Présidence hongroise – Rencontre avec György Nádasi, Directeur adjoint pour la Stratégie pour la région du Danube

Logo_2011hu

La Stratégie du Danube est l’une des deux stratégies macrorégionales européennes de développement, avec celle pour la mer de la Baltique, qui implique 8 pays de l’Union européenne (UE) et 6 pays voisins de l’UE. Ces deux stratégies ont pour objectif principal de renforcer les liens entre les pays concernés et d’en faciliter le développement et la réalisation de projets communs.

Mr. Nadasi nous rappelle que le prochain pays concerné par cette stratégie du Danube qui sera à la présidence tournante de l’UE est la Bulgarie en 2018. D’où la nécessité de lancer largement le projet pendant la présidence hongroise. Et c’est chose faite, puisque le 13 avril 2011, les Ministres des affaires européennes des pays de l’Union ont approuvé le document final de la Stratégie pour le Danube comportant 11 domaines d’action développés ci-dessous. L’adoption fut rapide puisque motivé par la combinaison de l’approche des « trois fois non » avec celle des « trois fois oui » permettant d’une part des actions à moindre coût, puisque « sans financement nouveau, sans structure nouvelle et sans législation nouvelle » et d’autre part des actions de valorisation de l’Union puisque entraînant « un meilleur regroupement des fonds existants, une coordination plus efficace des instruments existants et la mise en avant d’idée nouvelles pour le développement régional ».


Ces onze domaines d’action ont donc pour objectif principal de catalyser des actions en cours et d’en faciliter la réalisation. Les coordinateurs désignés dirigeront l’application de la stratégie en convenant d’un programme de travail et en déterminant des sources de financement avec d’autres pays participants et des partenaires telles que des ONG.

1) Améliorer la mobilité et l’intermobilité:
a) des voies navigables: Autriche et Roumanie;
b) Des voies ferroviaires et aériennes: Slovénie et Serbie;
2) Favoriser la production d’énergies plus durables: Hongrie et République Tchèque
3) Promouvoir la culture et le tourisme, les relations interpersonnelles: Bulgarie et Roumanie
4) Rétablir et conserver la qualité des eaux: Hongrie et Slovaquie
5) Gérer les risques environnementaux: Hongrie et Roumanie
6) Préserver la biodiversité, les paysages et la qualité de l’air et des sols: Allemagne (Bavière) et Croatie
7) Développer la société de la connaissance (recherche, enseignement et technologies de l’information): Slovaquie et Serbie
8) Soutenir la compétitivité des entreprises: Allemagne (Bade-Wurtemberg): et Croatie
9) Investir dans les ressources humaines et les compétences: Autriche et Moldavie
10) Améliorer les capacités institutionnelles et la coopération: Autriche (Vienne) et Slovénie
11) Œuvrer de concert en faveur de la sécurité et de la lutte contre la criminalité organisée: Allemagne et Bulgarie

(Bosnie-Herzégovine et Monténégro pourront être associés s’il y a lieu)

La Hongrie a ainsi eu satisfaction sur un de ses trois choix d’implication (énergie, eau et sécurité) et a donc mis le thème de l’eau au centre de son programme de présidence de l’UE. Ce travail permettra assurément une belle contribution pour la nouvelle politique globale mondiale de l’eau dont une échéance de lancement sera le Forum mondial de l’eau qui se tiendra à Marseille en mars 2012.

La Hongrie souhaite que la Stratégie du Danube soit adoptée par les Etats membres lors de sa présidence et donc à la prochaine réunion du Conseil européen de juin 2011. Suivra la Pologne en juillet 2011 qui reprendra certainement en parallèle la Stratégie de la mer Baltique dont elle fait partie et la Stratégie du Danube dans une moindre mesure puisqu’entretenant des relations étroites avec certains coordinateurs de cette seconde stratégie macrorégionale.

 

BP & MC


À lire également:
Hongrie: l’Europe, malgré tout.
Présidence hongroise – Rencontre avec Zoltán Cséfalvay, Secrétaire d’État à la stratégie économique
Présidence hongroise – Rencontre avec András Lánczi, président de la Fondation Századvég

Rédigé par : et

Partager cet article

1 Comment

  1. Pourquoi ne pas utiliser (enfin?) les coopérations renforcées? La Hongrie craint-elle de créer un précédent, elle qui ne serait sans doute pas au centre des prochaine coopérations qui pourraient se créer?

Poster un commentaire