L’Europe en Etats de fête !

Joyeux anniversaire à l’Europe !!!Le 9 mai 1950, Robert Schumann lance les fondements de l’Union Européenne. Reconstruction de l’Europe meurtrie par la guerre, avec l’aide américaine, paix franco-allemande, collaboration économique, politique, culturelle, autant de bienfaits qui ont marqué notre espace géographique actuel. L’Atelier Europe des Jeunes Actifs souhaite longue vie à cette idée généreuse, et vous invite à participer aux différentes rencontres proposées tout au long de cette journée : http://www.feteleurope.fr/  

Lire la suite

Sagesses nordiques

A l’occasion de la 20ème édition de la fête de l’Europe, l’Estonie a ratifié, mardi 9 mai au matin, la Constitution Européenne à 73 voix contre 1 ! Cette adoption porte à 15 le nombre d’Etats qui ont ratifié le traité constitutionnel sur 25. Mercredi, la Parlement de la Finlande va débattre de ce même texte, et doit voter d’ici la fin de la semaine. Merci à l’Estonie…

Lire la suite

Usage de la langue Française en Europe

Les représentants de l’état français doivent-ils systématiquement utiliser la langue française devant notamment les instances européennes ? Seillière a t-il eu raison ? Aurélie Peroet

Lire la suite

COMMUNIQUE SUR LES PROCHAINES ELECTIONS PRESIDENTIELLES EN BIELORUSSIE

Par Camille Servan-Schreiber Dimanche prochain, des élections présidentielles auront lieu dans la dernière dictature d’Europe. Le principal candidat qui affrontera A. Loukachenka, le président actuel au pouvoir depuis 1994, est A. Milinkievitch. Ce physicien de 58 ans, ancien maire adjoint de la ville de Grodno, qui est également membre d’honneur de l’Union des Polonais de Biélorussie, a récemment réuni autour de lui onze partis d’opposition au sein de la « coalition des forces démocratiques unifiées ». Il est soutenu par plusieurs ONG européennes et américaines et a été reçu à Bruxelles il y a quelques mois. Les autres candidats sont Alexandre Kozouline, ancien recteur de l’Université de Minsk, dirigeant du parti social-démocrate Gramada, et Sergueï Gaïtoukiévitch, candidat libéral-démocrate. Milinkievitch est un nouveau venu sur la scène politique biélorusse, puisqu’il n’a jamais été lié au gouvernement de Loukachenko ni aux activistes de l’opposition biélorusse de la « première vague ». Il se définit comme le candidat du changement, afin de ramener la Biélorussie dans le concert des nations démocratiques. En politique étrangère, il souhaiterait mettre sur pied une politique multivectorielle, tournée à la fois vers l’Union européenne et la Russie. L’enjeu de ce scrutin est double. Tout d’abord il concerne la politique intérieure de la Biélorussie et le régime politique et économique dans lequel les Biélorusses vivront pendant les prochaines années. La démocratie a-t-elle une chance de gagner dimanche ? Ou bien le régime néo-soviétique actuel a-t-il encore de beaux jours devant lui ? Le régime autoritaire de Loukachenko, malgré les pressions occidentales, a instauré une politique de sabotage du scrutin en sapant les conditions requises pour des élections équitables, transparentes et démocratiques: harcèlement de la presse indépendante, assassinats politiques et de journalistes (notamment Mme Veronika Teherkassova en 2004, journaliste pour le journal indépendant Salidarnosc, interdit de publication y compris sur internet), pression sur les ONG, limitation du temps de parole dans les média des candidats de l’opposition, etc. Environ 400 observateurs internationaux seront présents pour surveiller l’élection, mais ils ne seront pas autorisés à assister au comptage des bulletins de vote. D’autre part, la peur entretenue par Loukachenko fait que Milinkievitch dispose d’un soutien populaire insuffisant. L’autre raison de ce manque de visibilité et de popularité du principal candidat de l’opposition tient au fait qu’en Biélorussie, les retraites sont plus élevées que dans la majorité des pays de la Communauté des Etats Indépendants et que la situation économique n’est pas aussi désastreuse qu’elle ne l’a été dans les pays voisins durement touchés par la transition économique qui n’a pas véritablement commencé en Biélorussie.  L’autre enjeu stratégique de ce scrutin touche aux relations futures entre la Russie et l’Union Européenne. Une défaite du candidat de l’opposition laisserait la Biélorussie dans une zone grise géopolitique entre l’UE élargie et la Russie, ce qui pourrait à terme revigorer le projet d’union entre la Russie et la Biélorussie, aujourd’hui encore vide de contenu. Rappelons à ce titre que la Russie est le premier partenaire économique de la Biélorussie et qu’elle dispose d’un moyen d’influence et de pression indéniable avec l’arme énergétique. Dans le plan de Poutine qui est de reprendre la main dans l’espace post-soviétique, la Biélorussie constitue donc une pièce maîtresse. Dans ces conditions, que l’on pourrait résumer à la fois par une relative stabilité économique (qui est en réalité une stagnation) et un climat pré-électoral où la propagande et les mesures d’intimidation sont fréquemment utilisées, il est peut probable qu’un scénario de révolution colorée se produise en Biélorussie, comme ce fut le cas en Ukraine et en Géorgie. On ne peut donc qu’espérer que malgré la montée de la violence politique, la fraude électorale annoncée n’aura pas lieu. Reste à savoir quel sera le résultat de la...

Lire la suite

Début des négociations avec la Turquie

Un éclairage intéressant, avec un focus particulier sur la position autrichienne. http://www.tdg.ch/tghome/toute_l_info_test/enjeux/turquie__04_10_.html Thomas Mimra

Lire la suite

L’avenir de l’Environnement, un défi de chaque instant

L’avenir de l’Europe passe aussi par l’avenir du cadre de vie de chaque citoyen européen. Alors que Monsieur Jacques Chirac a désiré en mars 2005 voir la charte de l’Environnement adossée à la Constitution française, l’Europe se bat depuis sa création pour assurer à chaque européen un environnement et un cadre de vie sains : «Chacun a le droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé» (art 1er de la loi constitutionnelle relative à la charte de l’Environnement). Ce texte a surtout le mérite de prôner la responsabilité de chaque citoyen : «Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l’amélioration de l’environnement» (art 2). Ainsi l’avenir de notre environnement dépend de nous. Si nous voulons offrir à nos enfants un cadre de vie dans lequel ils puissent s’épanouir, il revient à chacun de s’engager pour changer les modes de consommation. Mais surtout, contre toute idée reçue, l’écologie n’évolue pas au détriment de l’économie. Ainsi en Allemagne, les secteurs des énergies renouvelables et du recyclage ne se sont jamais aussi bien portés. Tout comme les autres secteurs, ceux-ci deviennent de plus en plus compétitifs et disposent d’une place à part entière sur le marché économique. De même, en Suisse, il suffit de déambuler dans les rayons de n’importe quel supermarché pour se rendre compte de la gamme incroyablement variée de produits verts à la disposition des consommateurs. Certes, pousser les économies industrialisées dans la direction de la croissance durable ne sera pas aisée, admet Achim Steiner, directeur général de l’UICN , mais «il faut continuer à faire pression sur les producteurs pour qu’il offrent des produits et des services écologiques, puisque la demande augmente en Europe», explique-t-il. Un des défis les plus importants pour les organisations environnementales sera, dans les années à venir, tout d’abord de convaincre les gouvernements et les agences internationales de développement, d’intégrer la planification environnementale dans leurs programmes de crédit et de financement ; et d’autre part, de les mettre en œuvre rapidement. Les citoyens européens disposent donc d’un formidable levier d’action qu’est leur stratégie de consommation, mais ils possèdent mieux que cela : 32 000 km de côtes, 103 millions d’hectares de forêts (source AFOCEL, 2000), une diversité biologique présente sous toutes les latitudes, c’est d’abord et avant tout le patrimoine naturel présent à la porte de chaque européen qui est menacé et qui demande, par l’attitude de tous, une attention particulière afin que les générations futures puissent bénéficier d’un environnement «équilibré et respectueux de la santé». Sophie Nourrisson UICN : Union Internationale pour la Conservation de la Nature,...

Lire la suite
Page 14 sur 14« Première page1011121314