Bulgarie.eu (2/4) : Les atouts d’un partenaire européen

par Rolland MOUGENOT

Dans ce premier article de notre dossier de rentrée consacré à la Bulgarie et à la présidence bulgare du conseil de l’Union Européenne du premier semestre 2018, nous revenons sur quelques faits saillants de l’histoire technologique récente d’un pays résilient et connecté, dont les progrès industriels se sont longtemps joué des distances et des obstacles.

Sans nier cette remarquable capacité d’adaptation et de rebond, nous devons nous interroger cependant sur la pérennité des ‘trésors’ bulgares à l’heure de la mondialisation des chaînes de valeur et de la révolution digitale. Au-delà du potentiel de rattrapage de la Bulgarie, notamment grâce aux fonds communautaires représentant encore plusieurs points de pourcentage du PIB bulgare, qu’en est-il de son potentiel d’innovation ?

La ‘Silicon Valley’ du Sud-Est de l’Europe

En 1964, dans les usines de Botevgrad, sont produits des transistors au germanium (sous licence Thomson), et des diodes à base de silicium (avec l’aide technique de l’Union soviétique). Sur ce terreau où se conjuguent curiosité expérimentale, proto-entrepreneuriat, et recherches universitaire et privée, sont réalisés des copies de microprocesseurs IBM, et, en petites séries les premiers ordinateurs bulgares, les « IMKO-1 ».

A l’aube des années 80, l’industrie soviétique des ordinateurs, ne pouvant plus rivaliser avec celles des pays capitalistes faute de standards communs et de taille critique, l’URSS encourage le rattrapage par le piratage des systèmes occidentaux et charge la Bulgarie de produire des unités centrales et des micro-ordinateurs.

En 1982, de l’usine de Pravetz (près de Botevgrad), sortent les premiers « IMKO-2 » (combinant un clonage de l’Apple II et des variantes bulgares de micro-processeurs Commodore). A son pic en 1985, l’industrie bulgare compte pour 40% de la production soviétique de micro-ordinateurs et d’unités centrales et emploie jusqu’à 130 000 personnes. C’est à cette époque que le pays gagne son surnom de « Silicon Valley du Bloc de l’Est ».

Ce bassin est en fait dès l’origine plutôt une ‘Silicon Valley à l’Est de l’Europe’ de rang mondial. Présentée en conférence en Angleterre en pleine guerre froide par des chercheurs bulgares, l’association d’un IMKO-1 à un robot impressionne chercheurs britanniques et japonais. Autre exemple : en 1975, les calculateurs électroniques ELKA, conçus à l’Institut de Technologies Computationnelles de Sofia, s’exportent en Suisse à plus de 30 000 unités (source : Invest Bulgaria Agency).

Le legs de cette période n’est pas négligeable. « Il y a aujourd’hui un cluster technologique important et diversifié : jeux videos, logiciels, algorithmes, blockchain, ‘deep technology’ », souligne un capital-risqueur.

Après 90, cette concentration de savoir-faire informatiques, conjugués à des conditions d’accueil alléchantes, fait du pays un terrain fertile pour l’externalisation de géants technologiques américains comme Cisco Systems, Hewlett-Packard, VMWare, Microsoft, et Oracle, qui y ont implanté des unités de production et/ou de R&D.

Suite à la crise financière de 2008, et à l’assèchement des investissements étrangers et des lignes de crédit disponibles, le gouvernement bulgare investit dans l’enrichissement de son pôle technologique.

En 2008, un accord entre l’agence nationale de technologies de l’information et IBM ouvre la voie à l’installation du super-ordinateur Blue Gene, afin de soutenir la recherche pharmaceutique, les diagnostics ADN et les modélisations financières. Premier pays d’Europe de l’Est à disposer à l’époque d’un super-ordinateur, la Bulgarie est le dixième pays européen à rejoindre, en 2017, l’initiative communautaire HPC-Europa pour la promotion et la coordination des efforts de recherche en informatique à haute performance.

En 2009, le gouvernement de Sofia décide d’établir un centre de recherche en nano-technologies doté d’une trentaine de millions d’euros, en partenariat à nouveau avec IBM.

 

La Bulgarie rejoint EuroHPC

(Crédits : site de la Commission européenne)

   Un atelier technologique attirant les leaders mondiaux et développant ses propres champions

La capacité bulgare à importer technologies et capitaux par l’entremise de coopérations commerciales, industrielles, scientifiques et/ou capitalistiques avec des entreprises étrangères, s’est éprouvée dans d’autres secteurs que l’informatique stricto sensu.

Dans le secteur des télécommunications, des entreprises occidentales sont présentes depuis au moins la fin du XIXème siècle.

Pendant la guerre de Crimée (opposant entre 1853 et 1856 l’Empire russe à une coalition rassemblant l’Empire ottoman, la France, le Royaume-Uni et le royaume de Sardaigne), Siemens fournit les appareils de la ligne télégraphique reliant Varna (troisième ville du pays, et un des ports les plus importants de la Mer Noire) à Balaclava (près de Sébastopol); quelques années après la confiscation de ses usines en 1951, le premier employeur privé d’Allemagne conclut plusieurs contrats de régie ou de licence avec des entreprises d’Etat, signe des accords de coopération scientifique et remporte des appels d’offre nationaux et municipaux ; en 92, la plus grande société d’ingénierie en Europe est sélectionnée par la Banque Mondiale pour moderniser le réseau téléphonique, et forme à  cet effet une joint-venture avec le bulgare Incoms.

D’autres acteurs étrangers ont contribué à la diffusion des NTIC. Le gouvernement bulgare vend en 2004 65% du capital de BTC (Bulgarian Telecommunications Company) au capital-investisseur américain Viva Ventures, et accorde une licence 3G à BTC l’année suivante ; aujourd’hui, dans un pays où le taux de pénétration d’internet approche les 60% (source : standartnew.com) contre 85% en France et 51% dans le monde (source : Blog du Modérateur), la majorité des lignes fixes continuent à être opérées par BTC, et sa filiale Vivacom figure parmi les trois fournisseurs de téléphonie mobile.

Les étrangers sont également fortement présents dans un secteur électrique et électronique exportant plus de 75% de sa production (source : Invest Bulgaria Agency). Schneider ouvre dès 1991 des bureaux à Sofia, tandis que la société suisse ABB acquiert l’entreprise nationale de composants Avanguard en 1993, et que le japonais Huyndai rachète en 97 le plus gros producteur bulgare de transformateurs.

En dix ans, le chiffre d’affaires du secteur électrique a quadruplé et l’export mix a évolué vers des produits à toujours plus forte valeur ajoutée : la filiale bulgare de l’américain EnerSys fabrique des batteries de plus de 300 tonnes destinés aux sous-marins, alors que la filiale locale de Liebherr (qui produit par ailleurs 600 000 réfrigérateurs par an) livre à Bombardier le système de ventilation du train électrique reliant Johannesbourg à Prétoria.

Le secteur a aussi vu s’épanouir des entreprises locales, telles Datecs fondée en 1990 par des chercheurs de l’Académie des Sciences bulgare et figurant parmi les leaders des solutions de vente en Europe de l’Est.

Le rôle-clé de ‘kick-starter’ de l’Union Européenne

L’Union Européenne et ses membres, au travers des fonds versés depuis 2004, ont contribué directement au renforcement des infrastructures (transport, énergie) et à l’appui des missions non régaliennes (enseignement, recherche scientifique) de l’Etat bulgare.

Près de 2 milliards d’euros de fonds de pré-adhésion avaient été prévus pour la période 2004-2007. Après son entrée dans l’Union Européenne en 2007, 12 milliards d’euros ont été budgétés pour la période 2007-2013, et 9,9 milliards pour la période 2014-2020 (dont 7,4 milliards de fonds structurels et 2,5 milliards au titre de la PAC) soit environ 3% du PIB.

Dans le domaine de l’éducation et de la recherche scientifique. En 2014, le programme « Science and Education for Smart Growth » (SESG), co-financé à hauteur de 77 millions € par le gouvernement bulgare et à hauteur de 600 millions par le Fonds Social Européen et le Fonds de développement Régional Européen, prévoyait d’investir 250 millions dans la R&D et 350 millions dans l’éducation et l’apprentissage.

Outre l’effet de modernisation et de relance, cette aide européenne a joué le rôle d’aiguillon des mœurs politiques locales. Face aux risques de détournement de certains fonds alloués à des projets autoroutiers, la Commission avait déjà en 2008 décidé de geler 800 millions d’euros. Et quand Bruxelles ferme le robinet, Sofia doit retravailler sa copie ; sans garantie cependant que 100% des fonds soient bien alloués aux projets en question.

Outre les fonds dits structurels, l’U.E. façonne et irrigue le système scientifique bulgare au travers d’Horizon 2020, le programme communautaire 2014-2020 pour la R&D, doté d’un budget de 79 milliards d’euros.

En juin 2016, le plan « Better Science for a Better Bulgaria 2025 », animé par 4 principes et articulé autour de 4 piliers, liste une dizaine de domaines prioritaires, non limités aux sciences dures (par contraste avec la plupart des politiques de financement en cours en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest). 

Les 4 principes du plan « Better Science for a Better Bulgaria 2025 »

 

Les 4 piliers du plan « Better Science for a Better Bulgaria 2025 »

Dans le domaine entrepreneurial, les fonds européens issus de JEREMIE (dispositif communautaire qui offre aux États membres la possibilité d’utiliser une partie des ressources versées par les Fonds structurels pour financer des PME au moyen de prises de participation, de prêts ou de garanties) ont participé très largement de l’émergence d’un écosystème sur le modèle de ceux de la côte Ouest et de la côte Est des Etats-Unis.

En Bulgarie, JEREMIE suscite en 2010 la création de deux sociétés locales de capital-risque, Eleven Ventures et LauncHub Ventures. En moins d’une décennie, Eleven investit 12 millions d’euros de fonds européens dans une centaine de start-ups bulgares. Quant à LaunchHub, elle a réalisé quelques exits à succès, comme la vente de BGmenu (équivalent de Deliveroo)  pour 13 millions € au hollandais takeaway.com.

Depuis, l’écosystème s’est enrichi : l’association bulgare de capital-risque et de capital-investissement (BVCA) compte parmi ses membres 6 capital-risqueurs et investisseurs locaux, ainsi qu’une poignée de cabinets d’avocats spécialisés. Pas moins de cinq espaces de co-working proposent leurs services à Sofia, sans parler des accélérateurs comme la Telerik Academie (adossée à Eleven) ou des parcs technologiques comme le Sofia Tech Park (qui a ouvert ses portes fin 2015 avec un soutien de l’UE à hauteur de 40 millions d’euros). Dans le même temps, les levées de fonds ont été multipliées par 20 en valeur absolue entre 2012 (4 millions d’euros levés par 4 entreprises) et 2016 (70 millions levés par 210 entreprises). Et des dizaines de start-upers français et européens s’installent à Sofia et ailleurs dans le pays pour surfer sur cette vague qui dure.

La frontière de l’économie du savoir

Si les objectifs stratégiques de l’Estonie avaient été clairement énoncés au cours de sa présidence du conseil de l’U.E. au deuxième semestre 2017, la Bulgarie semble hésiter : préserver son modèle low-cost qui a fait ses preuves, ou basculer dans l’économie de l’innovation armée de ses atouts et de l’aide de l’Union?

« Il y a une difficulté à se projeter dans l’avenir. Le secteur privé porte clairement la dynamo économique du pays. Mais des voix s’élèvent pour dénoncer les effets pervers d’une flat tax qui empêche d’investir dans l’éducation et les infrastructures », observe un diplomate français. Sans capacités budgétaires, il n’est en effet pas évident de solidifier les piliers de l’économie du savoir (éducation initiale, formation continue, mobilité professionnelle, services publics de transports et de santé…).

De manière générale, les ‘pépites’ bulgares, déjà connues de nombre d’entreprises européennes et internationales, gagneraient à être cultivées dans le cadre d’une politique nationale volontaire en matière d’innovation endogène et de capital humain.

Dans une classe politique bulgare acquise au libéralisme et qui n’est pas prête à sacrifier la compétitivité fiscale, peu de voix s’élèvent pour réclamer un Etat-Providence, moderne et stratège, alliant garanties sociales et soutiens à la formation continue, à la R&D et à la création d’entreprises.

Présidence bulgare: une saison au cœur de l’UE pour conjurer la balkanisation de l’Europe

Depuis l’effondrement de l’Union Soviétique, la Bulgarie, pays le plus pauvre de l’UE, traverse une “ transition qui dure”. Si l’opinion n’y est pas aujourd’hui europhobe, elle pourrait rapidement se retourner. D’où l’importance des signaux donnés par Bruxelles, notamment sur des dossiers comme l’accès à l’espace Schengen ou à la zone euro. Pour autant, le sentiment de se tenir à la périphérie de l’Europe pour des raisons tant  géographiques qu’historiques est aujourd’hui contrebalancé chez les Bulgares, notamment par la confiance en eux que la réussite de ces six mois de présidence européenne leur a insufflée.

L’enjeu bulgare : « En serons-nous capables ? »

Il n’est jamais inutile de le rappeler: une présidence du conseil de l’UE, pour un pays, ce n’est pas moins d’une année de préparation, ce qui implique un travail conséquent pour l’administration et les responsables politiques, des coûts financiers et bien sûr un effort d’acculturation sur les dossiers en cours, pour une prise de relai optimale.

Son rôle étant de planifier et de présider les sessions du Conseil et les réunions préparatoires, ainsi que de représenter le conseil dans les autres institutions de l’UE, c’est aussi un gage de visibilité pour l’Etat responsable. C’est également la possibilité de mettre à l’agenda des sujets clés pour le pays via les priorités dites spécifiques. Tout l’enjeu pour un pays récemment entré dans l’UE est donc de servir la coordination des travaux collectifs tout en profitant de l’occasion pour se faire connaitre.

Encadré par les présidences estonienne et autrichienne sur le calendrier, le semestre bulgare était au cœur d’un trio axé notamment sur l’achèvement des travaux liés au marché unique numérique et sur l’avancement de la gouvernance de l’union de l’énergie, avec en point de mire, le Conseil européen de fin 2018. Alors que le pays souffre encore d’une corruption endémique, et qu’il est gouverné par une coalition entre conservateurs et extrême droite, certains observateurs extérieurs se demandaient en janvier si la tenue d’une présidence par la Bulgarie dans le contexte européen actuel serait de bon augure.

Une préparation au pas de course

Ayant rejoint l’UE en 2007, la Bulgarie assurait en effet cette année sa première présidence sans expérience préalable. La présidence britannique prévue à l’automne 2017 ayant laissé la place à l’Estonie pour cause de Brexit, le calendrier s’est accéléré pour les trois Etats du trio,  impliquant des délais de préparation raccourcis et des défis en termes de logistique.

Au cours de six mois de préparation intenses, en lien avec la présidence estonienne, la Bulgarie  s’est efforcée de mener un dialogue avec sa société civile, afin d’échanger sur l’Europe et de faire remonter des priorités de ses sept millions d’habitants. Elle s’est appuyée sur les centres « Europe Directe », une coordination avec les Mairies et un forum qui a réuni une cinquantaine d’ONG.

L’enjeu était important pour un pays bénéficiaire net des fonds européens  qui garde du passé les marques d’un système où l’Etat communiste prenait tout en charge et où la société civile était quasi inexistante. Resteraient entre autres de cette époque une aversion au risque, un manque de culture marketing, un esprit d’équipe assez peu développé et un style managérial encore très autoritaire. Ceci apparait d’autant plus marquant que la Bulgarie a fait le choix d’un modèle économique aujourd’hui extrêmement libéral, d’où les politiques sociales sont absentes.

Pour autant, la classe politique et les fonctionnaires semblent avoir trouvé dans ce défi l’occasion de (se) prouver leur capacité à assumer une telle responsabilité à l’échelle européenne. Ce qui était une question il y a encore six mois s’est avéré tout à fait satisfaisant au regard des enjeux, à la fois selon des responsables bulgares et  des observateurs extérieurs.

United we stand strong : plus qu’un mantra pour conjurer la balkanisation de l’Europe

Par le choix de son slogan United we stand strong, la présidence bulgare s’est placée d’emblée dans une perspective européenne très inclusive, à un moment charnière de refondation pour les 27, à un an du renouvellement des institutions.

Là où certains décideurs Bulgares souhaitaient initialement porter nombre de sujets internes à l’agenda, ils ont réalisé que seulement 5-10% des thèmes pouvaient être décidés par le pays présidant. Ces derniers passent en effet après les sujets collectifs dits d’actualité tels que la Sécurité et la Migration, les sujets hérités de la présidence précédente, ou encore les sujets dits inattendus comme la procédure envers la Pologne pour violation de l’Etat de droit. C’est dans ce contexte qu’a été intégré le sujet « spécifique » des Balkans occidentaux.

Si en amont de la présidence, certains imaginaient qu’à l’issue des six mois, l’intégration d’Etats des Balkans occidentaux seraient actés, une position plus mesurée a vu le jour au fil des mois. C’est vers la notion d «Agenda connectivité » avec ces Etats pas encore membres qu’a évolué le sujet. Ce dernier implique des volets transport, communication, énergie, éducation et digital. Une formule allégée qui avance vers certains attributs de l’adhésion et du marché unique, sans impliquer pour autant l’adhésion pleine et entière.

Avec l’organisation d’un sommet UE/Balkans le 17 mai, salué comme un grand succès, ce sont des chefs d’Etat et 17.000 délégués qui sont venus travailler sur le sujet à Sofia. C’est peut-être sur son expertise des pays balkaniques d’ailleurs que la Bulgarie aura marqué sa spécificité auprès les 27. En effet, l’histoire et la géopolitique récente de la région qui ont inspiré le terme « balkanisation » ne sont pas sans rappeler, par un effet de miroir grossissant, l’atmosphère actuelle de séparatisme régional et national qui baigne l’ensemble du continent.

Des priorités ajustées à l’actualité

Quatre grands thèmes auront été abordés lors du semestre, en plus des sujets d’actualité que sont le retrait du Royaume-Uni et la procédure administrative déclenchée contre le gouvernement polonais. Il s’agit de l’avenir de l’Europe et de la jeunesse (croissance économique et cohésion); de la sécurité et de la stabilité dans une Europe forte et unie ; de la perspective européenne et de la connectivité des Balkans occidentaux ; de l’économie numérique et des compétences nécessaires à l’avenir.

Au sujet de l’accès de la Bulgarie à l’espace Schengen, un sentiment de déception est décelable chez plusieurs interlocuteurs proches du gouvernement. Sur le papier, le pays est en effet prêt à intégrer Schengen et remplit l’ensemble des critères. Le blocage est à ce jour politique car six Etats de l’UE s’y opposent encore. Pour autant, en dialoguant avec certains, on peut se demander à quel point l’accès à l’espace Schengen d’aujourd’hui serait vraiment souhaitable et ce que cela impliquerait en termes d’accueil de migrants ou d’intégration des populations Roms.

Concernant l’Eurozone, la Bulgarie est prête à intégrer ERM2, l’ « antichambre » de l’Euro. Mais rejoindre le club euro ne priverait-il pas aussi le pays de sa marge de manœuvre monétaires et d’un de ses outils économiques : les dévaluations  compétitives ? Par ailleurs, l’histoire récente n’a-t-elle pas démontré, avec la Grèce notamment, que des disparités économiques trop importantes au sein de la zone étaient sources de tensions ?

Communication interne et transparence

Le plus difficile au cours de ces travaux, a-t-on entendu, c’est de forger le consensus. Pour y réussir, deux facteurs clefs sont source de succès : la communication en interne et la transparence. La fin du semestre approchant, la question se pose aujourd’hui pour le gouvernement de Boïko Borissov de l’entretien de la dynamique sur des sujets comme les Balkans occidentaux. La présidence autrichienne mettra-t-elle la question aussi haut dans l’agenda…?

Ce qui sera également intéressant et ne pourra être mesuré qu’à l’issue de la Présidence, c’est l’écart entre les objectifs et les résultats. Même s’il serait erroné de réduire le succès d’une présidence à la somme des dossiers, il y a dans l’adéquation entre priorités et succès un indicateur d’une certaine pertinence pour évaluer les travaux d’une institution. D’où la nécessité d’évaluer au mieux en amont ce qui peut être attendu d’une présidence. Un facteur de succès, c’est notamment lorsqu’un dossier négocié va jusqu’au trilogue, c’est-à-dire l’examen par les trois institutions (Commission, Conseil, Parlement).

Il sera intéressant aussi de s’interroger a posteriori sur le style spécifique bulgare de coordination des travaux. Chaque présidence a en effet son approche, dans un cadre certes contraint, mais avec une latitude où s’exprime forcément le « génie national» ou « Volksgeist », pour reprendre l’expression du philosophe allemand Herder.

AB

 

Premier retour d’Estonie

par Violaine Champetier de Ribes, CEO de Digeetrips

En mai dernier, j’ai découvert l’Estonie lors d’une « learning expedition » organisée par Jean-Michel Billaut, personnalité bien connue du monde de l’Internet. Assez éclectiques, nous avons formé un groupe de 6 explorateurs réunis par notre passion pour le numérique et l’innovation.

Ce voyage me tenait particulièrement à cœur parce que je voulais savoir à quoi ressemblait le premier « Etat numérique » d’Europe et quelles en étaient les implications, tant sur la vie économique que dans la vie quotidienne.

Ancienne république soviétique, l’Estonie a regagné son indépendance en 1991. Du jour au lendemain, le pays est passé d’un modèle communiste au libéralisme politique et économique. Dépourvus de ressources et de moyens, les Estoniens ont dû recréer un Etat et une économie en partant de zéro. Le numérique a été pour eux une formidable opportunité qu’ils ont su saisir. Au fil des années, ils sont allés jusqu’à réinventer la notion même d’Etat, en lui donnant la structure d’une plateforme au service des citoyens. Désormais, 99% des démarches administratives s’effectuent en ligne. À ce titre les Estoniens sont de vrais pionniers. Le chemin qu’ils ont parcouru en 26 ans est impressionnant. Certains disent même qu’ils ont inventé la blockchain avant la blockchain.

L’Estonie a rejoint l’Union européenne en 2004 et la zone euro en 2011. À la tête de la présidence tournante de l’Europe, depuis le 1er juillet 2017, le pays se focalise sur quatre axes principaux : une économie européenne ouverte et innovante, une Europe sûre et sécurisée, l’Europe numérique et la libre circulation des données ainsi qu’une Europe inclusive et durable.

Ce petit pays d’1,3 million d’habitants a beaucoup à nous apprendre, notamment à travers son approche « citizen centric ». Les citoyens y sont considérés comme des clients que l’Etat se doit de servir au mieux. Résultat : les Estoniens gagnent l’équivalent d’une semaine de travail par an en démarches administratives. Grâce à leur carte d’identité numérique et à l’X-road, ils effectuent leurs formalités depuis chez eux avec leur ordinateur ou même avec leur téléphone portable.

Au cours de notre voyage, nous avons eu la chance de visiter le parlement et d’avoir une présentation du système de vote en ligne qu’à peu près 30% des électeurs utilisent. Il faut savoir que leur feuille de route était : « voter ne doit pas prendre plus de 15 minutes ». Après avoir parcouru les différents aspects du vote électronique, notre interlocuteur a déclaré «  let’s switch to the user point of vue » pour enchaîner sur l’expérience utilisateur… Je trouve que ce moment résume parfaitement la culture sur laquelle repose la gestion du pays.

L’Estonie est aussi « entrepreneur centric », tout y est également fait pour faciliter la vie des entrepreneurs et l’écosystème des Start-ups est très dynamique, avec Skype comme fer de lance. La création de la transnationalité numérique en 2014, avec le programme d’e-Residence, permet aux entrepreneurs du monde entier d’y créer leur entreprise tout en restant dans leur pays d’origine. Devenir résident numérique donne accès aux services administratifs estoniens et depuis juin dernier, il est maintenant possible d’y créer sa société à distance sans mettre une seule fois les pieds sur place.

À mon retour, je me suis lancée dans l’expérience et je suis devenue e-résidente. Puis, le 4 septembre dernier, depuis Paris, derrière mon ordinateur et munie de ma carte d’e-résident, j’ai créé Digeetrips à Tallinn afin d’être en mesure de faire un véritable retour d’expérience. En effet, l’objectif de Digeetrips est d’organiser des « learning expeditions » en Estonie à destination de nos différents acteurs économiques et politiques.

Certes l’Estonie est un petit pays, mais il mérite qu’on s’y attarde pour y puiser non seulement de l’inspiration, mais aussi une capacité à comprendre le futur. J’ai trouvé que la vision sur laquelle repose la plateforme d’État était primordiale. En effet, s’il y avait une seule chose à retenir du modèle estonien : c’est la véritable place qu’y tient la technologie. Cette dernière est considérée comme un outil lui-même au service d’une vision et d’une volonté de gouverner un pays. Le numérique y est donc appliqué comme l’aboutissement d’un projet politique qui met le citoyen au centre et pas comme une fin en soi. À ce titre on pourrait même aller jusqu’à dire qu’être « ubérisé » est dépassé et que désormais il conviendrait de « s’estoniser » pour aborder le 21° siècle dans les temps…

 

L’Europe au Luxembourg, entre institutions et projets

LOGO_PRESIDENCE_2015_RGB_FRTroisième et dernier article sur la présidence luxembourgeoise suite à notre voyage d’études à Luxembourg, les premiers se trouvent ici et .

Un modèle coopératif pour l’UE

Notre rencontre à la Chambre des Députés nous a convaincus des mérites de l’approche politique luxembourgeoise faite de simplicité dans les rapports humains et de pragmatisme dans les choix et les orientations. Cette forte capacité d’adaptation, c’est aussi une approche sans prévention ni tabous des sujets, y compris dans l’acceptation que la puissance publique nationale ne peut pas tout et qu’elle doit agir de concert avec d’autres acteurs, en interne mais aussi au niveau européen et international.

Certes, le Luxembourg par sa taille et par son rôle historique dans la construction communautaire est l’Etat qui a le plus intégré à son ADN l’Europe, y compris en termes identitaires. Cependant, il s’agit aussi d’une volonté politique de prise en compte de tous les niveaux territoriaux, du local à l’européen via le national, afin d’enrichir la décision publique et de la légitimer auprès de citoyens informés en amont des projets. Ici, point de « c’est la faute à Bruxelles »! Les bonnes pratiques devraient faire rougir ses grands voisins: après chaque session plénière du Parlement européen, la Commission des Affaires étrangères de la Chambre fait le point avec les Eurodéputés, lesquels sont associés aux rencontres de députés nationaux avec les citoyens. Tout n’est pas transposable mais une bonne dose de modestie, très répandue aussi localement, devrait aider à franchir les, relatives, barrières culturelles.

Continuer la lecture de « L’Europe au Luxembourg, entre institutions et projets »

La finance au Luxembourg: vers un terrain de jeu assaini

skylineDeuxième article sur la présidence luxembourgeoise suite à notre voyage d’études à Luxembourg, le premier se trouve ici.

 

Le soft power de l’attractivité

L’attractivité de la place financière luxembourgeoise trouve notamment ses racines dans la Directive SICAV des années 1980, qui fait de l’administration de fonds l’Industrie phare du Luxembourg (3 600 mds € aujourd’hui). Cette Directive crée un passeport qui permet aux fonds de s’installer au Luxembourg, ouvrant la voie à la création d’un marché transfrontalier. Une expertise s’est ensuite construite autour de l’administration de fonds, avec laquelle peu de pays peuvent rivaliser. A cela s’ajoute deux autres activités: la Banque privée (300 mds d’avoir sous gestion) et l’Assurance, réassurance, assurance vie.

Le Luxembourg devient rapidement un Hub continental pour les banques européennes. En 1995, il compte 220 banques. Aujourd’hui, suite à la crise de 2008, il n’y en a plus « que » 143, mais dont les bilans ont globalement augmenté. Parmi les autres attraits pour les entreprises, il faut mentionner un cadre juridique très stable, la TVA la plus basse d’Europe ou la possibilité d’enregistrer des statuts d’entreprises directement en Anglais. En termes d’ouverture, le Luxembourg est le premier pays à accueillir une banque chinoise et joue aujourd’hui un rôle dans l’introduction du Yuan comme monnaie d’investissement. La plupart des fonds qui investissent en Chine d’ailleurs sont Luxembourgeois. Le pays s’intéresse depuis les années 1980 à la finance islamique qui impose justice, équité et transparence et se distingue des pratiques financières conventionnelles par une conception différente de la valeur du capital et du travail.

Continuer la lecture de « La finance au Luxembourg: vers un terrain de jeu assaini »

Le Luxembourg, un laboratoire européen

LOGO_PRESIDENCE_2015_RGB_FRL’Atelier Europe a arpenté le Grand-Duché durant deux jours. A la veille d’un Conseil ECOFIN et à mi-parcours de la Présidence luxembourgeoise de l’UE, nous avons été cordialement reçus par des juristes, des diplomates, des parlementaires et des fonctionnaires européens, pour une série d’entretiens entre actualité brulante et priorités de long terme. Voici, en trois épisodes, le compte-rendu de ces rencontres sur le Luxembourg, la finance et les institutions européennes.

 

Le Luxembourg, petit pays et Grand-Duché

Comment un petit territoire, ancien « Département des forêts » sous Napoléon, a-t-il su tirer parti des contraintes de son histoire et de sa géographie pour devenir une place financière de premier plan et un pays cofondateur des Communautés européennes? Voyager au Luxembourg, c’est se poser inévitablement cette question, qui n’est autre que celle des avantages comparatifs, chère à l’économiste Ricardo. Voyager au Luxembourg, c’est également interroger la diversification, cet art de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier économique, qu’il s’agisse d’industrie, de finance ou de services. Pays ouvert sur l’extérieur, le Luxembourg s’avère en fait un laboratoire de l’Europe. La Monarchie constitutionnelle y accueille depuis leur fondation des institutions clés, de la CECA de jadis à la Cour de Justice, en passant par la Cour des comptes. Au croisement de plusieurs identités culturelles, le Luxembourg fait bien souvent figure de point d’équilibre dans l’intérêt général communautaire.

Continuer la lecture de « Le Luxembourg, un laboratoire européen »

Voyage d’étude à Luxembourg [MàJ]

LOGO_PRESIDENCE_2015_RGB_FRL’Atelier Europe se rend au Luxembourg du 1er au 4 octobre à l’occasion de la Présidence luxembourgeoise du Conseil. Il s’agit du 14e séjour d’étude (débuté en 2009 à Prague) et il permettra à notre délégation de rencontrer des acteurs locaux (politiques, journalistes et hauts fonctionnaires) ainsi qu’européens (BEI, Cour des Comptes et Cour de Justice).

Un compte-rendu de synthèse sera publié dans la foulée.

Et, tout au long du séjour, suivez nos pérégrinations sur les réseaux sociaux: Facebook, Twitter, Instagram !

Mise à jour: L’Atelier a rencontré:

Ministère des Affaires étrangères
Gaston Stronck, Ambassadeur, Directeur des Relations économiques internationales et des Affaires européennes

Ministère des Finances
Isabelle Goubin, Directrice du Trésor

Chambre des Députés
Marc Angel, Président de la Commission des Affaires étrangères

Ambassade de France
Guy Yelda, Ambassadeur

Banque Européenne d’Investissement
Ambroise Fayolle, Vice-Président

Cour des Comptes
Christophe Lesauvage, Chef du Service juridique

Luxembourg for Finance
Nicolas Mackel, CEO

Cour de Justice de l’UE
Eric Vanham, Référendaire

Wort (journal)
Jean-Lou Siweck, Rédacteur en chef
skyline

Riga ou la détente russe

Après la Lituanie, la Lettonie est le deuxième pays balte à prendre la Présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Pour ce « petit » pays de 2,2 millions d’habitants, entré l’année dernière dans la zone euro, cette Présidence est aussi l’occasion de se faire mieux connaître sur la scène européenne. Logo Lettonie 2015Depuis son indépendance en 1991, la Lettonie est passée par toutes les phases économiques: reconstruction, libéralisation, boom (avec des taux de croissance supérieurs à 10 % dans les années 2000), dépression et rigueur. Aujourd’hui, dans une Europe toujours malade de son chômage de masse et de sa croissance poussive, le pays arbore fièrement ses 4 % de croissance. Riga, surprenante par son architecture, est une ville dynamique qui a plutôt bien digéré son passé soviétique dans l’expression de son bâti, sans en oublier son imposante et difficile histoire, comme en témoignent le musée des Occupations ou l’ancien siège du KGB. La métropole germano-balte retrouve depuis son indépendance un peu de son atmosphère et de son style d’avant-guerre. Riga fut la principale ville de l’espace baltique oriental, intégré au cours du 18è siècle à l’empire des Tsars. C’est dans cette ville qui abrite le plus grand nombre de bâtiments de style Art Nouveau d’Europe (plus de 800), dont les façades typiques ont été classées en 1997 par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité, que l’Atelier Europe a séjourné pour ce 13è voyage d’études.

Le souffle de l’esprit marchand de la Hanse comme régulateur de la crise

Riga était devenue au 19è siècle une métropole industrielle d’avant-garde et un grand port qui rivalisait avec Odessa. Encore aujourd’hui le port paraît presque trop grand dans un pays trop petit. Telle Vienne l’impériale dans ses frontières étriquées. Riga a contribué à véhiculer en Russie cet esprit marchand typique des villes de la ligue hanséatique, ainsi que les idées de progrès social et de libéralisme économique. C’est encore sur ce créneau-là que cette étonnante capitale balte se positionne. Rappelons que Laimdota Straujumala Première ministre lettone, vice-présidente de la Commission européenne, est chargée de l’Euro et du Dialogue social. “Une Europe compétitive, une Europe numérique, une Europe engagée“: voilà le slogan de la Présidence lettone, en ligne avec la priorité donnée par la Commission au Marché unique du numérique. Sur le volet compétitivité, la Lettonie est crédible et peut se vanter de sa propre expérience. Ses politiques de réformes structurelles et d’investissement mises en place pour stimuler l’emploi ont donné de bons résultats. La rapidité de la reprise économique a contrasté avec la violence de l’effondrement en 2008, période pendant laquelle le chômage des hommes est passé brutalement de 6 à 25 % (notamment en raison de leur forte représentation dans le secteur de construction qui s’est arrêté net). Autre conséquence iconoclaste de cette crise: la Lettonie, bien que ne produisant pas de voitures, est devenue brièvement exportatrice d’automobiles. Il fallait bien écouler les stocks des invendus et des saisies. Le pays est encore à 6 points de son niveau d’avant la crise, mais la Lettonie fait figure aujourd’hui de “bon élève” de l’Europe avec un taux de croissance de 4 %, un déficit public faible de 1,3 % du PIB et une dette publique d’environ 38 % du PIB en 2014. Mais pour en arriver là, il a fallu passer par de douloureux sacrifices et la consolidation a été brutale (en terme de baisse des dépenses publiques notamment, le RMI local s’élevant à 60 euros, la baisse de revenus pour les salariés pouvant aller jusqu’à 80 %, etc.) pour une population qui est restée malgré tout stoïque. Cette acceptation sociale et cette forte résilience ont permis la reconduction du gouvernement meneur de réformes, et ainsi la mise en place de politiques sur le long terme. La dévaluation de la monnaie locale, le lats, a été d’emblée écartée (toucher à la monnaie aurait envoyé un mauvais signal avant l’entrée dans l’euro), pour se concentrer sur la compétitivité. La thérapie de choc a montré la grande flexibilité de l’économie lettone, qui s’est réorientée vers les exportations, agricoles notamment. Dans son agenda européen, la Lettonie mise aussi beaucoup sur le numérique comme moteur de croissance durable.

Stoïcisme face aux réformes pour certains, mais pour d’autres, la non-acceptation sociale de la rigueur, ou tout simplement l’impossibilité de trouver un travail décemment rémunéré, les a conduit à l’émigration. Environ 10 % des Lettons ont émigré au moment de cette crise, notamment en Grande-Bretagne et au Canada, et cette fuite des cerveaux et de la main d’œuvre pose un problème persistant au pays.
Continuer la lecture de « Riga ou la détente russe »

Voyage d’études à Riga

Logo Lettonie 2015L’Atelier Europe se rendra en voyage d’études à Riga du 22 au 26 avril, à l’occasion de la Présidence lettone du Conseil de l’UE. Ce déplacement s’inscrit dans la continuité d’une tournée des capitales européennes initiée lors de la présidence tchèque, et qui a perduré depuis.

L’Atelier Europe effectuera son treizième voyage d’études !

Ces déplacements sont l’occasion de rencontrer les gouvernements, acteurs institutionnels et de la société civile (personnalités académiques, journalistes etc…), et nous permettent de mieux comprendre les priorités de chaque présidence, leur mise en œuvre et la carte mentale de l’Europe de nos partenaires.

Programme des rencontres :

Andris Piebalgs
Conseiller affaires européennes et économiques auprès du Président de la République
Ancien Commissaire européen à l’énergie puis au développement

Janis Sārts
Secrétaire d’Etat
Ministère de la défense

Artis Pabriks
Député européen (PPE)
Ancien ministre des affaires étrangères & de la défense

Atis Lejiņš
Député du parti Unity (libéral-conservateur)
Fondateur du Latvian Institute of International Affairs

Deborah Miller
Conseillère aux affaires politiques et stratégiques
Ambassade des États-Unis en Lettonie

Miroslav Mitrofanov
Co-Président de la Latvian Russian Union
Vice-Président de la EU Russian-speakers Alliance

Morten Hansen
Professeur d’économie à la Stockholm School of Economics in Riga (SSE Riga)

Retrouvez prochainement le compte-rendu du voyage d’études sur notre site, et suivez-nous in situ avec Facebook & Twitter.

L’Italie de Renzi: un nouveau récit européen?

Une présidence dans un contexte politique de rupture

Il y a eu l’Allemagne de Schröder et ses réformes. Il y a maintenant l’Italie de Renzi qui bouscule les codes et les normes de la politique italienne, pour faire de son pays l’un des plus réformateurs du moment. Ou qui se proclame comme tel. Pour l’heure, Renzi est celui qui a permis un renouvellement de la classe politique italienne, on en rêverait en France, et il a clos le chapitre de l’hystérie berlusconienne. Longtemps, l’Italie fut regardée comme une sorte de gérontocratie et Renzi peut être compris comme le fruit d’une certaine exaspération générationnelle. La jeunesse italienne subit au premier chef les conséquences d’une crise interminable et dont les origines la précèdent largement. Renzi, c’est un homme de 39 ans (plus jeune chef de gouvernement en Europe après Charles Michel en Belgique) qui fait front aux constitutionnalistes et aux syndicats hostiles au « Jobs act », l’une de ses réformes phares qui a pourtant provoqué un schisme au sein du son parti, le Parti Démocrate. Renzi, c’est l’histoire d’un homme légitimé par les élections européennes (40% des suffrages), qui trace sa route presque seul, et que certains comparent déjà à Thatcher. Bye bye donc l’Italie de cet histrion de Berlusconi, qui a dominé pendant 20 ans la politique italienne et qui fut le symbole d’une Italie amorale et illégale, et dont beaucoup d’Italiens avaient honte à l’étranger. C’est dans cette Italie fière d’elle-même, dans laquelle indéniablement souffle un vent nouveau, que nous avons séjourné pour ce 12è voyage de Présidence européenne.

Logo de la Présidence italienne

Comme toujours, l’agenda de cette Présidence est dicté par les circonstances internationales et les priorités de politique intérieure. Or, partout en Europe, le diagnostic de l’exigence des réformes structurelles a été fait, notamment sur le marché du travail, la Justice et l’administration publique. Emploi (ici aussi on parle de « lost generation », le taux de chômage général est de 12% en Italie mais grimpe à 42 % chez les jeunes), présence forte sur la scène internationale, climat, questions migratoires (Frontex et la suite de l’opération Mare Nostrum (lancée après le drame des migrants de Lampedusa) avec Triton, révision des accords de Dublin) et fonctionnement institutionnel (une nouvelle version de la vieille antienne du rapprochement de l’UE et des citoyens, mais cette fois-ci à partir des citoyens eux-mêmes, avec une approche « bottom-up » et « grass-rooted » selon les expressions anglaises en cour), sont les cinq priorités de cette Présidence italienne.

En parallèle de ces réformes structurelles, qu’elle souhaite continuer de promouvoir, la Présidence italienne soutient également une politique de relance coordonnée au niveau européen, avec notamment des investissements par le biais de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) et le plan Juncker d’une enveloppe de 300 milliards d’Euros. Finalement, cette vision sied au vieil adage de Jacques Delors: « la rigueur aux États, la relance à l’Europe ». Au-delà de ces ajustements macro-économiques, la question du fonctionnement même des institutions est à l’ordre du jour de cette Présidence italienne. Elle souhaite renforcer le délicat processus de monitoring des réformes accomplies par les pays membres et prévoir, en cas de non-respect des règles communautaires, une grille de sanctions qui pourraient aller, pour les plus mauvais élèves, jusqu’à la mise sous tutelle. Toutefois, les Italiens sont favorables à une flexibilité accrue dont les États pourraient jouir par rapport au Pacte de stabilité et de croissance, négocié à la fin des années 90 dans un contexte économique mondial très différent de celui d’aujourd’hui. Quelles pourraient donc être les marges de manœuvre? Renzi est resté plutôt vague sur ce sujet (il ne faut pas trop irriter l’Allemagne) et la Présidence italienne laisse la Commission négocier en bilatéral avec les États membres.

Continuer la lecture de « L’Italie de Renzi: un nouveau récit européen? »