequel on lui demande de déléguer un peu de sa souveraineté nationale, s’il n’y a pas pour ce faire une grande raison et une promesse sérieuse de faire plus et mieux que ce que chacun des États seul prétend apporter à ce jour. « La raison d’être européenne » trouvera sa justification dans cette capacité à aller plus loin que la prospérité et la paix interne, en s’attachant à bâtir l’ordre mondial où nos valeurs de solidarité, d’universalité des droits, de dignité et d’égalité entre les personnes trouveront à s’appliquer réellement. Tout semble en effet indiquer aujourd’hui que nous sommes en passe de régresser à moins que nous ne fassions notre affaire de ce que doit être l’ordre mondial du 21°siècle, négocié avec ceux qui veulent y occuper désormais toute leur place, légitimement. Tous ceux qui veulent la prospérité du monde, dont la paix est la condition première, sont nos partenaires et la démocratie grandira à travers notre propre exemplarité, dans et à l’extérieur de l’Union. Le projet européen se joue bien sur notre volonté à « refaire le monde ».

Pour faire évoluer en France la dialectique entre élargissement et approfondissement de l’UE, faisons-en un enjeu de campagne

Par Aymeric Bourdin et Michael Malherbe

(article rédigé en novembre 2023)

Alors que les récentes agressions contre les Ukrainiens, les Arméniens et les Juifs posent à nouveau avec acuité la question ancienne de la responsabilité de l’Europe dans le maintien de la paix dans son environnement proche, les chefs d’État et de gouvernement ont abordé lors du Sommet de Grenade en octobre dernier le sujet des élargissements à venir de l’UE.

Méthode renouvelée, processus graduel d’adhésion, équilibre entre citoyenneté et accès au marché intérieur : une nouvelle approche est en cours d’élaboration. Souhaitant répondre à la donne géopolitique actuelle, le Président du Conseil européen s’est même engagé publiquement pour la première fois sur une date pour l’intégration d’un nouveau groupe de pays dont les Balkans occidentaux et l’Ukraine : ce sera 2030.

Si la question de l’élargissement nous paraît entièrement légitime, appropriée aux crises qui s’enchaînent et au monde qui vient, nous souhaitons que les réponses données ne soient pas dictées par des réflexes pavloviens et contribuent à alimenter un débat démocratique.

La construction européenne a toujours su tracer un chemin à travers la dialectique des élargissements et des approfondissements. À chaque étape, de nouvelles ambitions, répondant à de nouveaux enjeux, ont suscité de nouvelles politiques communes : marché intérieur, monnaie unique, investissements partagés… Qu’en est-il aujourd’hui du projet européen, dont la raison d’être reste la paix ?

Le projet de la construction européenne

Avant de s’engager à corps perdus dans de nouveaux élargissements, les citoyens doivent s’interroger : ne prend-on pas le risque d’une fuite en avant, de la poursuite d’un projet de substitution pour une union qui ne parviendrait plus à devenir « sans cesse plus étroite » ? Quoi qu’il en soit, la politique d’élargissement ne peut pas et ne doit pas tenir lieu de projet pour l’Union européenne. Cela prêterait le flanc au procès d’impérialisme par la norme qui lui est parfois intenté.

Il s’agit donc d’abord de poser sur la table les intérêts de l’Europe aujourd’hui. La question est intérieure mais aussi et surtout internationale. Alors que le projet des années post-1945 visait avant tout à juguler par des solidarités de fait les dérives nationalistes qui avaient ensanglanté le XXe siècle, celui du XXIe siècle doit tourner vers le monde extérieur une puissance européenne unie dans la diversité de ses valeurs. Pour faire face aux défis majeurs de notre temps, l’Union européenne doit donc redéfinir les réponses aux pressions qui pèsent sur son modèle de croissance et de démocratie, ses valeurs d’ouverture, ses territoires et son projet pour le climat.

Répondre aux défis posés par la Russie

Si la motivation de l’élargissement à l’Est est de nature d’abord sécuritaire, l’intégration à l’UE ne nous semble pas – en tout cas pas seulement – la réponse adéquate. En l’état actuel du développement d’une organisation de Défense commune, c’est bien plutôt une adhésion à l’OTAN à laquelle devrait aboutir le fier combat de l’Ukraine pour sanctuariser définitivement son territoire. Bien que l’article 42 du Traité sur l’UE mentionne une clause de solidarité mutuelle en cas d’attaque, l’intégration à l’UE ne nous semble pas pouvoir être aujourd’hui motivée par un besoin de sécurité militaire, sans oublier qu’une adhésion à l’UE ne peut se faire que sur la base d’un État en paix avec son voisinage.

Au-delà des références et des attachements historiques, la question posée implique de définir ce que sera demain la maison commune des Européens. Là encore, il nous faut trouver comment dépasser l’opposition entre la citoyenneté et le marché dans laquelle se sont trop souvent enfermés les tenants d’une solution essentiellement économique aux problèmes européens et les partisans d’une réforme institutionnelle comme remède miracle aux maux des sociétés.

Enfin, qu’est-ce qui unit les Européens, sinon la perspective d’une mise en commun renforcée des solutions aux problèmes de leur époque ? Si pour les spécialistes, la construction européenne est un corpus de traités et de directives, pour les citoyens, seuls l’utilité et la pertinence des réalisations concrètes perçues peuvent justifier un tel investissement politique.

Réviser les modalités de la dialectique élargissement / approfondissement

Dans le moteur des élargissements à venir, le carburant des motivations économiques ne peut plus suffire. Pour parler clairement, les élargissements ne peuvent pas tenir lieu de projet de remplacement pour une Allemagne qui a perdu l’accès à son énergie en provenance de Russie et est en train de perdre ses débouchés chinois, même s’il est indéniable et souhaitable que la reconstruction de l’Ukraine et le développement des nouveaux pays candidats, notamment dans les Balkans, constituent des opportunités et des débouchés pour les marchés, mais également de la main-d’œuvre. Évidemment, il est encore difficile d’utiliser ces arguments qui pèsent peu face aux atrocités des guerres qui ont frappé les Balkans par le passé et l’Ukraine actuellement ; ils n’en constituent pas moins des faits à intégrer à une réflexion de long terme.

L’élargissement continué par d’autres moyens

En outre, la relance des élargissements peut être le moment d’évaluer les opportunités et les modalités d’évolution tant de la politique de voisinage que de la communauté politique européenne (CPE). Ne répétons pas les erreurs du passé, en voulant faire de la politique d’élargissement ce qu’elle n’est pas censée être, comme ce fut le cas lors de l’ouverture d’une procédure d’adhésion avec la Turquie, avec laquelle la relation est essentielle mais dont l’issue de l’intégration à l’UE ne sera sans doute jamais réalisée. Les possibilités de dialogue, d’intégration, de convergence stratégique ou politique se sont démultipliées et nous conduisent à repenser la méthode d’élargissement.

Adhésion graduelle : le discours et la méthode

Dans la pratique, la question séduisante de gains politiques et symboliques rapides permise par une adhésion graduelle ne doit pas conduire à se fourvoyer. Inverser la logique traditionnelle voudrait dire que l’on devient d’abord un consommateur du marché unique européen avant de devenir un citoyen de l’Union. Est-ce vraiment ce que l’on souhaite ? Viser à ce que les citoyens des pays candidats se sentent « membres de la famille » européenne avant que leurs pays ne franchissent tous les obstacles de la transposition du droit communautaire et de la mise à niveau de leur économie, n’en implique pas moins des efforts et un chemin à parcourir très importants.

Une autre dimension essentielle de l’adhésion graduelle réside dans une intégration volontariste et rapide des pays candidats dans les institutions de l’UE, en particulier dans les domaines où les obstacles juridiques et économiques sont moins élevés. Cela pourrait inclure la politique étrangère et de sécurité commune, où la coopération est cruciale dans un contexte géopolitique tendu. Cependant, cette intégration doit être impérativement conditionnée par une adhésion sincère aux valeurs et aux orientations stratégiques de l’Union, ainsi, il faut le dire, que par des réformes internes de l’UE pour éviter les risques de blocage causés par les stratégies de chantage de certains États membres.

Renforcer la Politique de voisinage et investir la Communauté politique européenne

Centrée sur la stabilisation de son voisinage, la Politique européenne de voisinage, lancée en 2004, avait pour ambition de travailler sur trois priorités de coopération : le développement économique, la dimension “sécurité” ainsi que les migrations et la mobilité. Elle promouvait ainsi des réformes dans les domaines de la gouvernance, de la démocratie, de l’État de droit et des droits de l’homme, au moyen d’une aide financière à destination des pays partenaires. En 2015, face à un bilan alors mitigé, cette politique a fait l’objet d’un profond réexamen. Elle vise désormais à “promouvoir des réformes avec chaque partenaire sous des formes arrêtées mutuellement”. C’est à un investissement massif en ressources humaines, financières et technologiques qu’il faudrait sans doute désormais procéder pour faire de cette politique le fer de lance de la future politique étrangère commune d’un ensemble de 450 millions d’habitants.

Un espace de dialogue, de décision et de négociation ouvert

Par ailleurs, proposée le 9 mai 2022 par le Président de la République, la Communauté politique européenne (CPE) qui a pour ambition de renforcer la coopération et le dialogue entre l’ensemble des pays du continent européen, doit viser à favoriser la convergence et à développer des projets concrets de coopération dans de nombreux domaines d’intérêt commun. C’est là que doivent se décider les modalités de protection des infrastructures critiques, de lutte contre les menaces cyber et la désinformation, de résilience énergétique, de rapprochement des jeunesses à travers le continent, de coopération migratoire, de coordination sur les grands sujets régionaux et de soutien à la reconstruction de l’Ukraine. Il s’agit là bien d’un espace de dialogue, de négociation et de décision ouvert où sera forgée une culture de gouvernance commune avec les pays voisins de l’UE, à condition que des moyens politiques et financiers à la hauteur du défi soient fournis.

La situation est bien décrite par Jean-François Drevet dans son article pour la Revue Futuribles, (Novembre 2023) « Au-delà de ses limites, dont l’expansion indéfinie ne peut pas être la solution, elle (l’Europe) ne doit plus tarder à construire un système continental, une architecture créatrice de paix dans la durée, qui soit adaptée aux problèmes spécifiques du voisinage. C’est pourquoi s’impose la construction d’un partenariat opérationnel avec le voisinage, dans le cadre paneuropéen qui n’implique pas nécessairement l’adhésion, ni même l’imitation de ses politiques. En revanche, elle doit apporter à tous ceux qui veulent y participer, un supplément de sécurité, quel que soit le pays concerné et la qualité de sa démocratie. Qu’elle prenne la forme d’une union politique ou d’une organisation de coopération régionale plus classique, elle devrait représenter, pour le futur Haut représentant, une tâche prioritaire. ».

L’élargissement, occasion d’un débat public et citoyen

Dans la perspective du débat public des élections européennes de juin 2024, pour l’instant aucune force politique ne semble vouloir se saisir de la question des élargissements à venir, alors qu’il s’agit d’une occasion unique de faire un choix de société, de permettre que le processus, lancé par les décideurs du Conseil, soit repris par les responsables politiques nationaux, afin d’en faire l’un des enjeux démocratiques du projet européen. Si le débat était mis sur la table, les risques et les bénéfices attendus ne devraient pas être éludés, ni pour les 27, ni pour les États candidats.

Quelles que soient les options défendues, les opinions publiques devraient être davantage sensibilisées aux enjeux géopolitiques de l’UE et aux conséquences des élargissements, pour une meilleure compréhension des avantages apportés par l’UE, mais aussi des nombreux défis qui l’attendent.

On entend ici et là que la France doit surmonter ses réserves traditionnelles envers l’élargissement. Sa vision de la « France en grand » ayant longtemps prévalu et les Français craignant que l’élargissement ne dilue son influence au sein de l’UE, il faudrait enfin changer de regard et que Paris adopte une vision plus communautaire de l’Europe. S’il est essentiel que la France clarifie son approche vis-à-vis de ses partenaires de l’UE, il est également légitime qu’elle fasse valoir sa spécificité en matière de politique étrangère et de voisinage.

Réinterroger les méthodes traditionnelles et s’adapter aux réalités contemporaines, avec le soutien des opinions publiques, est un défi de long terme dont les points de fixation se cristalliseront à coup sûr d’une manière ou d’une autre dans les urnes au mois de juin. Pour éviter les conséquences d’une critique cinglante de décisions qualifiées de technocratiques sur des enjeux aussi cruciaux, informer, sensibiliser et intégrer l’opinion publique à cet élargissement historique et à ses conséquences pour le projet européen est sans doute le plus sûr chemin à parcourir, quoique difficile, pour assurer la pérennité de l’Europe dans un monde en évolution rapide et imprévisible.